Omega Railmaster 1957 Trilogie : COUP DE COEUR

Par Pierre Gisclard, le 3 juillet 2020
Omega Railmaster 1957 Trilogie : avis, test, prix, poids, épaisseur, entre-cornes...
Omega Railmaster 1957 Trilogie : avis, test, prix, poids, épaisseur, entre-cornes...
Diaporama
1957 : Omega dévoile la Railmaster - une montre antimagnétique destinée à ceux qui travaillent au contact des champs électriques. 2017 : la manufacture en propose une magnifique réédition upgradée.
Omega Seamaster Railmaster 1957 : découvrez cette magnifique montre automatique aux allures vintage dotée d’un mouvement contemporain. Test, photos Live, prix.
L'avis de la rédaction
77.5/100
Note des internautes
91/100

Avis aux lecteurs :
L’Omega Railmaster 1957 Trilogie réf. 220.10.38.20.01.00 testée dans cet article est vendue sur bracelet acier accompagné de deux bracelets additionnels : un bracelet en veau noir + un bracelet NATO beige/sable (celui qui habille le modèle testé et photographié).

 

Omega Railmaster : un bon design ne vieillit pas

1957 pourrait être considérée comme une année - voire L’Année - fondatrice pour Omega.

La maison horlogère créée en 1848 à La Chaux-de-Fonds et installée à Bienne à partir de 1880 dévoile en effet cette année-là trois montres qui vont devenir des piliers incontournables de son catalogue : le chronographe Omega Speedmaster, la Seamaster 300 et la Railmaster.

Omega, créée en 1848 à La Chaux-de-Fonds et installée à Bienne à partir de 1880, dévoile en 1957 trois montres qui vont devenir des piliers incontournables de son catalogue : le chronographe Omega Speedmaster, la Seamaster 300 et la Railmaster (ci-dessus). 2017 : elle en propose trois rééditions magnifiques.

60 ans plus tard, à l’occasion de Baselworld 2017, Omega célèbre l’anniversaire de ces montres en en proposant des rééditions au sein d’un coffret collector baptisé Trilogie 1957 proposé en série limitée à 557 exemplaires - ne le cherchez pas en boutiques : il est sold-out depuis bien longtemps.

En parallèle, Omega propose chacune de ces montres individuellement en série limitée à 3.557 exemplaires.

C’est à la Railmaster, sans doute moins populaire que les deux autres, que je vous propose de nous intéresser aujourd’hui en nous penchant sur cette édition contemporaine.

Pourquoi ?
Tout simplement parce que je l’ai redécouverte lors de mon passage à la boutique Omega des Champs Elysées cette semaine en allant photographier l’exclusive Omega Speedmaster Platine et que j’avais oublié à quelle point cette pièce est belle.

La Railmaster Omega Co-Axial Master Chronometer 38mm - tel est son nom (à rallonge) complet - se présente sans surprise sur un boîtier acier de 38 millimètres.
De ce diamètre pour le moins contenu découle quatre conséquences qui sont autant d’atouts selon moi.

L’Omega Railmaster est taillée pour habiller tous les poignets, quelle qu’en soit la circonférence.
Ceci expliquant cela, cette montre automatique pourra convenir aussi bien à la clientèle masculine que féminine.

N’ayez cependant pas peur de ses 38mm dont j’entends déjà certains dire que ce diamètre est trop petit pour eux.
La Railmaster 1957 affiche une belle présence visuelle au poignet grâce, notamment, à la finition poli-miroir de sa lunette et de ses cornes - la carrure du boîtier étant quant à elle satinée -, l’acier utilisé pour cette série limitée remplaçant le Staybrite inoxydable du modèle de 1957.

La Railmaster 1957 affiche une belle présence visuelle au poignet grâce, notamment, à la finition poli-miroir de sa lunette et de ses cornes - la carrure du boîtier étant quant à elle satinée -, l’acier utilisé pour cette série limitée remplaçant le Staybrite inoxydable du modèle de 1957.

Sa présence est par ailleurs renforcée lorsque vous l’habillez de son bracelet NATO Omega qui lui confère du volume.

Ses mensurations lui permettent également d’offrir un confort de porter au quotidien qui ne souffre pas la critique.

Enfin, ses 38 millimètres lui donnent, à dessein, des allures de montres anciennes cohérentes avec sa vocation de réédition - un sentiment renforcé par la présence d’une glace bombée en saphir évocatrice des montres anciennes, le modèle de 1957 étant doté d’une glace armée.

La belle simplicité de cette boîte vient mettre en valeur un cadran également simple mais d’une beauté époustouflante.
Il s’agit ni plus ni moins qu’une reproduction upgradée de celui de la Railmaster originelle.

D’un noir tropical - pour reprendre la terminologie Omega -, sa texture mate finement grainée est ponctuée d'index creusés (ils étaient simplement peints à l’origine) dans la surface du cadran, la marque remplissant lesdits index d’un Super-LumiNova teinté beige-sable.

 

Elégance vintage et performances contemporaines

Omega y appose son logo historique à midi et l’anime du même aiguillage broad arrow qui équipe le modèle d’origine, seule l’aiguille de grande seconde perdant sur la série limitée contemporaine son extrémité luminescente - un choix que je regrette d’ailleurs.

Enfin, comme en 1957, le cadran de cette Omega millésime 2017 se pare d’un simple marquage Railmaster, l’ensemble étant cerclé d’un rehaut poli-miroir.

La belle simplicité de la boîte de l’Omega Railmaster 1957 vient mettre en valeur un cadran également simple mais d’une beauté époustouflante. Il s’agit ni plus ni moins qu’une reproduction upgradée de celui de la Railmaster originelle composé d’un disque noir mat dans lequel sont creusés des index pourvus de Super-LumiNova teinté.

Simple, magnifique et d’une grande fidélité historique, le cadran offre, comme celui de son aînée, une lisibilité irréprochable.

Si, vue de l’extérieure, la Railmaster 1957 Série Limitée est formidablement proche de son aînée, il n’en va pas de même d’un point de vue mécanique.
Loin s’en faut.

Cette édition contemporaine est tout d’abord certifiée Master Chronometer - un label inexistant en 1957 qui soumet la montre à toute une batterie de tests drastiques afin d’en valider certains points tels que l’étanchéité, la capacité de la réserve de marche, la précision ou encore la résistance.

Entrainée par le calibre Omega 8806, un mouvement automatique délivrant une réserve de marche de 55 heures - un peu courte à mon goût dans un marché qui tend vers les 70 heures, en particulier chez des marques du Swatch Group telles que Mido ou Hamilton, marques sœurs d’Omega -, la Railmaster 1957 offre tout d’abord une résistance aux champs magnétiques hors norme.

C’était la vocation du modèle historique allez-vous me dire.
Certes.

Mais pour y parvenir en 1957, le mouvement de la Railmaster, le calibre 30 SC T4 - 284, était protégé des champs magnétiques par une calotte interne Armco, un cercle d’emboitage spécifique et un cadran plus épais que la normale, les trois étant réalisés en mumétal - appelé autrement fer doux.

Cette Omega Railmaster 1957 fait perdurer la légendaire résistance de son aînée en l’embarquant pourtant nettement plus loin et ce pour deux raisons majeures : elle dispose d’une résistance aux champs magnétiques jusqu’à 15.000 gauss et réalise cet exploit inégalé sur le marché sans faire appel à un boîtier interne en fer doux.

Résultat : la Railmaster présentait déjà une résistance aux champs magnétiques exceptionnelle jusqu’à plus de 900 gauss contre 60 pour une montre antimagnétique classique de l’époque.

Cette Omega Railmaster 1957 fait perdurer la légendaire résistance de son aînée en l’embarquant pourtant nettement plus loin et ce pour deux raisons majeures.

D’abord parce qu’elle résiste, comme toutes les montres Omega certifiées Master Chronometer, aux champs magnétiques jusqu’à 15.000 gauss - une résistance inégalée sur le marché.
Et qu’elle réalise cet exploit sans faire appel à un boîtier protecteur du mouvement mais en embarquant des composants conçus à partir de matériaux non ferreux et en l’équipant d’un spiral en silicium.

Tant et si bien que l’Omega Railmaster 1957, comme toutes les montres Omega certifées Master Chronometrer d’ailleurs, pourrait être équipée d’un fond saphir pour dévoiler son mouvement d’exception - ce qu’Omega a cependant la bonne idée de nous épargner par souci de cohérence historique.

Enfin, il convient de mentionner la redoutable précision de cette Railmaster contemporaine validée par la certification Master Chronometer qui lui garantit une précision de l’ordre de -0/+5 secondes par jour.

 

Ce qu’il faut retenir…

Je n’ai que deux petits regrets à formuler concernant cette Omega Railmaster 1957 (outre sa réserve de marche un peu courte) : son aiguille des secondes dont j’aurais aimé qu’elle soit la reproduction fidèle de celle de son aînée et, à l’inverse, son étanchéité de 60 mètres, conforme à celle du modèle original, qui aurait pu atteindre les 100 mètres par souci de confort de son propriétaire.

Réédition quasi fidèle du modèle historique, l’Omega Railmaster 1957 Trilogie affiche une esthétique sobre et une formidable élégance qui lui permettent de vous accompagner partout, ses apparences d’honorable montre ancienne dissimulant un mouvement haut de gamme associant résistance et précision. Une montre intemporelle et un coup de cœur !

Ces trois points ne sont néanmoins pour moi pas rédhibitoires tant cette pièce est absolument irrésistible.

Réédition quasi fidèle du modèle historique, l’Omega Railmaster 1957 Série Limitée affiche une esthétique sobre et une formidable élégance qui lui permettent de vous accompagner partout - sauf à la plage donc !

Ses dimensions contenues et sa simplicité servies par une réalisation de grande qualité en font une montre chic mais discrète que votre entourage prendra certainement pour une montre vintage.

Mais sous ses apparences d’honorable montre ancienne, l’Omega Railmaster 1957 Série Limitée dissimule un mouvement haut de gamme associant résistance et précision - deux qualités faisant potentiellement défaut sur les modèles d’époque.

Le package est enfin à souligner puisque Omega livre son modèle sur bracelet acier et l’accompagne de deux bracelets additionnels : l’un en cuir de veau noir, l’autre étant un bracelet NATO Omega de couleur beige-sable.

La note (6.400 €) est enfin peut-être un peu salée pour une trois aiguilles.
Elle sera néanmoins amortie dans le temps, l’Omega Railmaster 1957 Série Limitée affichant une esthétique intemporelle et une mécanique conçue pour durer.

J’ADORE !

Les +
  • la réédition particulièrement fidèle d’un modèle historique de chez Omega
  • une esthétique vintage associée à une mécanique contemporaine
  • une montre au design intemporel
  • une élégance discrète
  • des dimensions contenues à même d’habiller tous les poignets, aussi bien féminins que masculins
  • un magnifique cadran
  • un mouvement à la fois robuste et précis
  • la présence de deux bracelets additionnels fermés d’une boucle ardillon vintage très jolie
Les -
  • une étanchéité limitée à 60 mètres
  • une réserve de marche un peu courte à l’aune de la tendance actuelle et des compétences internes au Swatch Group
  • une aiguille de grande seconde dont j’aurais aimé qu’elle soit la reproduction de celle du modèle d’origine avec son extrémité luminescente
  • une addition un peu élevée - mais c’est une montre que vous garderez toute votre vie !
Informations complémentaires
  • l’Omega Railmaster 1957 est une série limitée à 3.557 exemplaires numérotés
  • elle est livrée avec trois bracelets : bracelet acier + bracelet en veau noir + bracelet NATO beige
  • poignet du rédacteur / testeur = 17,5 cm
Diaporama
16 Photos pour voir cette montre sous toutes les coutures
Cliquez sur une Photo pour ouvrir le diaporama.
  • Omega Railmaster 1957 Trilogie : avis, test, prix, poids, épaisseur, entre-cornes...
  • 1957 : Omega dévoile le modèle Railmaster
  • Tout savoir de la montre Omega Railmaster 1957 Série Limitée Trilogie
  • Photo au porter - Omega Railmaster 1957 Trilogy
  • Omega Railmaster 1957 sur bracelet acier - une montre livrée avec 3 bracelets
  • Omega Railmaster 1957 Trilogie sur bracelet NATO beige
  • Lisibilité nocturne - Omega Railmaster 1957 (Super-LumiNova teinté)
  • Réédition de l'Omega Railmaster de 1957
  • Aiguilles broad arrow - Omega Railmaster 1957 Trilogie
  • Un cadran noir tropical - Omega Railmaster 1957 Série Limitée Trilogie
  • Omega Railmaster 1957 Série Limitée : un cadran conforme à celui de la montre originale
  • Un boîtier de 38mm en acier - Omega Railmaster 1957 Série Limitée
  • Boucle ardillon Omega vintage - Omega Railmaster 1957 Série Limitée
  • Une série limitée à 3557 exemplaires numérotés - Omega Railmaster 1957 Série Limitée
  • un look vintage mais un mouvement contemporain - Omega Railmaster 1957 Série Limitée
  • Omega Railmaster 1957 Série Limitée, coup de coeur de The Watch Observer

Données constructeur

Marque Omega
Modèle Seamaster Railmaster Omega Co-Axial Master Chronometer 38mm
Référence constructeur 220.10.38.20.01.002 - Série limitée à 3.557 ex.
Boîtier (matière) Acier
Diamètre boîtier (hors couronne) 38 mm
Diamètre boîtier (avec couronne) 41,10 mm
Mouvement Automatique
Calibre Calibre Omega 8806
Base calibre Manufacture
Fonctions Seconde
Minute
Heure
Verre Saphir bombé antireflets 1 face
Capacité de la réserve de marche 55 h
Fond transparent NON
Entre-cornes 19 mm
Longueur corne à corne 47,90 mm
Hauteur boîtier 12,88mm (boîtier nu) / 15,60mm (bracelet NATO inclus)
Etanchéité 60 m
Bracelet (matière) Bracelet acier + bracelet en veau noir + bracelet NATO beige sable
Boucle (type) Boucle déployante
Boucle (matière) Acier
Poids total 79 grammes sur bracelet NATO / Non mesuré sur bracelet acier
Prix public conseillé en France au 03/07/2020 6,400.00 € calc

L'avis de la rédaction 77.5/100

Confort / Agrément (/15) 15
détail Mouvement (/20) 12.5
Optimisation / Décoration du mouvement (/5) 3.5
Agrément de manipulation et de réglage (/5) 5
Contrôle du mouvement par la Manufacture / distinctions diverses (/3) 3
Capacité de la réserve de marche (/2) 1
Complications (/5) 0
détail Finitions (/20) 14.5
Finitions cadran (/6) 4.5
Finitions boîtier (/6) 4.5
Qualité du travail de déco° / gravure du fond de boîte (/2) 1
Qualité du verre (/4) 3
Finitions de la boucle (interne et externe) (/2) 1.5
détail Fonctionnalité (/20) 16.5
Lisibilité diurne (/5) 5
Lisibilité nocturne (/4) 4
Etanchéité (/3) 0.5
Facilité de réglage et de changement du bracelet (/4) 3
Sécurité / solidité de la boucle (/4) 4
détail Bonus (/10) 7
Série limitée (/3) 1
Montre fournie avec plusieurs bracelets (/2) 2
Qualité de la boîte et de la sur-boîte (/1) 1
Portabilité avec manches de chemise fermées (/2) 2
Présence de "goodies" (/1) 0
Intelligibilité du booklet (/1) 1
Rapport qualité / prix (/15) 12
Pour quelles occasions ? Quand la porter ?
Dès que vous l'aurez achetée !!!

Note des internautes 91/100

Confort / Agrément (/15) 15.5
Mouvement (/20) 18
Finitions (/20) 17.5
Fonctionnalité (/20) 18
Bonus (/10) 10
Rapport qualité / prix (/15) 13.5
Noter cette montre
  • Commentaires 1

    Posté par :
    JayZ

    "La note (6.400 €) est enfin peut-être un peu salée pour une trois aiguilles." C'est un euphémisme. L'industrie horlogère suisse essaie de rattraper en prix ce qu'elle perd en volume. Jusqu'où ? Rappelez-vous, une Seamaster "James Bond" coûtait au début des années 2000 environ 1800€. Le mouvement n'était pas le même, me direz-vous, mais certifié chronomètre et étanche à 300m. Bonne journée.