Pays :

test JEANRICHARD Terrascope Beige Dial

La note de la rédaction
72 / 100
Partons à la découverte de la nouvelle Terrascope de JEANRICHARD, une montre automatique sport chic dévoilée à Bâle 2013 qui symbolise la renaissance d'une marque jusqu’à présent un peu endormie.
L'essentiel

JEANRICHARD Terrascope Beige Dial

Réf.: 60500-11-C01-FK6A
2,600.00 € Prix public conseillé en France au 18 septembre 2013
Marque JEANRICHARD
Modèle
Terrascope Beige Dial
Référence constructeur
60500-11-C01-FK6A
Boîtier (matière)
Acier
Diamètre boîtier (hors couronne)
44 mm
Diamètre boîtier (avec couronne)
49,77 mm
Mouvement
Automatique
Calibre
JR60
Base calibre
Sellita SW200
Fonctions
Date
Heure
Minute
Seconde
Verre
Saphir antireflets multi couches
Capacité de la réserve de marche
38h
Fond transparent
Non
Entre-cornes
25 mm
Longueur corne à corne
49,87 mm
Hauteur boîtier
12,75 mm
Etanchéité
100 m
Bracelet (matière)
Caoutchouc
Boucle (type)
Boucle déployante
Boucle (matière)
Acier
Poids total
151 grammes
Prix public conseillé en France au 18 septembre 2013
2,600.00 €
Confort / Agrément (/15) 14
Mouvement (/20) 6.5
Optimisation / Décoration du mouvement (/5) 0
Agrément de manipulation et de réglage (/5) 5
Contrôle du mouvement par la Manufacture / distinctions diverses (/3) 1
Capacité de la réserve de marche (/2) 0
Complications (/5) 0.5
Finitions (/20) 16
Finitions cadran (/6) 4.5
Finitions boîtier (/6) 4.5
Qualité du travail de déco° / gravure du fond de boîte (/2) 2
Qualité du verre (/4) 3
Finitions de la boucle (interne et externe) (/2) 2
Fonctionnalité (/20) 15.5
Lisibilité diurne (/5) 4.5
Lisibilité nocturne (/4) 3
Etanchéité (/3) 1
Facilité de réglage et de changement du bracelet (/4) 3
Sécurité / solidité de la boucle (/4) 4
Bonus (/10) 5
Série limitée (/3) 0
Montre fournie avec plusieurs bracelets (/2) 0
Qualité de la boîte et de la sur-boîte (/1) 1
Portabilité avec manches de chemise fermées (/2) 2
Présence de "goodies" (/1) 1
Intelligibilité du booklet (/1) 1
Rapport qualité / prix (/15) 15
Pour quelles occasions ? Quand la porter ? Pour retrouver le sens des réalités !
L'avis des internautes
82%
aiment cette montre
Donnez votre avis sur cette montre

2013, l’année des montres JEANRICHARD 2.0

Daniel Jeanrichard, horloger ayant vécu au XVIIème siècle et ayant beaucoup œuvré à la diffusion de son savoir faire, serait, selon la légende, l’un des fondateurs de l’industrie horlogère neuchâteloise.
Une statue a même été dressée à son effigie au Locle en 1888.

Il convient cependant de reconnaître que son nom n’a pas résisté à l’épreuve du temps…
Il est ainsi progressivement tombé dans l’oubli jusqu’au rachat de l’entreprise par Luigi Macaluso au cours de l’année 1980.
Ce dernier est le futur propriétaire de Sowind Group qui rachète Girard-Perregaux en 1992.
Le développement de JEANRICHARD est alors laissé de côté au profit de Girard-Perregaux.

Avec Bruno Grande à sa tête, la marque JEANRICHARD trouve un second souffle dont la gamme des Terrascope est une parfaite illustration.

A cela s’ajoute une stratégie industrielle pour le moins discutable – comme la production du calibre de manufacture JR1000 en 2004 et son intégration dans quasiment tous les modèles – qui induit des coûts de fabrication – et par conséquent des tarifs en boutique – relativement élevés (entre 5.000 € et 15.000€) pour une marque dépourvue de notoriété.
L’ensemble contribue à marginaliser encore un peu plus la marque.

La production était jusqu’à présent plus que confidentielle et l’avenir des montres JEANRICHARD ne semblait pas assuré…

Heureusement, Kering (PPR à l’époque), entré au capital en 2008 et actionnaire majoritaire de Sowind Group depuis 2011, décide de donner à la marque un second souffle en 2012.

Les rênes de l’entreprise sont alors confiées à Bruno Grande qui fait, avec une toute nouvelle équipe, le pari de la renaissance des montres JEANRICHARD.

Le nouveau crû est dévoilé à l’occasion de Baselworld 2013 avec, comme leitmotiv, de nouveaux designs et des prix drastiquement revus à la baisse.

La collection JEANRICHARD 2.0 proposée par la nouvelle équipe est, du moins sur le papier, aussi ambitieuse que cohérente.
Qu’en est-il dans les faits ?

JEANRICHARD Terrascope : un boîtier de très belle qualité

La Terrascope étant la principale incarnation de cette nouvelle orientation, voyons de plus prêt si cette nouveauté 2013 dispose des arguments nécessaires pour séduire son nouveau public.

Le premier élément qui saute aux yeux est le travail réalisé sur le nouveau boîtier de 44mm.
Son dessin, bien que fidèle à l’ADN des anciens modèles JEANRICHARD comme la Chronoscope, est pourtant totalement nouveau.

La lunette assez massive de la Terrascope, qui bénéficie d'un brossage vertical et présente des bords polis, n'est pas sans rappeler les créations de Gérald Genta. Ici la Terrascope cadran noir.

Il pourrait puiser son inspiration dans le look sport-chic des années 70 popularisé par les créations de Gérald Genta.
Ainsi, la lunette assez massive, qui bénéficie d’un brossage vertical et présente des bords polis, semble être un clin d’œil réussi aux Nautilus de Patek Philippe et Royal Oak d’Audemars Piguet, toutes deux dessinées par le célèbre designer.

Le reste du boîtier, de forme légèrement coussin, est lui aussi très travaillé.
Il bénéficie d’une alternance de brossés et polis
que l’on trouve très rarement dans cette gamme
de prix.

Le fond plein arbore quant à lui une très belle gravure du logo JR.
La couronne de la montre n’est pas vissée mais son étanchéité donnée à 100m est largement suffisante pour un usage courant y compris la baignade.

L’esthétique de l’ensemble est très plaisante et la finition excellente.
Ce look seventies est bien dans l’air du temps tout en parvenant à ne pas tomber dans l’excès.

 

Terrascope : une multitude de combinaisons cadrans / bracelets

Le cadran n’est pas non plus en reste avec ses index appliqués au look là encore très seventies.

Il est agrémenté d’un rehaut qui lui confère une belle profondeur.

Les aiguilles de type broad arrow sont également très réussies et ne sont pas sans rappeler celles utilisées par Omega sur les premières Speedmaster.

La collection JEANRICHARD Terrascope offre un choix de coloris de cadran, de matières et de coloris de bracelets qui permet une multitude de combinaisons.

Notons au passage que le cadran de la Terrascope est disponible dans différents coloris, dont certains très originaux : blanc, beige, noir, gris, mais aussi bleu, aubergine, vert foncé…
Associés aux options de bracelet – caoutchouc, acier, différents cuirs et coloris – proposées par JEANRICHARD, ils permettent de multiples combinaisons qui contribuent à rendre chaque montre quasiment unique (voir notre série photos consacrée aux nouvelles collections Terrascope).

Il convient également de souligner que l’équipe dirigée par Bruno Grande n’a pas ménagé non plus ses efforts du côté de la finition des cadrans.
Très proprement réalisée sur tous les modèles que nous avons eus en main, certaines références disposent par exemple d’une finition satiné vertical qui donne au cadran une profondeur et des reflets du plus bel effet – voir nos photos de la JEANRICHARD Terrascope cadran noir.

Bref, la nouvelle JEANRICHARD Terrascope est dotée d’un boîtier et d’un cadran à la qualité de fabrication digne de productions beaucoup plus onéreuses – et d’un look qui confère à chaque modèle une vraie personnalité.

Une montre automatique sport chic

Côté mécanique, la Terrascope embarque le calibre JR60.
Il s’agit en réalité d’un Sellita SW200, un mouvement de grande série.

Il vient judicieusement remplacer le calibre JR1000 de manufacture dont les faibles volumes
de production induisaient un coût prohibitif sans apporter de réelle plus value horlogère aux
montres de sport des anciennes collections JEANRICHARD.

Bénéficiant d'une belle qualité de fabrication, le boîtier de la Terrascope propose, à la place d'un inutile fond transparent, un fond orné d'une jolie gravure.

C’est entre autres ce choix qui permet à la marque de proposer la Terrascope à un tarif aussi attractif – 2.600 € en l’occurrence !

Il convient malgré tout de préciser que le Sellita utilisé ici est un mouvement parfaitement fiable et précis dont la maintenance ne posera aucun souci.

Saluons au passage la bonne idée dont fait preuve la marque en équipant sa Terrascope d’un fond plein – même si l’option choisie décevra peut-être certains amateurs de montres avec vue sur le mouvement.

En effet, un fond saphir implique nécessairement des coûts supplémentaires substantiels pour offrir un spectacle de qualité en termes de finitions – des coûts forcément impactés sur le tarif final de la montre pour un résultat qui ne s’avère pas toujours très convaincant…

Dans ces cas-là, et c’est l’option retenue pour la Terrascope, autant cacher le mouvement derrière un fond plein orné d’une jolie gravure.

Au poignet, la JEANRICHARD Terrascope est une montre très agréable grâce notamment à son bracelet caoutchouc assez souple et aux cornes courtes et plongeantes qui prolongent le boîtier.

Autre bonne idée de cette Terrascope : à la place d'un écrin traditionnel, cette JEANRICHARD version 2013 est livrée dans un écrin que vous pourrez ultérieurement réutilisé - par exemple pour y ranger votre appareil photo.

La lisibilité est excellente de jour comme de nuit même si les aiguilles manquent parfois d’un peu de contraste dans la configuration que nous avons testée.

L’épaisseur de 12,75mm et l’ouverture raisonnable du cadran donnent une belle présence à la Terrascope sans en faire une montre trop imposante malgré ses 44mm de diamètre.

Enfin, il s’agit d’une montre d’une grande polyvalence. Vous pourrez ainsi porter sans crainte votre JEANRICHARD Terrascope aussi bien en costume cravate que sur une tenue décontractée – voire carrément en maillot de bain lors de vos prochaines vacances !

Le seul petit reproche – mais qui reste une affaire de goût – concerne la littérature relativement présente sur le cadran et la taille imposante du logo JEANRICHARD qui chargent un peu l’ensemble. Rien de rédhibitoire cependant !

 

Conclusion

JEANRICHARD, sous la houlette de Bruno Grande et de ses équipes, fait un sans faute avec la Terrascope.
La marque semble en effet avoir fait le choix de tout miser sur le produit plutôt que sur le marketing et on ne peut que s’en réjouir.
Ainsi, même si le nom JEANRICHARD ne déchaine pas encore les foules, cette Terrascope semble être destinée aux véritables amateurs qui sauront en apprécier les qualités intrinsèques : une montre dotée d’une vraie personnalité et bénéficiant d’une belle qualité de réalisation – sans oublier un excellent rapport qualité / prix.
Cerise sur le gâteau, avec une production actuelle de 2.000 montres par an et un objectif à terme de quelques dizaines de milliers d’exemplaires, les nouvelles JEANRICHARD offrent l’exclusivité des productions indépendantes au prix de la grande série !

 

Les + :

  • l’excellente qualité de finition du boîtier et du cadran
  • les nombreuses combinaisons cadran / bracelet possibles
  • une montre à la forte personnalité
  • une montre polyvalente
  • un excellent rapport qualité / prix
  • l’écrin dans lequel la montre est livrée

 

Les – :

  • une absence de notoriété qui pourra constituer un frein pour certains
  • une littérature sur le cadran que certains trouveront peut-être trop abondante

Informations complémentaires :

  • la montre JEANRICHARD Terrascope est livrée dans un écrin que vous pourrez recycler en sac photo chic et sport
  • poignet du rédacteur / testeur = 17 cm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *