Pays :

test Omega Seamaster Diver 300M Edition 007 No Time To Die : la nouvelle montre de James Bond

La note de la rédaction
80.5 / 100
Conçue avec Daniel Craig et portée par le plus célèbre agent secret au monde, partons à la découverte de la nouvelle et surprenante Omega Seamaster Diver 300M arborée par 007 dans « No Time To Die ».
L'essentiel

Omega Seamaster Diver 300M Edition 007

Réf.: 210.90.42.20.01.001
8,600.00 € Prix public conseillé en France au 21 janvier 2020
Les +
  • la nouvelle montre Omega de James Bond – et c’est en soi un Evénement !
  • une montre aussi inattendue que séduisante
  • une personnalité unique
  • un cadran inédit hautement vintage de toute beauté
  • une très belle boîte en titane
  • un superbe bracelet
  • une montre ultra résistante et précise à souhait
  • un excellent rapport qualité / prix
Les -
  • une montre qui pourra vous dérouter dans un premier temps en raison de choix segmentants
  • une nouvelle boucle pour le bracelet qui aurait mérité une rallonge de confort pour un confort optimisé
  • une luminescence légèrement amoindrie par rapport au Super-LumiNova habituellement utilisé par Omega
  • l’absence décevante de goodies évocateurs de 007 dans le packaging…
Marque Omega
Modèle
Seamaster Diver 300M Edition 007
Référence constructeur
210.90.42.20.01.001
Boîtier (matière)
Titane Grade 2
Diamètre boîtier (hors couronne)
42 mm
Diamètre boîtier (avec couronne)
46,02 mm
Mouvement
Automatique
Calibre
Cal. Omega 8806
Base calibre
Manufacture
Fonctions
Heure
Minute
Seconde
Valve hélium
Verre
Saphir bombé antireflets 1 face
Capacité de la réserve de marche
55h
Fond transparent
Non
Entre-cornes
20 mm
Longueur corne à corne
49,40 mm
Hauteur boîtier
13,07 mm
Etanchéité
300 m
Bracelet (matière)
Titane
Boucle (type)
Boucle déployante
Boucle (matière)
Titane
Poids total
97 grammes
Prix public conseillé en France au 21 janvier 2020
8,600.00 €
Confort / Agrément (/15) 15
Mouvement (/20) 13.5
Optimisation / Décoration du mouvement (/5) 3.5
Agrément de manipulation et de réglage (/5) 4
Contrôle du mouvement par la Manufacture / distinctions diverses (/3) 3
Capacité de la réserve de marche (/2) 1
Complications (/5) 2
Finitions (/20) 16
Finitions cadran (/6) 5
Finitions boîtier (/6) 5
Qualité du travail de déco° / gravure du fond de boîte (/2) 1.5
Qualité du verre (/4) 3
Finitions de la boucle (interne et externe) (/2) 1.5
Fonctionnalité (/20) 17
Lisibilité diurne (/5) 5
Lisibilité nocturne (/4) 3
Etanchéité (/3) 2
Facilité de réglage et de changement du bracelet (/4) 3
Sécurité / solidité de la boucle (/4) 4
Bonus (/10) 4
Série limitée (/3) 0
Montre fournie avec plusieurs bracelets (/2) 0
Qualité de la boîte et de la sur-boîte (/1) 1
Portabilité avec manches de chemise fermées (/2) 2
Présence de "goodies" (/1) 0
Intelligibilité du booklet (/1) 1
Rapport qualité / prix (/15) 15
Pour quelles occasions ? Quand la porter ? A l'avant-première de No Time To Die !!
L'avis des internautes
91%
aiment cette montre
Donnez votre avis sur cette montre

Omega et James Bond : nouvel opus, nouvelle Seamaster

La sortie d’un nouvel opus des aventures du plus célèbre agent secret de tous les temps est toujours un Evénement (avec un e majuscule), à la fois pour les cinéphiles et pour les amateurs de montres – et de montres de plongée en particulier.

Pourquoi ?

Si l’agent de Sa Majesté a porté au début de sa carrière diverses marques de montres, Omega a mis le grappin à son poignet à l’occasion de GoldenEye en 1995, avec Pierce Brosnan dans le rôle de 007. Depuis, la marque du Swatch Group donne l’heure au plus célèbre des agents secrets à l’occasion de chaque nouvel opus. Ci-dessus la superbe Seamaster 300 Spectre.

Parce que Daniel Craig a su relancer la carrière de James Bond en imposant un personnage plus viril et contemporain que ses récents prédécesseurs dont les brushings inamovibles en faisaient parfois des bellâtres un peu mièvres (à mon goût !) – je mets à part le grand Sean Connery !

Ce dernier porte d’ailleurs, à l’occasion de James Bond contre Dr. No, le tout premier 007 (1962), une Rolex Submariner (explorez le catalogue Rolex 2020).

L’agent de Sa Majesté portera par la suite des montres de diverses marques (Seiko, Gruen, Breitling, Hamilton ou encore TAG Heuer), Omega mettant le grappin sur le poignet de Bond à compter de 1995 sans jamais le lâcher depuis.
Chaque nouveau James Bond est désormais l’occasion pour Omega d’éditer une montre (au minimum) destinée à accompagner les aventures musclées de 007.

Envahissant les écrans à partir d’avril 2020, la saga 007 s’enrichit ainsi d’un 25ème opus portant le titre de No Time To Die.

Il a la délicate mission de faire suite à Spectre, sorti en France en novembre 2015, qui a marqué les annales pour deux raisons.

Spectre célébrait d’une part les 20 ans du partenariat scellé entre James Bond et Omega, celui-ci remontant à GoldenEye (1995) avec Pierce Brosnan campant le rôle de l’agent secret imaginé par Ian Fleming.

Prendre la relève de la Seamaster 300 Spectre n’est pas une mission aisée sans pour autant être impossible. C’est en tout cas celle qui est assignée à cette Seamaster Diver 300M Edition 007 dévoilée par Omega en décembre dernier associant boîte et bracelet titane à un cadran inspiré du passé.

C’est également à l’occasion de Spectre que la marque du Swatch Group lançait l’Omega Seamaster 300 Spectre, – un modèle que je considère comme étant l’une des plus belles Seamaster de ces dernières années.

Prendre la relève d’un tel modèle n’est dès lors pas une mission aisée sans pour autant être impossible.

C’est en tout cas celle qui est assignée à cette Seamaster Diver 300M Edition 007 dévoilée par Omega en décembre dernier – profitez-en pour explorer le catalogue et les prix Omega.

La manufacture de Bienne a d’abord l’intelligence de changer radicalement de registre par rapport à la Spectre en nous embarquant dans des contrées horlogères inexplorées : un cocktail explosif mixant contemporanéité et caractéristiques hautement vintage.

Certains me diront : Mais tel était le cas de la Seamaster 300 Spectre !
Et c’est vrai.
Mais Omega pousse l’exercice ici un cran plus loin au point de dérouter certains d’entre nous dans un premier temps – avant de les séduire.
C’est mon cas.

Je m’explique en deux mots.

 

Omega Seamaster Diver 300M 007 : des choix inattendus

Cette Seamaster Diver 300M Edition 007, comme son nom l’indique, est basée sur la célèbre Seamaster Diver 300M dont Omega fêtait en 2018 les 25 ans.

Lancée en 1993, cette Seamaster affiche dès sa naissance un design taillé pour traverser le temps sans prendre une ride.

Cette Seamaster Diver 300M Edition 007, comme son nom l’indique, est basée sur la célèbre Seamaster Diver 300M dont Omega fêtait en 2018 les 25 ans. Lancée en 1993, cette Seamaster affiche dès sa naissance un design taillé pour traverser le temps sans prendre une ride. Cette nouvelle version en conserve les principaux atours.

Ainsi, plus d’un quart de siècle plus tard, elle semble avoir été créée tout récemment tant le charme opère avec toujours autant d’efficacité.

La toute nouvelle Omega Seamaster Diver 300M Master Chronometer cadran céramique blanc, hautement contemporaine, est en particulier parfaitement irrésistible.

Pourtant la marque du N°1 mondial de l’horlogerie opte sur cette 007 pour des options de prime abord anachroniques avec cette dimension contemporaine.

En effet, Omega pare la Seamaster Diver 300M Edition 007 réalisée en titane d’un cadran et d’une lunette on ne peut plus vintage.

Tous deux affichent en effet une teinte brune, évocation assumée de certaines montres anciennes dont le cadran et / ou la lunette, noir d’origine, a viré au brun – les anglo-saxons et collectionneurs en général parlent de tropical dial.

Elégamment bombé en périphérie – autre clin d’œil aux montres vintage -, le cadran de cette 007 accueille un Super-LumiNova de couleur sable qui fait bien entendu référence au tritium oxydé des montres du passé.

Sa lunette tournante unidirectionnelle en aluminium (matériau également utilisé pour le cadran) – elles sont aujourd’hui en céramique – est rythmée de graduations réalisées au moyen de cette même matière luminescente.

Omega opte sur cette nouvelle 007 pour des options de prime abord anachroniques avec la dimension contemporaine de la Seamaster Diver 300M. En effet, la marque du Swatch Group pare la Seamaster Diver 300M Edition 007, un modèle en titane, d’un cadran et d’une lunette on ne peut plus vintage.

Omega ne s’arrête cependant pas là.

La marque choisit de conférer à sa Seamaster Diver 300M Edition 007 une dimension militaire. Son cadran se pare ainsi du célèbre marquage Broad Arrow à 6h, juste au-dessus de l’index des heures.

Pour rappel, il s’agit d’un marquage caractéristique des montres militaires et autres matériels propriété de l’armée britannique fournis à la Royal Navy par le Board of Ordnance, notamment pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Difficile de faire plus vintage !

Même ambiance au dos de cette montre automatique masculine, son fond brossé et vissé étant décoré, en plus du Broad Arrow, de gravures reproduisant le format des véritables montres militaires d’antan.

Enfin, Omega propose deux options pour habiller la Seamaster Diver 300M Edition 007 : un joli bracelet NATO ou un nouveau bracelet titane en mailles doté d’une boucle ajustable.

 

Seamaster 007 : un cocktail explosif et séduisant

Cette nouvelle Omega, réalisée d’après le communiqué de presse de la marque, en collaboration étroite avec Daniel Craig, m’a véritablement surprise et déroutée dans un premier temps.

En cause : le design contemporain (et intemporel) d’une montre en titane qui vient à peine de fêter ses 25 ans et qui accueille, pour No Time To Die, un cadran directement inspiré des montres des années 60 et 70.
Bref, un véritable anachronisme !

Et pourtant…

Cette nouvelle Omega m’a véritablement surprise et déroutée dans un premier temps. En cause : le design contemporain (et intemporel) d’une montre en titane qui vient à peine de fêter ses 25 ans et qui accueille, pour No Time To Die, un cadran inspiré des montres des années 60 et 70 marqué d’un Broad Arrow. Bref, un véritable anachronisme.

Je me dois de le reconnaître après trois jours passés avec cette Seamaster Diver 300M Edition 007 au poignet : le charme opère pleinement !

Bien entendu parce que cette montre Omega fait sienne le design irrésistible et unique de la Seamaster 300M avec ses cornes twistées ou sa lunette tournante identitaire.

Mais aussi parce qu’Omega opte pour une conception en titane qui lui offre non seulement un confort de porter optimisé mais également une agréable discrétion grâce à un traitement satiné des surfaces – ce rendu mat faisant écho à celui du cadran et de la lunette.

Omega y adjoint un nouveau bracelet titane réalisé en mailles serrées très confortable.
La maison de Bienne y ajoute une boucle inédite équipée d’un ergot coulissant qui permet de sécuriser le bracelet, le picot venant prendre place dans l’un des sept trous disponibles (voir mes photos).

Ce que vous gagnerez en sécurité (aucun risque de perdre la montre comme cela peut arriver avec certains bracelets mesh dont la boucle se contente de pincer le bracelet), vous le perdrez malheureusement en termes de possibilités d’ajustement.

En effet, l’un des atouts des bracelets mesh en général réside dans leur capacité à permettre un réglage au millimètre près.
Tel n’est pas le cas ici, votre choix devant se faire parmi les trous disponibles.

Dommage ! D’autant qu’il n’aurait pas été compliqué (mais sans doute onéreux) d’ajouter à ce bracelet très beau une petite rallonge de confort permettant un ajustement de -/+5 millimètres pour pallier cette lacune.

Et pourtant… le charme opère pleinement ! Les raisons ? Un magnifique cadran aux tonalités harmonieuses avec son brun tropical, sa couleur sable et ses deux discrètes pointes de rouge rehaussant l’ensemble, une très belle boîte et un confortable bracelet inédit, un mouvement plus robuste et précis que 007 lui-même et un rapport qualité / prix attrayant.

Anachronique dans une boîte titane, le cadran vintage de l’Omega Seamaster Diver 300M Edition 007 est une petite merveille.

Le choix des tonalités est une vraie réussite.

Brun tropical, couleur sable et, pour rehausser l’ensemble, deux discrètes pointes de rouge : l’ensemble, complété du Broad Arrow, est d’une grande harmonie et constitue sans nul doute l’atout phare de cette nouvelle montre Omega.

Enfin, il serait inapproprié de ne pas évoquer le mouvement qui anime cette Seamaster Diver 300M Edition 007 dont les performances et la précision semblent avoir été mises au point spécifiquement pour James Bond.

En effet, animée par le calibre Omega 8806, un mouvement automatique à échappement co-axial de dernière génération, sa certification Master Chronometer délivrée par le METAS lui permet d’afficher une résistance nettement supérieure à celle du célèbre agent secret – dont la résistance n’est pourtant plus à prouver.

Ainsi, la Seamaster Diver 300M Edition 007 affiche en particulier une résistance aux champs magnétiques jusqu’à 15.000 gauss et garantit une précision située dans une marge de tolérance comprise entre -0 et +5 secondes par jour.
De quoi permettre à 007 d’être à l’heure lors de ses rendez-vous galants.

Dit autrement et pour conclure, cette nouvelle Omega est une montre aussi inattendue que séduisante promise à un large succès auprès des amateurs.

Gageons maintenant que le film sera aussi réussi que la montre !

Derniers articles Omega
La note de la rédaction
79 / 100

test Omega Speedmaster Moonwatch : un chronographe légendaire

VIDÉO Omega Speedmaster Moonwatch : revue vidéo

La note de la rédaction
80 / 100

test Omega Speedmaster Moonwatch Alinghi : un chrono racé

La note de la rédaction
79 / 100

test Omega Speedmaster Moonwatch : un chronographe légendaire

VIDÉO Omega Speedmaster Moonwatch : revue vidéo

La note de la rédaction
80 / 100

test Omega Speedmaster Moonwatch Alinghi : un chrono racé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 Commentaires
Amaury Peillon : Ceci est un test d'amaury
Guilhem Guodin : ceci est un test