Pays :

test Omega Speedmaster ’57 Chronographe Co-Axial

La note de la rédaction
78.5 / 100
A deux semaines de l'ouverture de Baselworld 2017 qui devrait en grande partie être dédié, chez Omega, aux 60 ans de son iconique Speedmaster, retour sur l'ultra séduisante version '57 Co-Axial.
L'essentiel

Omega Speedmaster '57 Chronographe Co-Axial

Réf.: 331.12.42.51.01.002
7,200.00 € Prix public conseillé en France au 8 mars 2017
Les +
  • un chronographe contemporain à la fois élégant et sportif
  • un modèle très masculin
  • sa qualité de réalisation
  • sa lunette tachymétrique en acier satiné
  • son somptueux cadran
  • sa fonctionnalité (lisibilité et étanchéité à 100m)
  • son mouvement robuste et fiable
  • son rapport qualité / prix / design très compétitif
Les -
  • son épaisseur, qui mériterait quelques millimètres de moins
  • l’absence de certification Master Chronometer – mais là, Omega n’y peut rien !
Marque Omega
Modèle
Speedmaster '57 Chronographe Co-Axial
Référence constructeur
331.12.42.51.01.002
Boîtier (matière)
Acier
Diamètre boîtier (hors couronne)
41,5 mm
Diamètre boîtier (avec couronne)
44,60 mm
Mouvement
Automatique
Calibre
Calibre Omega 9300 Co-Axial
Base calibre
Manufacture
Fonctions
Chronographe
Date
Heure (réglage indépendant)
Minute
Seconde
Verre
Saphir bombé antireflets
Capacité de la réserve de marche
60h
Fond transparent
Oui
Entre-cornes
20 mm
Longueur corne à corne
49,84 mm
Hauteur boîtier
16,41 mm
Etanchéité
100 m
Bracelet (matière)
Cuir
Boucle (type)
Boucle déployante
Boucle (matière)
Acier
Poids total
108 grammes
Prix public conseillé en France au 8 mars 2017
7,200.00 €
Confort / Agrément (/15) 15
Mouvement (/20) 13.5
Optimisation / Décoration du mouvement (/5) 3.5
Agrément de manipulation et de réglage (/5) 4.5
Contrôle du mouvement par la Manufacture / distinctions diverses (/3) 2
Capacité de la réserve de marche (/2) 1
Complications (/5) 2.5
Finitions (/20) 16.5
Finitions cadran (/6) 5.5
Finitions boîtier (/6) 4.5
Qualité du travail de déco° / gravure du fond de boîte (/2) 1.5
Qualité du verre (/4) 4
Finitions de la boucle (interne et externe) (/2) 1
Fonctionnalité (/20) 16
Lisibilité diurne (/5) 4.5
Lisibilité nocturne (/4) 3.5
Etanchéité (/3) 1
Facilité de réglage et de changement du bracelet (/4) 3
Sécurité / solidité de la boucle (/4) 4
Bonus (/10) 2.5
Série limitée (/3) 0
Montre fournie avec plusieurs bracelets (/2) 0
Qualité de la boîte et de la sur-boîte (/1) 1
Portabilité avec manches de chemise fermées (/2) 0.5
Présence de "goodies" (/1) 0
Intelligibilité du booklet (/1) 1
Rapport qualité / prix (/15) 15
Pour quelles occasions ? Quand la porter ? En relisant "On a marché sur la lune"
L'avis des internautes
89%
aiment cette montre
Donnez votre avis sur cette montre

Omega Speedmaster : un chronographe légendaire

L’année 2017 sera sans conteste une grande année pour Omega.

La filiale du Swatch Group fête en effet la bagatelle de quatre anniversaires à l’occasion de Baselworld 2017 : les 60 ans de la Speedmaster, de la Seamaster et de la Railmaster ainsi que les 50 ans de la De Ville – profitez-en pour explorer le catalogue et les prix des montres Omega neuves.
Pourtant, même si chacune de ces montres a marqué de son empreinte l’histoire de l’horlogerie, l’Omega Speedmaster jouit sans nul doute d’un prestige véritablement à part.

La Speedmaster, apparue au catalogue Omega en 1957 et destinée dans un premier temps aux scientifiques (médecins, techniciens...) et aux amateurs de vitesse - d'où son nom -, est homologuée le 1er mars 1965 par la NASA pour toutes les missions spatiales habitées. Ainsi débute la légende. Ci-dessus la 1ère Speedmaster, réf. CK 2915.

La raison en est simple et bien connue des collectionneurs : ce chronographe apparu en 1957 et destiné dans un premier temps aux scientifiques (médecins, techniciens…) et aux amateurs de vitesse – d’où son nom – est homologué le 1er mars 1965 par la NASA pour toutes les missions spatiales habitées.
La Speedmaster fait en d’autres termes partie du paquetage des astronautes de la NASA.

Cette Omega se retrouve quelques années plus tard créditée du nom de Moonwatch pour avoir été la première montre à aller sur la Lune, le 21 juillet 1969 – en l’occurrence au poignet de Buzz Aldrin qui rejoint Neil Armstrong, premier homme à fouler le sol lunaire (ce dernier ayant laissé sa Speedmaster à bord de la capsule Eagle).

Ainsi nait la légende de ce modèle réputé dès le départ et aujourd’hui encore pour sa lisibilité exceptionnelle, sa robustesse et sa fiabilité.
60 ans après, on peut ajouter à ces trois qualificatifs celui de l’intemporalité.

En effet, si Omega a su décliner en de multiples versions et autres séries limitées son légendaire chronographe, un constat s’impose : la Speedmaster Moonwatch classique, toujours au catalogue Omega, n’a évolué qu’à la marge par rapport au modèle embarqué sur la Lune.

D’autres versions – la collection compte à vue de nez quelque 80 références ! – ont en parallèle vue le jour, rendant chacune à leur manière hommage à la légende.
Il en va ainsi par exemple de la très belle et vintage à souhait Speedmaster First Omega in Space dévoilée en 2012 ou, plus proche de nous, de la technique Speedmaster Moonwatch Master Chronometer Phase de Lune introduite au catalogue de la filiale du N°1 mondial de l’horlogerie à Bâle l’année dernière.

L’Omega Speedmaster ’57 Chronographe Co-Axial fait quant à elle son apparition à Baselworld 2013 et rend un hommage à la toute première Speedmaster de 1957.

Omega Speedmaster ’57 : un chronographe inspiré de la CK 2915

L’Omega Speedmaster ’57 Chronographe Co-Axial ne s’en cache pas, comme en témoigne son nom évocateur : elle reprend à son compte certains des traits identitaires de la première Speedmaster, référence CK 2915, apparue en 1957.

Le premier clin d'œil à la première Speedmaster de 1957 que nous propose cette très belle version dévoilée en 2013 réside dans sa lunette tachymétrique en acier satiné, la Moonwatch classique étant quant à elle pourvue d'un insert en aluminium noir.

Le premier clin d’œil que nous propose cette montre de sport taillée à l’origine pour la vitesse réside dans sa lunette tachymétrique en acier satiné, la Moonwatch classique étant quant à elle pourvue d’un insert en aluminium noir – quand il ne s’agit pas de céramique comme sur les toutes dernières versions.

Les plus observateurs – et les moins presbytes – noteront par ailleurs que, comme sur la version de 1957, l’échelle de la Speedmaster ’57 est gravée de la mention Tachymètre Base 1000 et est graduée de 300 à 60 km/h – la gravure devenant à partir de 1962 Tachymètre Base 500 avec une graduation de 500 à 60 km/h.

Si ce deuxième aspect ne modifie en rien la perception visuelle du modèle, la présence d’une lunette en acier satiné amplifie en revanche l’ouverture de boîte (qui ne fait que 41,5mm de diamètre) tout en conférant à cette Omega Speedmaster ’57 un côté plus montre classique et moins sportif.

Du côté des similitudes avec la Speedmaster CK 2915, les amateurs relèveront également la présence d’anses droites qui viennent prolonger ce beau bloc d’acier qui alterne aujourd’hui surfaces poli miroir (dessus et dessous des cornes) et traitement satiné (carrure).

L'Omega Speedmaster '57 rend cependant probablement le plus grand hommage à son aînée en lui empruntant son aiguillage identitaire - d'imposantes aiguilles acier dont celle des heures se prolonge d'une flèche - une caractéristique qui vaudra à la Speedmaster originelle puis à ses descendantes équipées d'un aiguillage identique le surnom de Broad Arrow.

Cette Omega Speedmaster ’57 rend cependant probablement le plus grand hommage à son aînée en lui empruntant son aiguillage identitaire.

En effet, contrairement à la Speedmaster Moonwatch qui adopte dès 1963 de fines mais ultra lisibles aiguilles blanches de forme bâton, cette version Baselworld 2013 se pare, comme la CK 2915, d’imposantes aiguilles acier dont celle des heures se prolonge d’une flèche – une caractéristique qui vaudra à la Speedmaster originelle le surnom de Broad Arrow, terminologie également adoptée pour désigner en général ce type d’aiguilles.

Comme en 1957, les aiguilles de la Speedmaster ’57 Chronographe Co-Axial sont enduites de matière luminescente.
Jouant pleinement la carte vintage, Omega opte pour un Super-LumiNova teinté destiné à évoquer le tritium patiné si prisé des collectionneurs pour sa couleur qui vire avec le temps du blanc vers le beige voire l’ocre – cette même couleur étant utilisée pour tous les marquages du cadran.

Le contraste avec le cadran noir qui en résulte est parfaitement efficace et la lisibilité impeccable de jour comme de nuit.

Un chronographe contemporain haut de gamme

Bien que directement inspirée de la première Speedmaster de l’histoire, la Speedmaster ’57 Chronographe Co-Axial de 2013 n’en demeure pas moins une montre contemporaine comme en témoigne sa conception haut de gamme.

La construction de son cadran reprend par exemple la technique utilisée pour celui de la très belle Omega Seamaster 300 Master Co-Axial.
Son magnifique visage se caractérise ainsi par des index qui ont été creusés directement dans la surface du cadran puis remplis de matière luminescente – un travail parfaitement exécuté dont vous profiterez encore davantage si vous vous munissez d’une loupe.

Fruit d'une évolution du côté du mouvement, les trois compteurs originaux de la Speedmaster de 1957 sont réduits à deux sur cette version 2013 tout en proposant les mêmes indications que la CK 2915. La raison ? Le remplacement du Lémania 321 par le calibre Omega Co-Axial 9300.

Le léger relief qu’ils apportent est bien entendu complété par celui, visuellement plus perceptible, des compteurs de chronographe, également creusés – une caractéristique présente dès la première Speedmaster.

Cet irrésistible cadran est complété d’un discret mais néanmoins lisible quantième positionné à 6h qu’Omega a l’intelligence de proposer sur disque dateur noir et chiffre ocre.
Cette concession aux temps modernes – parce qu’une date, c’est bien pratique sur une montre, quoi qu’on en dise ! – est rendue possible par une autre évolution – et pas des moindres – proposée par cette Speedmaster contemporaine.

Les trois compteurs originaux (petite seconde à 9h, compteur de chronographe 30 minutes à 3h et compteur de chronographe 12 heures à 6h) sont réduits à deux sur cette version 2013 tout en proposant les mêmes indications que la CK 2915.

Il ne s’agit pas d’un tour de passe-passe mais de l’usage d’un autre mouvement que celui embarqué par la Speedmaster originelle – en l’occurrence le célèbre calibre 321 de Lémania.

Protégé derrière un fond saphir bombé, le calibre 9300 de l'Omega Speedmaster '57 Chronographe Co-Axial dispose notamment d'une roue à colonnes, d'un échappement co-axial, d'un spiral en silicium monté sur balancier-spiral sans raquette ou encore de deux barillets qui lui permettent de délivrer une confortable réserve de marche de 60h.

Omega a en effet choisi d’équiper la Speedmaster ’57 Chronographe Co-Axial de son calibre 9300.
Ce mouvement chronographe à remontage automatique – et oui, la Speed ’57 est une montre automatique, contrairement à son aînée –  dispose notamment d’une roue à colonnes, d’un échappement co-axial, d’un spiral en silicium monté sur balancier-spiral sans raquette ou encore de deux barillets qui lui permettent de délivrer une confortable réserve de marche de 60h.

Certes le calibre 9300 ne bénéficie pas de la certification Master Chronometer, son lancement étant antérieur à la mise au point de ladite certification.
Il est néanmoins certifié chronomètre par le COSC et son spiral en silicium, s’il ne le protège pas des champs magnétiques jusqu’à 15.000 gauss, devrait néanmoins le protéger des variations de température et des champs magnétiques résultant de la vie quotidienne.

La dernière caractéristique inhérente à ce mouvement performant se voit côté cadran puisque les totalisateurs des minutes et des heures du chronographe se retrouvent concentrés sur un seul et même compteur pourvu de deux aiguilles – la lecture des temps chronométrés s’en trouvant simplifiée.

Omega Speedmaster ’57 Chronographe Co-Axial :
Ce qu’il faut retenir…

En attendant (avec impatience) les nouvelles Speedmaster que dévoilera Omega pour célébrer comme il se doit les 60 ans de son chronographe de légende, cette Speedmaster ’57 Chronographe Co-Axial lancée en 2013 est véritablement très réussie.
Si certains regretteront son épaisseur, celle-ci n’entache en rien son confort de porté ni la perception qui en résulte – en l’occurrence un beau bloc d’acier masculin luxueusement fini, un somptueux cadran aux allures vintage et à la lisibilité exemplaire, un mouvement robuste et performant sans oublier un look sport chic qui fait de cette Speedmaster un chronographe d’une très grande polyvalence.
Quant à son prix, il place sans aucun doute cette Speedmaster ’57 Chronographe Co-Axial parmi les meilleurs rapports qualité / prix / design du marché.
En tout cas, nous, on adore !
Et ce n’est pas parce que Georges Clooney en a fait la pub…

Derniers articles Omega

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *