Pays :

test IWC Portugieser Chronographe 3716 : IWC upgrade son intemporel chrono

La note de la rédaction
77 / 100
En amont de Watches & Wonders 2020, IWC dévoile sa nouvelle Portugieser Chronographe. Au programme : un design toujours aussi séduisant mais un calibre manufacture abrité derrière une glace saphir.
L'essentiel

IWC Portugieser Chronographe

Réf.: IW371604
7,850.00 € Prix public conseillé en France au 12 février 2020
Les +
  • un modèle incontournable dans toute collection digne de ce nom
  • une montre sport-chic à l’élégance intemporelle
  • une jolie boîte aux proportions bien étudiées
  • un magnifique cadran associant sobriété et fonctionnalité
  • une magnifique qualité de réalisation
  • la présence désormais d’un calibre maison
  • la présence d’un fond saphir
  • un prix fort bien positionné au regard de ce que propose la concurrence en termes de chronographes embarquant un mouvement manufacture
Les -
  • une réserve de marche certes dans la moyenne du marché mais un peu courte à l’aune d’une tendance qui tire vers les 70 heures
  • l’absence de nouvelles tonalités de cadran – qu’IWC dévoilera peut-être à Watches and Wonders 2020 !
Marque IWC
Modèle
Portugieser Chronographe
Référence constructeur
IW371604
Boîtier (matière)
Acier
Diamètre boîtier (hors couronne)
41 mm
Diamètre boîtier (avec couronne)
44 mm
Mouvement
Automatique
Calibre
Cal. IWC 69355
Base calibre
Cal. IWC 69000 (Manufacture)
Fonctions
Chronographe
Heure
Minute
Seconde
Verre
Saphir antireflets double face
Capacité de la réserve de marche
46h
Fond transparent
Oui
Entre-cornes
20 mm
Longueur corne à corne
47,80 mm
Hauteur boîtier
13 mm
Etanchéité
30 m
Bracelet (matière)
Alligator
Boucle (type)
Boucle déployante
Boucle (matière)
Acier
Poids total
87 grammes
Prix public conseillé en France au 12 février 2020
7,850.00 €
Confort / Agrément (/15) 15
Mouvement (/20) 12
Optimisation / Décoration du mouvement (/5) 4
Agrément de manipulation et de réglage (/5) 5
Contrôle du mouvement par la Manufacture / distinctions diverses (/3) 1
Capacité de la réserve de marche (/2) 1
Complications (/5) 1
Finitions (/20) 19
Finitions cadran (/6) 6
Finitions boîtier (/6) 5
Qualité du travail de déco° / gravure du fond de boîte (/2) 2
Qualité du verre (/4) 4
Finitions de la boucle (interne et externe) (/2) 2
Fonctionnalité (/20) 12
Lisibilité diurne (/5) 5
Lisibilité nocturne (/4) 0
Etanchéité (/3) 0
Facilité de réglage et de changement du bracelet (/4) 3
Sécurité / solidité de la boucle (/4) 4
Bonus (/10) 4
Série limitée (/3) 0
Montre fournie avec plusieurs bracelets (/2) 0
Qualité de la boîte et de la sur-boîte (/1) 1
Portabilité avec manches de chemise fermées (/2) 2
Présence de "goodies" (/1) 0
Intelligibilité du booklet (/1) 1
Rapport qualité / prix (/15) 15
Pour quelles occasions ? Quand la porter ? En buvant un verre de Quinta de la Rosa (Douro) !
L'avis des internautes
94%
aiment cette montre
Donnez votre avis sur cette montre

IWC Portugaise Chronographe : une élégance intemporelle

Je vous en parlais au moment de sa sortie la semaine dernière, fan inconditionnel de la Portugaise – Oops pardon ! de la Portugieser ! – que je suis : IWC, en amont de Watches and Wonders 2020, dévoile de nouveaux chronographes dans cette collection majeure que l’on peut même qualifier de pilier du catalogue IWC.
En effet, ce ne sont pas moins de six nouvelles références de Portugieser Chronograph qui viennent d’être annoncées et qui, soit dit en passant, sont d’ores et déjà disponibles en boutiques.

En amont de Watches & Wonders Geneva 2020, IWC dévoile six nouvelles références de son incontournable Portugieser Chronograph qui se caractérisent par une esthétique identique à celle de la génération précédente (réf. 3714) mais par la présence d’un calibre manufacture qui se dévoile derrière un fond saphir. Ci-dessus ma préférée (réf. 371610).

Très brièvement, l’histoire raconte que la Portugaise a été créée dans les années 30 pour répondre à la demande de marchands… portugais.
Cette IWC se compose à l’origine d’un mouvement de poche emboîté dans un boîtier de montre-bracelet de grand diamètre.

Récemment renommée Portugieser, sa version chronographe s’est imposée au fil des années comme une pièce incontournable de toute collection digne de ce nom – au même titre, afin de rester dans le même registre de complication, que la Rolex Daytona et que l’Omega Speedmaster.

IWC va ainsi consacrer la prochaine édition de Watches and Wonders Geneva (anciennement SIHH) au renouvellement de sa ligne Portugieser, ces six nouveaux chronos faisant office de mises en bouche en attendant le 25 avril, jour d’ouverture du salon genevois.
J’utilise à dessein l’expression mises en bouche parce que ces nouvelles Portugieser Chronograph portant référence 3716 demeurent esthétiquement très proches de leurs aînées (réf. 3714).

Tant et si bien d’ailleurs que je vous mets au défi de distinguer une 3716 d’une 3714 sans les manipuler ni les retourner.
Parce que précisément, la différence réside dans le mouvement embarqué, ce dernier ayant une incidence sur l’agrément de manipulation.

J’ai choisi pour ma part de sélectionner deux modèles pour vous en faire la présentation : les références 371604 (boîte acier / cadran argenté / aiguilles et index dorés) et, en bonus parce que c’est sans conteste ma préférée, la 371610 (boîte or rouge / cadran ardoise).

Au même titre qu’on ne change pas une équipe qui gagne, IWC a choisi pour ces nouvelles Portugieser Chronograph de demeurer fidèle à l’esthétique de leurs aînées : boîte de 41mm de diamètre, poussoirs champignon, fine lunette poli-miroir ouvrant généreusement sur l’un des atouts majeurs de la gamme : son cadran.

Au même titre qu’on ne change pas une équipe qui gagne, IWC a choisi pour ces nouvelles Portugieser Chronograph de demeurer fidèle à l’esthétique de la génération précédente.

Vous y retrouverez ainsi un boîtier acier (ou or rouge) de 41mm de diamètre – les pinailleurs, nombreux dans l’univers des collectionneurs de montres, me rétorqueront à juste titre que le boîtier de la 3714 faisait 40,9mm…
Le changement au poignet demeure, vous en vous en doutez, imperceptible.

Mais hormis ce détail, tout le savoir-faire d’IWC s’exprime au travers de cette belle boîte alternant des flancs délicatement satinés avec des surfaces poli-miroir.

Tel est le cas notamment des poussoirs de chronographe de type champignon, identitaires de la Portugieser Chronograph, ou encore de la fine lunette lisse qui permet une large ouverture sur le visage de cette IWC.

Cerclé d’un rehaut incliné porteur de graduations permettant une lecture optimale des temps chronométrés, le cadran de ce chronographe IWC est un modèle d’élégance et d’équilibre.

 

Un calibre manufacture dévoilé derrière un fond saphir

Concernant ce second point, la manufacture de Schaffhausen opte pour un affichage bicompax / deux compteurs avec petite seconde à 6h et totalisateur de chronographe 30 minutes à midi.

Le traitement azuré circulaire de ces deux compteurs tranche discrètement mais efficacement avec la surface argentée poudrée du cadran.

Ces nouvelles Portugieser Chronograph version 2020 affichent la même sobre élégance que leurs aînées et, on s’en doute, la même qualité de réalisation exemplaire. Rehaut incliné finement gradué, compteurs azurés circulaires, minuterie point, aiguilles des heures et minutes de type feuille… Du pur IWC dans le texte. Et dans le cadran !

L’équilibre 9h – 3h est quant à lui assuré par des marquages dont vous apprécierez l’intégration discrète.

Best-seller de la gamme, l’IWC Portugieser Chronograph 371604 est par ailleurs sans doute la plus classique de ces six nouvelles montres automatiques avec sa minuterie point de couleur dorée et ses index chiffres arabes également dorés.

L’harmonie du modèle provient notamment du choix de teintes douces et chaleureuses, le cadran de cette Portugieser Chronograph étant animé par d’élégantes aiguilles dites feuille que la manufacture nous propose également en une version dorée.

IWC choisit néanmoins de dynamiser – délicatement, rassurez-vous ! – le cadran de la Portugieser Chronograph 371604 en dotant la fonction chronographe d’un aiguillage bleui (trotteuse centrale et aiguille du totalisateur à midi).
Une caractéristique que l’on retrouve également sur la réf. 371611 (boîte or rouge / cadran argenté) alors que les quatre autres modèles de la Portugieser Chronograph disposent d’un aiguillage monochrome.

En bref et comme je l’écrivais en introduction, cette nouvelle Portugaise Chronographe est toujours aussi sobre, élégante et intemporelle – un régal pour l’amateur de montres classiques contemporaines.

C’est en revanche en la retournant et en manipulant son chrono que vous constaterez à quel point cette montre automatique est plus désirable que jamais.
En effet, IWC y apporte une modification majeure en la motorisant désormais de son calibre manufacture 69355 qui vient remplacer le calibre 79350 embarqué par la génération précédente – un changement apparu pour la première fois sur les magnifiques Portugieser Chronograph Edition 150 ans dévoilées en 2018.

C’est en retournant cette nouvelle Portugaise Chronographe et en manipulant son chrono que vous constaterez à quel point cette montre IWC est plus désirable que jamais. En effet, la maison y apporte une modification majeure en la motorisant désormais de son calibre manufacture 69355 qui se dévoile ainsi derrière une glace saphir.

Basé sur le Valjoux 7750 – un mouvement chronographe robuste souvent caractérisé de tracteur par les collectionneurs – modifié et optimisé dans les ateliers d’IWC à Schaffhouse, les Portugieser Chronograph étaient jusqu’à présent, ceci expliquant cela, dotées d’un fond plein.

Tel n’est plus le cas, le calibre 69355 étant intégralement développé, assemblé et réglé chez IWC, la maison peut désormais dévoiler le cœur de son chrono derrière un fond muni d’une glace saphir.

Si je regrette une réserve de marche un peu courte à l’aune de la tendance actuelle – 46 heures -, ses atouts résident dans la présence d’une roue à colonnes qui permet un contrôle et une coordination des fonctions START / STOP / RESET du chrono et d’un système de remontage automatique intégré.

Vous ressentirez également les bienfaits du calibre 69355 lors de la manipulation du chronographe, son déclenchement (en particulier) étant franc mais néanmoins onctueux quand celui du calibre 79350, malgré les optimisations apportées par IWC au 7750, demeurait plus raide.

Enfin, vous profiterez de l’esthétique flatteuse du calibre IWC 69355 avec son architecture ouverte, presque aérienne, et ses finitions agréables à l’œil (platine perlée, pont découpé et orné de Côtes de Genève ou encore masse oscillante ajourée).

 

Ce qu’il faut retenir…

IWC ouvre les hostilités pré Waches and Wonders Geneva 2020 en nous livrant ces Portugieser Chronograph nouvelle génération.

Je les caractérisais de mises en bouche au début de mon article parce que, comme le veut la pratique, IWC (à l’instar des autres exposants) réserve (probablement) le meilleur et le plus spectaculaire pour le 25 avril, date d’ouverture de l’ex-SIHH.

Mais toute mises en bouche qu’elles soient, ces nouvelles Portugieser Chronograph n’en sont pas moins particulièrement appétissantes pour ne pas dire irrésistibles.

S’il s’agit de mises en bouche avant l’ouverture de Watches & Wonders, ces nouvelles IWC Portugieser Chronograph n’en demeurent pas moins particulièrement appétissantes pour ne pas dire irrésistibles : design intemporel, conception soignée, polyvalence à toute épreuve et, désormais, calibre manufacture. Superbe !

IWC a en effet la bonne idée ne pas en modifier l’esthétique aboutie.
Ainsi, tonalités de cadrans et combo cadran / index / aiguilles demeurent strictement les mêmes que ceux que l’on trouve sur les références 3714, l’ensemble étant servi par une sobriété et une fonctionnalité toujours de mise.

Certains pourront regretter que la maison ne profite pas de l’occasion pour nous proposer de nouveaux habillages et combinaisons.
Mais il n’est pas impossible qu’IWC nous en réserve la surprise pour Watches and Wonders.

En attendant, le confort de porter est lui aussi toujours au rendez-vous grâce à d’agréables proportions.

Enfin, cette nouvelle génération de Portugaise Chronographe préserve l’élégance un poil sportive de ses aînées pour leur permettre d’habiller votre poignet en toutes circonstances.

Le changement de moteur auquel procède la manufacture de Schaffhausen est en revanche une bonne nouvelle puisqu’il permet, outre un agrément de manipulation optimisé, de munir pour la première fois une Portugieser Chronograph de série d’un fond saphir grâce à la présence d’un mouvement in-house.

Pour finir, IWC a l’élégance de ne pas partir dans les tours en augmentant substantiellement le prix de ses nouveautés sous prétexte de l’upgrade auquel elle procède – la présence d’un calibre manufacture.
Le prix des versions acier s’établit ainsi à 7.850 € (vs 7.600 € pour les 3714 acier) quand les versions or rouge atteignent 17.600 € (vs 16.650 € pour les 3714 or rouge).

Le compte-à-rebours IWC est désormais lancé pour Watches and Wonders 2020 et son lot de surprises.
Un événement à suivre sur The Watch Observer bien sûr.
Alors stay tuned!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *