Pays :

VIN De grands vins en Beaujolais

Il est temps de réhabiliter cette région viticole trop souvent rabaissée lorsqu’elle est comparée à la Bourgogne. Laissons derrière nous les caricatures : les grands vins sont aussi en Beaujolais.

Par Pierre-Elric Puzin, novino.fr

Vins du Beaujolais : une image en voie de réhabilitation

Le Beaujolais est souvent considéré comme faisant partie de la Bourgogne.
Mais la composition du sol, les cépages dominants et le climat y sont en réalité très différents, de même que le style de vin qui en résulte.

Le Beaujolais est à 99% une région de vins rouges, élaborés à partir du gamay.

Longtemps on affirma qu’il s’agissait essentiellement de vins fruités à boire jeunes et que seuls certains, minoritaires et confidentiels, pouvaient développer une vraie complexité en vieillissant.
La faute au Nouveau, ce vin spécialement élaboré pour être bu jeune et qui représente aujourd’hui encore la moitié de la récolte annuelle totale du Beaujolais.

Découvrez la route du Beaujolais

L’engouement fut jadis très fort pour ce vin, dans les pays anglo-saxons et au japon notamment, au point que l’imaginaire collectif finît par croire que les vins de Beaujolais ne pouvaient être que du Nouveau.

Ce jugement, caricatural mais pourtant asséné comme une évidence, cachait déjà alors une réalité toute autre, qui s’est depuis révélée au grand jour grâce aux efforts et talents d’un nombre grandissant de vignerons locaux soucieux de faire (re)connaître leur savoir-faire et la richesse de leur terroir.
C’est particulièrement vrai parmi les producteurs des 10 crus que compte le vignoble beaujolais.

10 crus du Beaujolais dignes de reconnaissance

Dix villages sont reconnus comme produisant des vins à la personnalité typique et dignes de reconnaissance : ce sont les crus du Beaujolais.

Crus du Beaujolais - la carte des AOC

Du nord au sud on trouve les AOC Saint-Amour, Juliénas, Chénas, Moulin-à-vent, Chiroubles, Fleurie, Morgon, Régnié, Côte de Brouilly et Brouilly.

On a coutume de dire que les vins de Moulin-à-vent et Morgon sont les plus puissants et charpentés et gagnent à vieillir, tandis que Brouilly a la plus grosse production.

Le Saint-Amour est léger et très agréable à boire dit-on souvent.

Juliénas mérite une attention toute particulière.
Frontalier de la Bourgogne, la superficie de l’AOC Juliénas est très réduite et la majorité des parcelles de l’appellation se situent sur des coteaux significativement pentus.
Il s’agit aussi de l’appellation la plus septentrionale, une partie se trouve même géographiquement en Bourgogne.
Ces caractéristiques font de Juliénas le plus bourguignon des crus de Beaujolais.

Domaine Lapierre : viticulteur en Beaujolais

Une nouvelle génération de viticulteurs marche actuellement dans les pas des partisans d’une viticulture plus respectueuse des terroirs : traitements naturels dans les vignes, rendements limités, utilisation de levures indigènes pour la fermentation…

Elle promet de beaux jours pour l’appellation à laquelle on souhaite qu’elle parvienne à transformer l’essai et achever sa mue qualitative – à l’image de l’AOC Morgon que plusieurs vignerons emblématiques sont parvenus à hisser au rang de grande appellation.

 

Beaujolais, berceau des vins natures

Le Beaujolais, c’est également depuis deux décennies le berceau des vins dits natures, c’est-à-dire sans souffre ajouté.

Territoire d’expérimentations autrefois avant-gardistes, la région est clairement reconnue aujourd’hui comme l’une des toutes premières à avoir su mettre en valeur ses vins naturels, grâce en grande partie à quelques vignerons mythiques de l’appellation (Jean Foillard ou Marcel Lapierre en tête d’affiche) que l’on retrouve aujourd’hui à la carte des meilleures tables.

Beaujolais bio - Domaine Paire

Enfin, et c’est loin d’être la plus petite de leurs qualités, les vins du Beaujolais, en Beaujolais-villages ou Crus du Beaujolais, présentent dans leur grande majorité un excellent rapport qualité-prix, imbattable au regard des prix proposés pour les crus de Bourgogne.
Dès 9 € (prix producteur), on trouve des Villages très intéressants et pour un budget de 12 à 15 €, les Crus nous dévoilent tous leurs charmes.

L’AOP Morgon et sa Cote du Py seront un peu plus chers mais le résultat vaut bien les quelques pièces supplémentaires concédées.

Vins du Beaujolais : mes coups de cœur

Parmi les vins blancs également les bonnes surprises sont légions.
C’est pourquoi de plus en plus d’amateurs, dont je fais partie, se tournent vers ces chardonnays typiques du beaujolais, plus rond et moins tendus que leurs voisins du nord.

Domaine Bergeron - vin du beaujolais
Domaine Bergeron

 

Leur production reste confidentielle (seulement 1% des vins de la région sont blancs) mais leur rareté (moins de 200 ha récoltés, c’est très peu !) fait leur valeur.
Alors soyez curieux : n’hésitez pas à déguster les Beaujolais blancs, vous ne serez pas déçus.

Ma toute première découverte fut celle des Beaujolais-Emeringes, classés dans l’AOP Beaujolais-Villages.
Le domaine Bergeron, en particulier, travaille très bien le chardonnay.
Ce fut longtemps le vin confidentiel coup de cœur que je servais aux copains.

D’autres l’ont rejoint depuis dans ma cave : Domaine Paire, Domaines des Pampres d’or…
De très belles quilles pour 10 euros environ : il serait bien dommage de s’en priver !

Enfin, mention spéciale pour les Beaujolais-Lantigné, largement méconnus mais qui méritent pourtant le détour.

Vin du beaujolais : Domaine Frédéric Berne
Domaine Frédéric Berne

 

Cette appellation communale des Beaujolais-Villages encore très confidentielle (mais plus pour longtemps selon moi) a vu ces dernières années un groupement de jeunes vignerons (Frédéric Berne en tête) lui donner un sacré coup de fouet.
Située à 10 km de Morgon, voisine de Régnié, l’appellation regroupe 300 hectares de vignes et produit des blancs savoureux, minoritaires comparés à ses rouges Ô combien intéressants eux aussi.

L’ensemble de l’appellation communale a bénéficié d’un travail minutieux et qualitatif de l’ancienne génération dont les héritiers revendiquent aujourd’hui fièrement le choix de pousser encore plus loin la conversion au bio au point d’avancer un objectif très ambitieux et diablement jouissif : que Lantigné soit le premier cru reconnu 100% bio en France !
Rien que cela…

Pour toutes ces raisons oui vraiment, il faut l’affirmer haut et fort maintenant, les crus de Beaujolais sont grands eux aussi !

Pierre-Elric Puzin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *