Pays :

test IWC Aquatimer Automatic

La note de la rédaction
76.5 / 100
Le SIHH 2014 a été pour la Manufacture IWC l'occasion de renouveler l'intégralité de sa gamme de montres de plongée Aquatimer. Passage au crible de son modèle Automatic - une pièce très séduisante.
L'essentiel

IWC Aquatimer Automatic

Réf.: IW329001
4,900.00 € Prix public conseillé en France au 20 mars 2014
Marque IWC
Modèle
Aquatimer Automatic
Référence constructeur
IW329001
Boîtier (matière)
Acier
Diamètre boîtier (hors couronne)
42 mm
Diamètre boîtier (avec couronne)
49,90 mm
Mouvement
Automatique
Calibre
IWC 30120
Base calibre
ETA 2892
Fonctions
Date
Heure
Lunette tournante sécurisée
Minute
Seconde
Verre
Saphir antireflets double face
Capacité de la réserve de marche
48h
Fond transparent
Non
Entre-cornes
22 mm
Longueur corne à corne
51,10 mm
Hauteur boîtier
14,30 mm
Etanchéité
300 m
Bracelet (matière)
Caoutchouc
Boucle (type)
Ardillon
Boucle (matière)
Acier
Poids total
149 grammes
Prix public conseillé en France au 20 mars 2014
4,900.00 €
Confort / Agrément (/15) 14
Mouvement (/20) 9.5
Optimisation / Décoration du mouvement (/5) 1.5
Agrément de manipulation et de réglage (/5) 5
Contrôle du mouvement par la Manufacture / distinctions diverses (/3) 1
Capacité de la réserve de marche (/2) 1
Complications (/5) 1
Finitions (/20) 17
Finitions cadran (/6) 5
Finitions boîtier (/6) 5
Qualité du travail de déco° / gravure du fond de boîte (/2) 2
Qualité du verre (/4) 3
Finitions de la boucle (interne et externe) (/2) 2
Fonctionnalité (/20) 18
Lisibilité diurne (/5) 5
Lisibilité nocturne (/4) 3
Etanchéité (/3) 2
Facilité de réglage et de changement du bracelet (/4) 4
Sécurité / solidité de la boucle (/4) 4
Bonus (/10) 4
Série limitée (/3) 0
Montre fournie avec plusieurs bracelets (/2) 0
Qualité de la boîte et de la sur-boîte (/1) 1
Portabilité avec manches de chemise fermées (/2) 2
Présence de "goodies" (/1) 0
Intelligibilité du booklet (/1) 1
Rapport qualité / prix (/15) 14
Pour quelles occasions ? Quand la porter ? Tous les jours de la semaine !
L'avis des internautes
82%
aiment cette montre
Donnez votre avis sur cette montre

2014 : l’année des montres de plongée IWC

Alors qu’IWC ne dispose que d’une seule boutique officielle à Paris depuis juin 2012 – quand d’autres multiplient les adresses à foison, la marque compte pourtant parmi les plus intéressantes du marché – découvrez les collections et les prix IWC.

La manufacture peut en effet s’appuyer sur un passé de presque 150 années de production horlogère.
Implantée à Schaffhausen, IWC coule des jours paisibles dans cette petite ville de la Suisse alémanique, si proche de son voisin germanique que les Américains la bombardèrent la ville par erreur !
La présence à ses portes de l’enclave allemande de Büsingen et son relatif éloignement des centres de production de l’industrie horlogère Suisse traditionnelle font d’IWC une sorte d’exception à la tradition plutôt francophone du Swiss Made.

Côté produits, la Manufacture propose un catalogue réparti en six grandes familles distinctes – Portugaise, Portofino, Montres d’Aviateur, Ingénieur, Da Vinci et Aquatimer, certains de ses modèles étant équipés de complications propres à satisfaire les besoins de l’amateur le plus exigeant.

IWC renouvelant chaque année l’une de ses gammes à l’occasion du SIHH, elle nous avait proposé en 2013 ses nouvelles Ingénieur et en 2012 un nouveau crû de montres d’aviateurs.
Logiquement, c’est à sa célèbre collection de montres de plongée Aquatimer que la Manufacture de Schaffhausen s’est cette année attaquée – voir notre série photos des IWC Aquatimer – SIHH 2014.

La marque très innovante n’ayant pas peur du changement, elle a produit au cours de ces dernières années bien des variantes de sa montre de plongée.
Elle a ainsi proposé aussi bien des Aquatimer pour l’homme-grenouille que pour le vacancier sans oublier (surtout) des modèles destinés à l’homme soucieux de porter une montre étanche adaptée à la vie active et suffisamment soignée pour l’accompagner également au bureau.

Le crû dévoilé au SIHH 2014 étant d’une grande richesse, nous avons choisi de nous intéresser pour ce premier test au modèle de base : l’Aquatimer Automatic.

 

IWC Aquatimer Automatic : un boîtier sobre et technique à la réalisation impeccable

Avec son excroissance latérale à 9h, sa lunette externe dépourvue de graduation et son cadran très lisible animé de 2 aiguilles imposantes, l’IWC Aquatimer Automatic nous embarque dès le premier regard dans une ambiance à la fois technique, originale et suprenante.

Son boîtier est d’une sobriété toute d’influence germanique dans sa présentation comme dans son traitement.
Au menu : des lignes simples, droites et des cornes bien inclinées vers le poignet afin de faciliter le confort de porté de cette montre d’une épaisseur de 14,30mm.

Le diamètre de 42mm est tout à fait dans les normes actuelles et permettra à chacun de se sentir confortable avec cette Aquatimer au poignet.

Rien à signaler sur la boîte elle-même si ce n’est qu’elle est conforme aux standards des montres de plongée IWC : un beau boîtier robuste, simple et efficace au traitement parfaitement réalisé qui alterne poli et satiné.
Sans effet de style superflu dans le contexte « montre outil », l’IWC Aquatimer Automatic inspire confiance.

Testée en version cadran noir – elle existe aussi sur cadran argenté, l’IWC Aquatimer Automatic s’avère parfaitement lisible de nuit comme de jour – y compris la date qui se fait certes discrète mais qui demeure lisible et utile au quotidien.

Les larges aiguilles des heures et minutes très présentes contrastent efficacement avec le cadran et offrent deux nuances chromatiques différentes.
En journée, ce sera blanc pour l’aiguille des heures et vert pâle pour celle des minutes.
De nuit, le blanc vire au bleu – au même titre que les index – et le vert pâle devient presque fluorescent.

Etant en présence d’une montre de plongée,
IWC équipe naturellement la lunette rotative – nous y reviendrons plus tard – de l’Aquatimer Automatic de repères indispensables à la plongée bouteilles.
Ainsi, le premier quart d’heure est détaillé minute par minute.
On retrouve ensuite des repères toutes les 5 minutes avec les quarts indiqués d’un trait.

Là encore, la lisibilité est au rendez-vous de cette montre automatique avec un style simple et efficace très appréciable.
Un seul bémol cependant : la luminosité nocturne des indications de la lunette tournante sont moins efficaces que celle des aiguilles et des index. Dommage !

Enfin, et avant d’aborder le côté innovant de cette jolie Aquatimer Automatic, un petit mot sur son mouvement : le calibre IWC 30120.
Bien connu des amateurs, il s’agit d’une version retravaillée de l’excellent ETA 2892.
IWC a bien soigné la mécanique de cette Aquatimer, le remontage manuel s’avérant particulièrement silencieux et souple et le rotor très discret.
L’IWC 30120 apportera ainsi fiabilité et robustesse à l’Aquatimer Automatic et permet par ailleurs à cette référence d’être la moins chère de la nouvelle gamme.

Une montre de plongée IWC innovante et fonctionnelle

Fidèle à sa tradition d’innovation, IWC ne s’est pas contenté de proposer de nouveaux designs d’Aquatimer au dernier SIHH.
La Manufacture de Schaffhausen a également agrémenté son dernier millésime de montres de plongée d’une nouvelle lunette tournante innovante et d’un système de bracelet ingénieux qui feront le bonheur des amateurs.

Vierge de toute inscription, cette lunette externe étonne dans un premier temps dans la mesure où les indications typiques des montres de plongée sont bien lisibles mais sur une seconde lunette, interne celle-là…

C’est ici que le plaisir de l’originalité technique pointe le bout de son engrenage puisque cette lunette muette est solidaire de la lunette interne et, pour tout dire, en est le moteur manuel.
Ainsi, pour faire simple, actionner la lunette externe entraîne la lunette interne.
Belle ingénierie qui combine la facilité de préhension d’une lunette externe avec la lisibilité directe, au plus près des aiguilles, d’une lunette interne.

La lunette externe tourne dans les deux sens avec une égale souplesse et un cliquetis bien amorti qui renforce l’impression de qualité.
Néanmoins, l’effet de rotation sur la lunette interne ne s’effectue que dans le sens habituel – à savoir anti-horaire, sécurité oblige ! – obligatoire sur une véritable montre de plongée.

Vous n’aurez d’autre part aucune difficulté à faire tourner l’épaisse lunette bien crantée dont la mécanique offre une qualité de rotation exceptionnelle.

A cela une raison : un mécanisme d’embrayage baptisé SafeDive.
Il se manifeste, outre sa qualité de transmission, par la présence d’une excroissance latérale sur le côté gauche de la boîte de la montre.

Traité sur le mode technique, avec vis apparentes et petits trous façon filtre, le cache de protection de l’embrayage est en symétrie avec la couronne vissée et protégée de la montre.
Ainsi, en plus d’être fonctionnellement efficace, c’est esthétiquement réussi, bien intégré et cohérent avec le dessin de la montre.

Au porté, la montre s’avère très confortable.
Dense, elle se place parfaitement sur le poignet et reste bien en position grâce à l’inclinaison prononcée des cornes et à son remarquable bracelet.
Souple et inodore, il est pourvu d’un bon grip qui ne marque pas la peau tout en remplissant sa fonction anti-glisse.

Mais surtout, il bénéficie du nouveau système de fixation rapide signé IWC – seconde innovation majeure proposée par cette Aquatimer.
L’ongle du pouce se glisse sous une lame ressort et le bracelet se désolidarise de la boîte en douceur.
Que les inquiets se rassurent : il est impossible de le faire sans avoir ôter au préalable la montre.
Remettre le bracelet est l’affaire de trois secondes, sans le moindre risque d’abîmer la boîte.

Changement d’humeur, remplacement d’un bracelet acier par un bracelet caoutchouc, nettoyage de la montre après une plongée ou une simple baignade, ce système est un véritable jeu d’enfant…
Encore fallait-il y penser et fiabiliser le système.
IWC l’a fait !

 

Conclusion

Robuste et sobre d’aspect, l’IWC Aquatimer Automatic offre une qualité de finition très convaincante et une polyvalence parfaite pour l’amateur qui navigue entre boulot et vacances aquatiques.
L’efficacité et l’innovation sont également au rendez-vous sur cette montre de plongée avec notamment un système de rotation de lunette inédit et performant et un bracelet souple bénéficiant d’un système de changement exceptionnel. De quoi satisfaire pleinement l’amateur.
En bref, une très belle réussite signée IWC !

 

Les + :

  • un look technique et sobre qui en fait une montre véritablement polyvalente
  • son système de lunette externe/interne très efficace
  • une lisibilité sans faille
  • une finition sans fioriture mais parfaitement exécutée
  • son bracelet confortable et son système de fixation exceptionnel

 

Les – :

  • la luminosité de la lunette interne un peu faible
  • un mouvement solide et fiable mais extérieur à la manufacture

 

Informations complémentaires :

  • poignet du rédacteur / testeur = 18 cm
  • boutique IWC Paris : 15, rue de la Paix – 75002 Paris / Tél.: +33 1 42 61 62 64
  • découvrez également les collections et les prix Rolex
Derniers articles IWC
La note de la rédaction
81 / 100

test IWC Portugieser Calendrier Perpétuel 42 réf. IW3442 : un QP intemporel

ACTUALITÉ The Watch Observer lance son eshop

La note de la rédaction
81 / 100

test IWC Portugieser Calendrier Perpétuel 42 réf. IW3442 : un QP intemporel

ACTUALITÉ The Watch Observer lance son eshop

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *