Pays :

test Cartier Calibre

La note de la rédaction
73 / 100
Après la Tank et la Pasha, véritables best-sellers, Cartier revient en force avec la Calibre, premier modèle équipé d'un mouvement issu de sa Manufacture et conçu pour l'homme. TWO l'a essayé pour vous.
L'essentiel

Cartier Calibre

Réf.: W7100016
5,800.00 € Prix public conseillé en France au 18 avril 2011
Les +
  • des choix esthétiques innovants et réussis
  • un calibre de manufacture
  • un excellent rapport qualité/prix
Les -
  • un guichet de date réduit au quantième en cours aurait permis d’alléger le cadran
  • une lisibilité nocturne qui n’est pas optimale
Marque Cartier
Modèle
Calibre
Référence constructeur
W7100016
Boîtier (matière)
Acier inoxydable
Diamètre boîtier (hors couronne)
42 mm
Diamètre boîtier (avec couronne)
47,23 mm
Mouvement
Automatique
Calibre
Calibre 1904-PS MC
Base calibre
Manufacture
Fonctions
Date
Heure
Minute
Seconde
Verre
Saphir
Capacité de la réserve de marche
48h
Fond transparent
Oui
Entre-cornes
23,54 mm
Longueur corne à corne
48,07 mm
Hauteur boîtier
9,87 mm
Etanchéité
30 m
Bracelet (matière)
Acier inoxydable
Boucle (type)
Boucle déployante
Boucle (matière)
Acier inoxydable
Poids total
166 grammes
Prix public conseillé en France au 18 avril 2011
5,800.00 €
Confort / Agrément (/15) 14
Mouvement (/20) 11
Optimisation / Décoration du mouvement (/5) 3.5
Agrément de manipulation et de réglage (/5) 5
Contrôle du mouvement par la Manufacture / distinctions diverses (/3) 1
Capacité de la réserve de marche (/2) 1
Complications (/5) 0.5
Finitions (/20) 14
Finitions cadran (/6) 5
Finitions boîtier (/6) 5
Qualité du travail de déco° / gravure du fond de boîte (/2) 2
Qualité du verre (/4) 1
Finitions de la boucle (interne et externe) (/2) 1
Fonctionnalité (/20) 15
Lisibilité diurne (/5) 5
Lisibilité nocturne (/4) 2.5
Etanchéité (/3) 0.5
Facilité de réglage et de changement du bracelet (/4) 3
Sécurité / solidité de la boucle (/4) 4
Bonus (/10) 5
Série limitée (/3)
Montre fournie avec plusieurs bracelets (/2)
Qualité de la boîte et de la sur-boîte (/1) 1
Portabilité avec manches de chemise fermées (/2) 2
Présence de "goodies" (/1) 1
Intelligibilité du booklet (/1) 1
Rapport qualité / prix (/15) 14
Pour quelles occasions ? Quand la porter ? En toutes occasions, sauf à la plage !
L'avis des internautes
86%
aiment cette montre
Donnez votre avis sur cette montre

Avant-propos

La Calibre évolue dans un univers résolument technique et élégant à la fois – découvrir l’ensemble des collections et des prix des montres Cartier.

Si on y retrouve l’esprit initial de la Santos, née de la rencontre du pionnier de l’aviation
Alberto Santos Dumont et de Louis Cartier, sa conception est quant à elle novatrice dans de nombreux domaines et bien ancrée dans le XXIème siècle.

Elle permet par ailleurs à Cartier de proposer son premier modèle de montre exclusivement
destiné à un public masculin.

Un boîtier aux courbes fluides

Examinons la boîte tout d’abord.

La première impression qui s’en dégage est un mix de solidité et de fluidité des lignes.

L’acier omniprésent se décline en des courbes inédites en horlogerie et sous des traitements
de surface variés.

Ainsi, les cornes ont les côtés brossés, la partie supérieure satinée et les angles polis.
Les jeux de la lumière en soulignent les courbes.
Elles descendent plus bas que le fond de la boîte, assurant ainsi un excellent maintien au poignet
et un confort au porté très agréable – contrairement à ce que pourrait laisser penser son poids de 166 grammes.

Cartier nous propose avec cette Calibre une pièce qui dispose de tous les atouts nécessaires pour conquérir un public masculin de véritables amateurs de montres.

Les cornes se prolongent naturellement par le bracelet acier.
Celui-ci bénéficie du même type de traitement de surfaces et se ferme par une solide boucle déployante.

Les maillons sont fixés aux cornes et entre eux par des vis apparentes, accentuant le côté masculin de cette Cartier.

Mais l’intérêt n’est pas qu’esthétique : vous pourrez en effet facilement régler la bracelet à
votre taille – sous réserve de disposer d’un petit tournevis qui s’avèrera nécessaire pour enlever les maillons superflus.
Seul risque inhérent à ce type de finition de bracelet : celui d’éventuelles rayures sur les parties polies.

L’épaulement qui protège la couronne est lui aussi fixé à la carrure via deux vis.
Ici encore, Cartier réalise un travail esthétique intéressant.
En effet, sa courbure au pourtour poli qui alterne surfaces brossées et satinées suit la forme de la carrure pour prendre appui sur la base des cornes.

Cet épaulement encadre et protège ainsi la couronne hexagonale semi encastrée, polie et sommée d’un saphir bleu taillé, signature emblématique de Cartier.

Une excellente lisibilité

L’inventivité du travail sur la lunette et le verre mérite aussi le détour.

Les flancs extérieurs verticaux polis de la lunette basculent et s’incurvent pour plonger en diagonale vers le verre saphir bombé.
En dessous de ce dernier, la lunette interne est légèrement cannelée, apportant une touche technique à cette Cartier par ailleurs relativement classique.

L'acier omniprésent sur cette Calibre se décline en des courbes inédites en horlogerie et sous des traitements de surface variés.

Le cadran noir est frappé en son sommet du chiffre XII en relief et surdimensionné.
Nous retrouvons ici un gimmick typique de Cartier.

Les autres index sont traités en chiffres romains peints pour la moitié supérieure du cadran et en simples bâtons cerclés pour la partie inférieure.

Ce choix peut surprendre. Pourtant, il a le mérite d’alléger cette zone du cadran, occupée en grande partie par le registre de la petite seconde, cerclé d’un généreux rehaut en acier poli – qui la fait paraître paradoxalement petite.

Le guichet de date, situé à 3 heures, est entouré d’un rehaut du même type.
Très largement dimensionné, il indique non seulement le quantième en cours mais également le jour précédent et le jour suivant.

On l’aura compris, le cadran, bien que très équilibré, pourra paraître à certains relativement chargé.
Un guichet de date réduit au quantième en cours aurait permis d’alléger l’ensemble.

Quoiqu’il en soit, la lisibilité de la Calibre est excellente.

Enfin, petite attention pour les amateurs : dans le bas du chemin de fer des minutes, l’inscription « swiss made » est encadrée par les lettres « L » – pour Luminova, la matière luminescente permettant une lisibilité nocturne, en souvenir du temps où l’usage du Tritium obligeait les fabricants à le mentionner par un « T ».

Conclusion

Cartier nous propose avec cette Calibre une pièce qui dispose de tous les atouts nécessaires pour conquérir un public masculin de véritables amateurs de montres.
En effet, les choix innovants et parfois audacieux qui ont concouru à sa conception sont extrêmement cohérents – même s’ils peuvent parfois paraître excessifs !
La Calibre est ainsi tout à la fois belle, surprenante, racée et d’une apparence presque brutale…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *