Pays :

test Linde Werdelin SpidoSpeed Anthracite DLC

La note de la rédaction
71 / 100
Chez Linde Werdelin, les collections sont empruntes de modernité. Avec des montres au design original, la marque a su se créer une véritable identité. Passage en revue de la SpidoSpeed Anthracite DLC.
L'essentiel

Linde Werdelin SpidoSpeed Anthracite DLC

Réf.: SpidoSpeed Anthracite DLC
12,360.00 € Prix public conseillé en France au 13 février 2012
Marque Linde Werdelin
Modèle
SpidoSpeed Anthracite DLC
Référence constructeur
SpidoSpeed Anthracite DLC
Boîtier (matière)
Acier traité DLC
Diamètre boîtier (hors couronne)
H49,65 mm x L46,59 mm
Diamètre boîtier (avec couronne)
H49,65 mm x L46,79 mm
Mouvement
Automatique
Calibre
LW03
Base calibre
Concepto Watch Factory
Fonctions
Chronographe
Heure
Minute
Seconde
Verre
Saphir antireflets 1 face (5,9 mm d'épaisseur)
Capacité de la réserve de marche
48h
Fond transparent
Oui
Entre-cornes
32,41 mm (largeur bracelet)
Longueur corne à corne
49,65 mm
Hauteur boîtier
15,58 mm
Etanchéité
100 m
Bracelet (matière)
Veau texturé
Boucle (type)
Ardillon
Boucle (matière)
Acier traité DLC
Poids total
133 grammes
Prix public conseillé en France au 13 février 2012
12,360.00 €
Confort / Agrément (/15) 14
Mouvement (/20) 8.5
Optimisation / Décoration du mouvement (/5) 2.5
Agrément de manipulation et de réglage (/5) 3
Contrôle du mouvement par la Manufacture / distinctions diverses (/3) 1
Capacité de la réserve de marche (/2) 1
Complications (/5) 1
Finitions (/20) 15.5
Finitions cadran (/6) 4
Finitions boîtier (/6) 6
Qualité du travail de déco° / gravure du fond de boîte (/2) 1.5
Qualité du verre (/4) 2
Finitions de la boucle (interne et externe) (/2) 2
Fonctionnalité (/20) 14.5
Lisibilité diurne (/5) 4.5
Lisibilité nocturne (/4) 2
Etanchéité (/3) 1
Facilité de réglage et de changement du bracelet (/4) 4
Sécurité / solidité de la boucle (/4) 3
Bonus (/10) 7.5
Série limitée (/3) 3
Montre fournie avec plusieurs bracelets (/2)
Qualité de la boîte et de la sur-boîte (/1) 1
Portabilité avec manches de chemise fermées (/2) 1.5
Présence de "goodies" (/1) 1
Intelligibilité du booklet (/1) 1
Rapport qualité / prix (/15) 11
Pour quelles occasions ? Quand la porter ? Pour une rediffusion de Blade Runner !
L'avis des internautes
77%
aiment cette montre
Donnez votre avis sur cette montre

Un design affirmé

Les deux précédents Essais Linde Werdelin publiés par The Watch Observer – ceux de la SpidoLite All Titanium et de la SpidoSpeed acier, ont permis de souligner que la marque articule ses créations autour de trois axes qui lui ont rapidement permis de se faire une place sur la très concurrentielle scène horlogère : un design affirmé, des montres techniques et une belle qualité de fabrication.

La SpidoSpeed Anthracite DLC que nous testons aujourd’hui n’échappe pas à la règle.
Elle dispose en effet elle aussi d’une boîte de conception modulaire.

Démontée, elle donne plus l’impression d’un châssis que d’un élément horloger. L’accent est ainsi mis sur le relief et la complexité de la boîte. L’ensemble joue avec les angles, les interstices, les lumières, les pleins et les vides.

Ses indentations de part et d’autres de la boîte permettent d’abord de recevoir un instrument digital – the Reef pour les sports aquatiques et the Rock pour la montagne, qui vient compléter la montre en se clipsant dessus.

Cette construction spécifique permet également d’alléger un chronographe qui dispose de dimensions généreuses.

Revers de la médaille : cette construction rend en revanche malaisée l’accès et la manipulation de la couronne.

Un chronographe technique

Le cadran est très cohérent avec le boîtier. Il joue des mêmes techniques en étant composé de deux plaques qui se superposent : l’une pour les sous compteurs et l’autre pour le fond du cadran.

 Des perforations en divers endroits, qui laissent deviner le mouvement, ajoutent au côté moderne de cette pièce.

Comme sur l’ensemble des créations Linde Werdelin, le design de cette SpidoSpeed DLC Anthracite a été soigné.

Mais parfois au détriment de la lisibilité
Ainsi, les index des sous compteurs ne sont pas en périphérie de ceux-ci comme c’est traditionnellement le cas sur les chronographes, la police des chiffres étant trop grosse. Ils ont été rapportés vers le centre.

Conséquence : les trois larges et courtes aiguilles chevauchent les graduations, rendant parfois difficile la lecture des minutes chronométrées.

Malgré tout, la cohérence de dessin de l’ensemble est très réussie et la montre se révèle incroyablement confortable au porté.

Une finition de qualité

La finition DLC de cette montre automatique vient renforcer le côté technique de cette Linde Werdelin.

Entre les PVD, les procédés de céramisation ou encore ici le DLC, il est parfois difficile de s’y retrouver, surtout que les marques rechignent à livrer leurs secrets de fabrication.

DLC signifie ainsi Diamond-Like Carbon.

Il s’agit d’un revêtement qui est utilisé en mécanique pour traiter, par exemple, des pièces soumises à de grandes sollicitations, en particulier des frottements répétés.

Les industries automobile et aéronautique ainsi que la médecine utilisent régulièrement ce genre de traitement – qui s’avère un peu plus rare en horlogerie.

Le procédé de traitement est réalisé en deux étapes.

Une première vise à durcir la structure immédiatement sous-jacente des éléments de la boîte sur une épaisseur de quelques dizaines de microns.

Cette première phase permet en outre d’accroître la qualité de fixation du DLC.

La deuxième étape consiste en l’application de carbone amorphe en fine épaisseur (quelques microns) dans des conditions précises de pression et de température.

La structure atomique du carbone ainsi créée est alors identique à celle du diamant – d’où son appellation.

L’intérêt principal de ce traitement réside dans sa grande résistance aux rayures, de l’ordre de 5.000Hv Vickers, contre 300 pour de l’acier inox classique.

Les tests d’usure et d’impact – effectués par les fabricants – sont à ce titre rassurants.
Il n’en reste pas moins que vous arborez une montre mécanique au poignet et que les précautions habituelles d’utilisation restent donc de mise !

D’un point de vue esthétique, l’effet obtenu est également très réussi.
La teinte est ainsi uniforme, assez mate et permet de jolies nuances en fonction du relief de la montre et de la luminosité.

En complément de ce dessin, le bracelet en veau texturé donne lui aussi une impression de robustesse et de qualité tout en contribuant au confort de cette Linde Werdelin.

Un mouvement fiable

La jeune marque s’est appuyée sur Concepto Watch Factory (voir l’Essai de la SpidoSpeed acier) pour le développement du calibre LW03.

Le mouvement de chronographe intégré robuste et fiable voulu par Linde Werdelin est très largement inspiré du fameux 7750, aujourd’hui dans le domaine public.

La pérennité et la robustesse de cette base sont des gages de qualité pour le LW03.

Côté décorations, la masse oscillante est ici entièrement squelettée, les ponts sont retravaillés et les finitions très soignées.

Dans le parfait esprit de la montre, les effets de matières et les aspects de surface sont aussi fort bien réalisés.

Conclusion

Linde Werdelin nous propose avec cette SpidoSpeed Anthracite DLC une montre au dessin original et moderne.
Son design très cohérent, sa personnalité sportive et la qualité de ses finitions sont autant d’arguments qui sauront séduire une clientèle qui cherche à sortir des classiques chronographes.

Les + :

  • un design original et cohérent
  • une forte personnalité
  • la qualité des finitions
  • le confort au porté

Les – :

  • la lisibilité du chronographe
  • des dimensions un peu trop généreuses

Informations complémentaires :

  • la Linde Werdelin SpidoSpeed Anthracite DLC est une édition limitée à 100 unités
  • poignet du rédacteur/testeur = 17,5 cm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *