Pays :

Photos Omega Speedmaster – 60 ans de légende en 60 chronographes (1/2)

L'Omega Speedmaster fête en 2017 ses 60 ans. Une occasion unique pour retracer en quelques mots et en images la saga de ce chronographe légendaire - en attendant les nouveautés Baselworld 2017.

L’Omega Speedmaster tiendra cette année à Bâle le premier rôle, le légendaire chronographe fêtant en 2017 ses 60 ans – un anniversaire qui constitue une occasion unique de retracer en images 6 décennies de Speedmaster. Première partie.
Pour accèder à la seconde, c’est ICI.

Profitez-en pour explorer les collections et les prix 2017 des montres Omega neuves.

1957 : Omega Speedmaster BROAD ARROW – The first Speedmaster : La montre qui a donné naissance à une collection de légende. Surnommée Broad Arrow en référence à ses larges aiguilles caractéristiques en forme de flèches, ce n’est pas seulement la toute première Speedmaster à avoir vu le jour : c’est aussi le tout premier chronographe-bracelet au monde avec échelle tachymétrique sur la lunette et non plus imprimée sur le cadran, une évolution très utile pour les pilotes automobiles. Parce qu’elle marque le début d’un voyage inoubliable, c’est sans doute la plus précieuse de toutes les Speedmaster.

1959 : Omega Speedmaster FIRST OMEGA IN SPACE – Worn by Walter Schirra : Deuxième version de la Speedmaster, cette montre se distinguait de la Broad Arrow originale par sa lunette en aluminium noir, son aiguille des secondes lollipop sur les modèles destinés à l’armée de l’air, et ses aiguilles des heures et des minutes de style Alpha. Elle est devenue la toute première montre Omega portée dans l’espace le 3 octobre 1962 au poignet de Walter Schirra, qui avait choisi la Speedmaster comme montre personnelle lors de la mission Sigma 7 du programme Mercury. C’est à ce moment que la légende spatiale de la Speedmaster a commencé.

1963 : Omega Speedmaster THIRD GENERATION – Tested and qualified by NASA : Cette Speedmaster a été la première montre à réussir les tests exigeants menés par la NASA sur ses équipements de vol. Si plusieurs marques ont proposé leurs montres à l’agence spatiale américaine, seule la Speedmaster a survécu à ses contrôles très stricts. Elle est entrée dans la légende en participant aux programmes Gemini et Apollo, mettant ainsi au service des astronautes sa précision et sa fiabilité incomparables.
Pour en savoir plus, rendez-vous ICI.

1964 : Omega Speedmaster A.C.P – Delivered to the Automovil Club Peruano : Fidèle aux origines automobiles de la Speedmaster, ce modèle rare a été spécialement commandé par l’Automovil Club Peruano de Lima au Pérou. L’échelle tachymétrique sur la lunette était idéale pour chronométrer les tours de piste, ce qui faisait de la Speedmaster la montre de choix pour les passionnés d’automobiles. Commandée à seulement 50 exemplaires, cette montre très rare se distingue par les initiales A.C.P inscrites sur son cadran.

1965 : Omega Speedmaster THE MOONWATCH – First watch worn on the moon : Quand Neil Armstrong et Buzz Aldrin ont posé pour la première fois le pied sur le sol lunaire en 1969, la Speedmaster est devenue la toute première montre à avoir été portée sur la Lune. Elle a par la suite participé à plus de missions lunaires que n’importe quel autre modèle. Inspirée par le design de la première Speedmaster, cette montre est dotée d’un nouveau boîtier asymétrique qui apporte une protection supplémentaire à la couronne et aux poussoirs. C’est aussi sur le cadran de ce modèle que la mention « Professional » a été apposée pour la première fois.

1968 : Omega Speedmaster RACING DIAL – For enhanced readability : Les origines du modèle Racing Dial, très rare, sont encore floues. On dit que les index des minutes bicolores ainsi que les aiguilles et le logo orange ont été institués pour rendre le chronographe plus facile à lire. Ce modèle a par la suite inspiré plusieurs versions dérivées, dont une édition limitée sortie au Japon en 2004.
C’est également ce modèle qui a inspiré l’Omega Speedmaster Racing Master Chronometer Baselworld 2017.

1968 : Omega Speedmaster ULTRAMAN – Worn in the TV series : Apparu à l’écran en 1971 dans une série télévisée de science-fiction japonaise, The Return of Ultraman, ce modèle rare se distinguait par son aiguille des secondes orange. Le créateur d’Ultraman, Eiji Tsuburaya, avait l’habitude de mettre en scène des montres uniques dans ses productions, et cette Speedmaster très originale n’a pas fait exception. On ignore le nombre exact d’exemplaires produits.

1969 : Omega Speedmaster ALASKA I (prototype) – Specially made for NASA : « Alaska » était le nom de code choisi par Omega pour tous ses projets avec la NASA, considérés comme top secret. Pour résister aux températures extrêmes de l’espace, le prototype Alaska I possédait un couvercle externe amovible en aluminium anodisé, ou « bouclier thermique », et un boîtier interne en titane, ce qui en faisait la toute première montre-bracelet au monde entièrement habillée de titane pur. Un cadran blanc a été ajouté pour mieux renvoyer la chaleur du soleil.

1969 : Omega Speedmaster COMMEMORATIVE EDITION – For Omega’s achievements in space : Première Speedmaster réalisée en or 18 carats, cette montre est une édition numérotée dotée d’une lunette bordeaux unique. Les premières montres de cette série ont été offertes à 19 astronautes lors d’un dîner de gala donné à Houston, au Texas, le 25 novembre 1969 en hommage à l’alunissage réussi de la mission Apollo 11. Trois montres ont également été décernées à titre posthume aux membres de l’équipage d’Apollo 1, Virgil Grissom, Ed White et Roger Chaffee.

1969 : Omega Speedmaster MARK II – First redesign : Avec son style épuré, la Speedmaster Mark II marquait la première évolution esthétique du célèbre chronographe Omega. Lancée en 1969 et offrant à la gamme Speedmaster un tout nouveau look, elle était disponible en version acier inoxydable, or 18 carats ou plaquée or, avec tout un éventail de cadrans et de fonctions différentes. Avec son boîtier tonneau et sa lisibilité accrue, la Mark II était également la première Speedmaster à abandonner le verre hésalite.

1971 : Omega Speedmaster MARK III – Omega’s first self-winding chronograph : Lancée en 1971, la Speedmaster Mark III, avec son boîtier « pilote », était le tout premier chronographe à remontage automatique produit par Omega. Le nouveau calibre 1040 constituait une révolution pour la Maison et, dans une publicité de 1972, Omega déclarait : « Après six alunissages, il ne restait plus qu’une chose à apprendre à la Speedmaster : se remonter toute seule. » Parmi ses autres caractéristiques, on trouve l’aiguille en forme de croix du compteur 60 minutes et un indicateur jour/nuit 24 heures unique à 9h.

1972 : Omega Speedmaster ALASKA II (prototype) – Pursuing the perfect space watch :

Poursuivant sa quête secrète de la montre idéale pour la NASA, Omega proposa un nouveau prototype : une montre de style Moonwatch qui conservait certaines des spécificités du modèle Alaska I, comme le bouclier thermique rouge ou encore le cadran blanc qui renvoyait la chaleur du soleil. Parmi les améliorations apportées à cette montre, on trouve les aiguilles des compteurs en forme de fusée pour un meilleur équilibre, les index lumineux et l’affichage radial des chiffres sur les compteurs, ainsi qu’une lunette numérotée de 0 à 60.

1973 : Omega SPEEDMASTER 125 – Celebrating 125 years of Omega : Cette montre est le tout premier chronographe automatique du monde à avoir reçu la certification chronomètre. Lancée à l’occasion du 125e anniversaire d’Omega, fondée en 1848, elle a été produite à 2.000 exemplaires. L’esprit d’aventure incarné par cette montre a inspiré le cosmonaute russe Vladimir Dzhanibekov, qui a porté la Speedmaster 125 en 1978, année où il a passé 145 jours et 16 heures dans l’espace.

1973 : Omega Speedmaster SPEEDSONIC – First electronic Speedmaster : Surnommée « The Lobster » en raison de la forme inhabituelle de son bracelet qui rappelait la queue d’un homard, la Speedsonic a été créée à une époque où les montres électroniques étaient très demandées. Equipée d’un innovant mouvement électromécanique, elle répondait ainsi à de nouvelles exigences en termes de précision et de fiabilité. Il est intéressant de noter que la taille de la couronne a été volontairement réduite pour souligner le fait qu’il était inutile de régler l’heure ou la date. Développée et présentée en 1973, elle n’a été lancée sur le marché que l’année suivante.

1975 : Omega Speedmaster APOLLO-SOYUZ – Celebrating the American-Soviet mission : En 1975, des cosmonautes russes et des astronautes américains portaient des montres Speedmaster lors d’une rencontre historique dans l’espace qui a marqué le début du réchauffement des relations est-ouest. Fabriquée en édition limitée à 500 exemplaires en hommage à ce rendez-vous spatial américano-soviétique, cette montre est le premier modèle de la série « Patch » : le logo Omega traditionnellement placé à 12h est ici remplacé par le logo de la mission. Les index des heures sont également plus longs et les poussoirs plus larges.

1978 : Omega Speedmaster ALASKA III – Built for the Space Shuttle : Pour le projet Alaska III, Omega a adapté sa Moonwatch classique en supprimant ses surfaces brillantes et en ajoutant un cadran plus facile à lire. Le résultat ? Un boîtier en acier inoxydable brossé et de grands chiffres à affichage radial sur les compteurs. Un premier lot de 56 pièces a été livré à la NASA pour une utilisation à bord de la navette spatiale dans les années 1980. S’en est suivi un deuxième lot peu de temps après.

1979 : Omega Speedmaster ALASKA IV – Quartz prototype for NASA : Quand la Speedmaster a brièvement adopté un affichage numérique, Omega a conçu ce prototype pour les astronautes de la NASA sur la base de ses modèles commerciaux. Les fonctions étaient identiques mais comprenaient en plus un système d’éclairage BETA qui permettait de mettre en lumière l’affichage sans utiliser d’ampoules traditionnelles. Douze exemplaires ont été envoyés aux astronautes de la NASA qui les testèrent à l’entraînement ainsi que dans la navette spatiale, avant de finalement décider de ne pas sélectionner cette montre.

1980 : Omega Speedmaster APOLLO 11 – Omega’s first sapphire crystal caseback : Lancé en hommage à la mission Apollo11 de 1969 au cours de laquelle la Speedmaster est devenue la première montre portée sur la Lune, ce modèle en or jaune était le premier à utiliser le calibre 861L et à posséder un fond transparent doté d’un verre saphir. Sur cette montre produite en série très limitée de 300 exemplaires, le L qui suit le numéro du calibre indique qu’il s’agit là de la version « luxe » du calibre 861, ornée de davantage de décorations.

1983 : Omega Speedmaster BICOLOR – First bicolor : Avec son style bicolore qui révolutionna l’esthétique originelle de la Speedmaster, ce modèle était doté d’un boîtier en acier, d’un cadran doré, de compteurs argentés et d’un bracelet en acier et or 14 carats. On ignore le nombre exact d’exemplaires produits mais rares sont ceux qui existent encore aujourd’hui.

1985 : Omega Speedmaster SPEEDYMOON – First Speedmaster Moonphase : Vingt ans après les débuts de la préparation de la Speedmaster pour son voyage sur la Lune, c’est finalement la Lune qui a donné rendez-vous à la Speedmaster. Surnommée « Speedymoon », cette montre produite à 1.300 exemplaires possède une complication phases de lune ornée d’étoiles et d’une Lune peintes. Sur certains rares exemplaires de cette première Speedmaster à phases de lune, l’astre lunaire est décoré d’un visage.

1987 : Omega SPEEDMASTER AUTOMATIC – The « Holy Grail » for collectors : Cette montre est la première Speedmaster à associer mouvement automatique et boîtier Moonwatch. Omega n’a commercialisé cette montre que pendant deux ans. Pour les collectionneurs, trouver un exemplaire original de cette montre est une obsession qui procure déception, désespoir et parfois joie… d’où son surnom de Graal des collectionneurs. Le boîtier est légèrement plus épais pour accueillir le mouvement automatique, tandis que les poussoirs et la couronne sont plus rapprochés que sur la Moonwatch traditionnelle.

1987 : Omega Speedmaster ITALY – Made especially for Italy : Produite en édition limitée de 500 exemplaires, cette montre a été créée spécialement pour le marché italien. Elle arbore un cadran noir aux compteurs dorés, une lunette en or jaune et une couronne et des poussoirs plaqués or jaune. La Speedmaster a noué des liens historiques particuliers avec l’Italie : le médaillon représentant un hippocampe qui habille le fond du boîtier de nombreuses montres Speedmaster et Seamaster s’inspire en effet de l’emblème que l’on trouve sur le flanc des gondoles de Venise.

1991 : Omega Speedmaster PERPETUAL CALENDAR – For Switzerland’s 700th anniversary : Ce modèle Speedmaster était limité à seulement 50 exemplaires. Bien qu’il célèbre le 700e anniversaire de la Suisse, il n’a été lancé que sur le marché japonais. En plus de sa fonction chronographe, il est doté d’une complication phases de lune et d’un calendrier perpétuel fonctionnant jusqu’en 2100. Cette montre est souvent considérée comme la plus complexe jamais produite par Omega dans cette collection.

1992 : Omega Speedmaster SKELETON – Rare hand-crafted limited edition : L’excellence artisanale d’Omega déploie toutes ses facettes sur ce captivant modèle Speedmaster, une création squelettée, limitée à seulement 50 exemplaires et dotée d’un fond transparent. Cette pièce a été imaginée à l’occasion du 50e anniversaire du projet 27 CHRO C12 d’Omega, qui a ouvert la voie à la création du calibre 321 ayant équipé la toute première Speedmaster. Un merveilleux hommage à l’innovation et à l’excellence.

1992 : Omega Speedmaster JUBILEE : First COSC-certified manual-wound Speedmaster : En 1942, Omega a lancé le projet 27 CHRO C12, aboutissant à la création du calibre 321 qui a équipé la première Speedmaster. En 1992, à l’occasion du 50e anniversaire de ce projet, Omega a lancé le modèle exclusif Jubilee 27 CHRO C12. Cette montre, la première Speedmaster à remontage manuel certifiée par le COSC, était produite en édition limitée à 250 pièces.

1995 : Omega Speedmaster APOLLO 13 – 25th anniversary : En 1970, l’Omega Speedmaster a joué un rôle essentiel lors de la mission Apollo 13 en aidant les astronautes à retourner sains et saufs sur Terre. Ce modèle 25e anniversaire est l’un des plus populaires auprès des collectionneurs car c’est la première d’une longue série de montres en hommage aux missions Apollo. Limitée à 999 exemplaires, elle était fournie avec le badge de la mission Apollo 13.

1995 : Omega Speedmaster MIR 365 DAYS – 365 days on MIR Space Station : En 1990, dix Speedmaster Moonwatch standards ont passé 90 jours en orbite à bord de la station spatiale Mir pour tester les effets de l’apesanteur sur la montre. Deux ans plus tard, une deuxième série de montres a passé 365 jours à bord de la station pour de nouvelles expériences. 28 de ces montres historiques ont été vendues en 1995. Sur le fond de leur boîtier, on pouvait lire les mots « 365 DAYS ON BOARD SPACE STATION MIR, JULY 1993 – JULY 1994 ».