Tudor Black Bay Fifty-Eight : la plus belle montre Tudor du catalogue actuel ?

Par Pierre Gisclard, le 3 mars 2020
Diaporama
Bâle 2018 : Tudor enrichit la ligne Black Bay, son best-seller, d’une référence baptisée Black Bay Fifty-Eight. Au programme : un boîtier de 39mm, un cadran vintage et un calibre manuf. Coup de cœur.
Test de la montre de plongée Tudor Black Bay Fifty-Eight : revue, les plus et les moins, poids, épaisseur, prix, mouvement… Tout savoir de la Black Bay 58.
L'avis de la rédaction
75/100
Note des internautes
90/100

Black Bay : porte-étendard du catalogue Tudor

Le lancement à l’occasion de Baselworld 2018 de la Black Bay Fifty-Eight par Tudor et l’engouement qu’elle a suscité - et suscite toujours - requiert un petit saut dans le passé.

C’est en 2012 que la Black Bay fait sa première apparition au catalogue Tudor. La marque sœur de Rolex dévoile cette année-là deux montres de plongée. L’une est résolument contemporaine : c’est la Tudor Pelagos. L’autre puise sans conteste son inspiration dans le passé : c’est la Black Bay (ci-dessus). 2018 : Tudor dévoile la Black Bay Fifty-Eight.

C’est en 2012 que la Black Bay fait son apparition chez Tudor (explorez le catalogue Tudor 2020).

La marque sœur de Rolex dévoile cette année-là deux montres de plongée.
L’une est résolument contemporaine : c’est la Tudor Pelagos.
L’autre puise sans conteste son inspiration dans le passé : c’est la Black Bay.

Cette dernière bénéficie dès sa naissance d’un design très réussi qu’elle doit à Davide Cerrato, désormais patron de la division montres de Montblanc : cadran typé vintage, lunette tournante unidirectionnelle bordeaux et rapport qualité prix fort bien positionné.

L’accueil enthousiaste de la Black Bay - mais aussi celui de la Pelagos - marque le retour sur la scène horlogère de la maison Tudor dont les collections contemporaines, jusqu’à 2012, suscitaient un enthousiasme pour le moins modéré.

On achetait en effet avant cette date une Tudor contemporaine quand on ne pouvait pas s’offrir une Daytona ou une Submariner.
Le trait est à peine exagéré…

Ce temps est désormais révolu avec la Black Bay qu’on acquiert… parce qu’elle est belle, tout simplement.

Avant 2012, on achetait surtout une Tudor contemporaine quand on ne pouvait pas s’offrir une Rolex - le trait étant à peine exagéré. Ce temps est désormais révolu avec la Black Bay qu’on acquiert… parce qu’elle est belle, tout simplement. Il l’est encore davantage avec la sortie en 2018 de la Black Bay Fifty-Eight.

Tudor l’a bien compris en déclinant son modèle désormais fétiche en diverses versions.

En 2016, Tudor en renouvelle la gamme en l’équipant de son nouveau (et premier) calibre manufacture - le calibre MT5621 - et introduit simultanément à son catalogue une version bronze.

L’année 2018 est une autre année charnière pour la ligne puisqu’elle accueille deux nouveautés qui enthousiasment la communauté des amateurs : la Black Bay GMT d’une part et la Black Bay Fifty-Eight de l’autre.

Le succès est instantané pour ces deux nouvelles références Tudor, mon coup de cœur étant pour la seconde dans la mesure où la première emprunte selon moi trop son design à la Rolex GMT-Master 2 Pepsi 126710BLRO lancée par la marque à la couronne cette même année.

Mon enthousiasme pour la Black Bay Fifty-Eight réside en premier lieu pour son boîtier acier.

Ce qui séduit sur la boîte de cette Tudor Black Bay Fifty-Eight, ce sont ses dimensions contenues. Cette nouvelle référence abandonne en effet les 41mm de diamètre des Black Bay classiques voire les 43mm des versions bronze en optant pour un formidable 39mm - un diamètre taillé pour habiller tous les poignets, qu’ils soient masculins ou féminins d’ailleurs !

Hormis un chanfrein poli-miroir, celui-ci demeure relativement basique avec sa carrure rectiligne polie et un satinage pour la partie supérieure des cornes légèrement plongeantes - dont j’aurais aimé au passage qu’elles soient percées.

Le fond de la boîte est quant à lui simplement orné d’un marquage circulaire nous rappelant que cette nouvelle Black Bay embarque un calibre issu de la manufacture Tudor.
Bref, une conception simple mais néanmoins efficace.

Non, ce qui séduit sur la boîte de cette Tudor Black Bay Fifty-Eight, ce sont ses dimensions contenues.

Cette nouvelle référence abandonne en effet les 41mm de diamètre des Black Bay classiques voire les 43mm des versions bronze en optant pour un formidable 39mm - un diamètre taillé pour habiller tous les poignets, quelle qu’en soit la circonférence.
Qu’ils soient masculins ou féminins d’ailleurs !

Plus réduite, la boîte de cette Black Bay Fifty-Eight est non seulement logiquement plus légère que celle des autres références de la gamme mais elle en renforce bien entendu la dimension vintage.

Cette dernière est nettement accentuée par ce qui constitue le deuxième atout majeur de cette montre Tudor : son cadran.

 

Tudor Black Bay Fifty-Eight : un vrai coup de cœur  

Les cadrans de la ligne Black Bay sont de manière générale très beaux et expliquent en partie le succès de la gamme.
Celui de la Black Bay Fifty-Eight est superbe.

Les cadrans de la ligne Black Bay sont de manière générale très beaux. Celui de la Black Bay Fifty-Eight est superbe. Fortement évocateur des cadrans des montres anciennes, sa surface bombée noire mate se pare de marquages et d’un chemin de fer des minutes dorés - gilt diraient les amateurs de montres vintage.

Fortement évocateur des cadrans des montres anciennes, sa surface bombée noire mate se pare de marquages et d’un chemin de fer des minutes dorés - gilt diraient les amateurs de montres vintage.

Jouant pleinement cette dernière carte, son cadran accueille par ailleurs des index cerclés dorés et des aiguilles à la structure également dorée, les uns comme les autres étant pourvus d’une matière luminescente teintée rappelant le tritium oxydé des montres du passé.

Tudor complète enfin l’ensemble en faisant appel à son classique aiguillage apparu en 1969 baptisé Snowflake par la suite par les collectionneurs.

D’une efficacité redoutable en termes de fonctionnalité - la lisibilité est irréprochable, de jour comme de nuit -, le cadran de la Tudor Black Bay Fifty-Eight inspiré des années 50 affiche en plus une grande cohérence esthétique servie par une dimension vintage qui constitue un pur régal pour les amateurs du genre - dont je fais partie.

Je n’ai qu’un regret : que Tudor ait opté pour son logo actuel, le bouclier, plutôt que pour l’ancien en forme de rose.

D’une efficacité redoutable en termes de fonctionnalité - la lisibilité est irréprochable, de jour comme de nuit -, le cadran de la Tudor Black Bay Fifty-Eight inspiré des années 50 affiche en plus une grande cohérence esthétique servie par une dimension vintage qui constitue un pur régal pour les amateurs du genre - dont je fais partie.

Les amateurs de montres Tudor savent que ce choix a été guidé par la présence d’un mouvement manufacture au cœur de la Black Bay Fifty-Eight, toutes les Black Bay ayant abandonné depuis 2016 la rose au profit du bouclier quand elles ont accueilli un calibre Tudor.

Il s’agit donc d’une stratégie cohérente du point de vue de la marque.

Il n’en reste pas moins que la Black Bay Fifty-Eight aurait à mon avis été encore plus désirable en arborant la rose historique de la maison.

Poursuivant dans cette veine exploration du passé, l’insert en aluminium noir de la lunette tournante unidirectionnelle se pare au niveau de la perle luminescente d’un triangle rouge qui vient rehausser l’ensemble.

Tudor finalise la dimension vintage de cette montre automatique en l’habillant d’un bracelet riveté dont la vocation est ici purement décorative mais hautement cohérente avec l’esthétique globale de la Black Bay Fifty-Eight.

Si celui-ci ne bénéficie pas à proprement parler d’une rallonge de confort, sa boucle déployante est percée de trois trous de part et d’autre qui vous permettront de gagner quelques précieux millimètres en cas de dilatation de votre poignet par forte chaleur.
Pour ce faire, il suffit de changer l’emplacement de la pompe qui arrime le bracelet à la boucle à l’aide d’un cure-dents en bois (pour éviter les rayures malencontreuses).

Tudor finalise la dimension vintage de cette Black Bay Fifty-Eight en l’habillant d’un très beau bracelet acier riveté dont la vocation est ici purement décorative mais hautement cohérente avec l’esthétique globale de la Black Bay Fifty-Eight.

La seule concession - louable - de cette Black Bay Fifty-Eight au XXIème siècle est à rechercher côté mouvement.

Cette Tudor embarque en effet le calibre MT5402.

Développé et produit au sein de la manufacture Tudor, il se substitue au calibre MT5602 et affiche un diamètre revu à la baisse - en l’occurrence 26mm contre 31,8mm pour le MT5602 qui motorise les Black Bay classiques de 41mm.

Sa construction et ses performances sont en revanche similaires.

Ce mouvement mécanique à remontage automatique est ainsi régulé par un oscillateur à inertie variable doté d’un spiral en silicium et maintenu par un pont traversant offrant une robustesse optimale.

Doté d’une confortable réserve de marche de 70h, il bénéficie d’autre part de la certification chronomètre délivrée par le COSC.

 

Ce qu’il faut retenir…

Si depuis 2012 la ligne Black Bay a su remettre Tudor dans la catégorie des marques désirables aux yeux des amateurs éclairés et des acheteurs occasionnels, la Black Bay Fifty-Eight n’en demeure pas moins à mes yeux la référence la plus réussie de la gamme.

Il lui manque certes la rose sur le cadran et des cornes percées pour réaliser un sans-faute.

Mais telle qu’elle se présente aujourd’hui, cette Black Bay Fifty-Eight est malgré tout irrésistible et constitue pour moi un coup de cœur.

Si depuis 2012 la ligne Black Bay a su remettre Tudor dans la catégorie des marques désirables aux yeux des amateurs éclairés et des acheteurs occasionnels, la Black Bay Fifty-Eight n’en demeure pas moins à mes yeux la référence la plus réussie de la gamme. Et un coup de cœur !

J’aime avant tout ses dimensions contenues et plus particulièrement ce diamètre positionné juste en dessous des 40mm.
En effet, en cette (longue) période de prolifération des montres néo-vintage, rares sont les marques à pousser l’exercice au point de proposer des modèles dotés d’un diamètre de 39mm.
Pourtant, ce dernier est nettement plus en ligne avec les dimensions de véritables montres anciennes - qui dans les 50s et 60s étaient même plutôt de l’ordre de 35 ou 36mm - que les 41 ou 42mm (quand ce n’est pas plus) trop souvent affichés de nos jours.

J’aime également ce magnifique cadran gilt qui sait mêler des teintes chaleureuses à une fonctionnalité optimale.

J’aime enfin ce bracelet riveté qui adopte l’esthétique des premiers bracelets Oyster mais qui bénéficie de la fiabilité attendue de nos jours du bracelet d’une montre positionnée dans cette gamme de prix.

Quant au calibre embarqué, il ajoute une petite pointe d’exclusivité au modèle dans la mesure où il s’agit d’un bracelet in-house et un zest de confort avec ses 70 heures de réserve de marche.

Je recommande d’ailleurs à ceux qui, comme moi, sont tombés sous le charme de cette Tudor Black Bay Fifty-Eight, d’opter pour la version sur bracelet acier riveté, la marque au bouclier déclinant par ailleurs son modèle sur bracelet en cuir vieilli et sur bracelet tissu.

Enfin, et pour conclure, il n’est pas exclu que Tudor propose prochainement d’autres versions de cette Black Bay Fifty-Eight compte tenu du succès qu’elle rencontre…

Une affaire à suivre sur The Watch Observer.
Alors stay tuned!

Les +
  • la plus belle référence du catalogue Tudor actuel
  • une montre d’une polyvalence absolue
  • un boîtier aux dimensions contenues
  • un magnifique cadran inspiré esthétiquement du passé
  • une redoutable fonctionnalité
  • un bracelet acier riveté dont la boucle déployante, percée latéralement de 3 trous, permet d’en ajuster facilement la longueur
  • un mouvement manufacture doté d’une réserve de marche de 70h
  • un très bon rapport qualité / prix
Les -
  • une boîte de montre relativement basique
  • l’usage du logo en forme de bouclier à la place du logo historique de Tudor en forme de rose
  • des cornes dont j’aurais aimé qu’elles soient percées
Informations complémentaires
Diaporama
19 Photos pour voir cette montre sous toutes les coutures
Cliquez sur une Photo pour ouvrir le diaporama.

Données constructeur

Marque Tudor
Modèle Black Bay Fifty-Eight
Référence constructeur M79030N-0001
Boîtier (matière) Acier
Diamètre boîtier (hors couronne) 39 mm
Diamètre boîtier (avec couronne) 42,45 mm
Mouvement Automatique
Calibre Calibre MT5402
Base calibre Manufacture
Fonctions Seconde
Minute
Heure
Verre Saphir bombé
Capacité de la réserve de marche 70h
Fond transparent NON
Entre-cornes 19 mm
Longueur corne à corne 47,73 mm
Hauteur boîtier 12,10 mm
Etanchéité 200 m
Bracelet (matière) Acier
Boucle (type) Boucle déployante
Boucle (matière) Acier
Poids total 130 grammes
Prix public conseillé en France au 03/03/2020 3,460.00 € calc

L'avis de la rédaction 75/100

Confort / Agrément (/15) 15
détail Mouvement (/20) 11
Optimisation / Décoration du mouvement (/5) 2.5
Agrément de manipulation et de réglage (/5) 5
Contrôle du mouvement par la Manufacture / distinctions diverses (/3) 2
Capacité de la réserve de marche (/2) 1.5
Complications (/5) 0
détail Finitions (/20) 12.5
Finitions cadran (/6) 5
Finitions boîtier (/6) 4
Qualité du travail de déco° / gravure du fond de boîte (/2) 0.5
Qualité du verre (/4) 2
Finitions de la boucle (interne et externe) (/2) 1
détail Fonctionnalité (/20) 17.5
Lisibilité diurne (/5) 5
Lisibilité nocturne (/4) 4
Etanchéité (/3) 1.5
Facilité de réglage et de changement du bracelet (/4) 3
Sécurité / solidité de la boucle (/4) 4
détail Bonus (/10) 4
Série limitée (/3) 0
Montre fournie avec plusieurs bracelets (/2) 0
Qualité de la boîte et de la sur-boîte (/1) 1
Portabilité avec manches de chemise fermées (/2) 2
Présence de "goodies" (/1) 0
Intelligibilité du booklet (/1) 1
Rapport qualité / prix (/15) 15
Pour quelles occasions ? Quand la porter ?
Quand vous en avez envie !

Note des internautes 90/100

Confort / Agrément (/15) 14.5
Mouvement (/20) 17
Finitions (/20) 16.5
Fonctionnalité (/20) 18.5
Bonus (/10) 9.5
Rapport qualité / prix (/15) 14.5
Noter cette montre
  • Commentaires 1

    Posté par :
    Paul

    Je partage votre avis : c'est bien la plus belle Tudor du catalogue ! Et je vais peut-être me laisser tenter d'ailleurs.