Pays :

test Omega Seamaster Bullhead

La note de la rédaction
76 / 100
Nouveauté de Bâle 2013, la Seamaster Bullhead d’Omega ne laissera personne indifférent avec son look plutôt inhabituel. Passage en revue d’une réédition qui assume franchement ses origines seventies !
L'essentiel

Omega Seamaster Bullhead

Réf.: Seamaster Bullhead
7,100.00 € Prix public conseillé en France au 20 juin 2013
Marque Omega
Modèle
Seamaster Bullhead
Référence constructeur
Seamaster Bullhead
Boîtier (matière)
Acier
Diamètre boîtier (hors couronne)
42,16 mm (9h-3h) x 42,91 mm (12h-6h)
Diamètre boîtier (avec couronne)
42,16 mm (9h-3h) x 52,05 mm (2 couronnes incluses)
Mouvement
Automatique
Calibre
Omega Co-Axial 3113
Fonctions
Chronographe
Date
Heure
Minute
Seconde
Verre
Saphir antireflets double face
Capacité de la réserve de marche
52h
Fond transparent
Non
Entre-cornes
21,54 mm
Longueur corne à corne
NS
Etanchéité
150 m
Bracelet (matière)
Veau
Boucle (type)
Boucle déployante
Boucle (matière)
Acier
Poids total
137 grammes
Prix public conseillé en France au 20 juin 2013
7,100.00 €
Confort / Agrément (/15) 13
Mouvement (/20) 12
Optimisation / Décoration du mouvement (/5) 3
Agrément de manipulation et de réglage (/5) 4.5
Contrôle du mouvement par la Manufacture / distinctions diverses (/3) 2
Capacité de la réserve de marche (/2) 1
Complications (/5) 1.5
Finitions (/20) 16.5
Finitions cadran (/6) 5
Finitions boîtier (/6) 5
Qualité du travail de déco° / gravure du fond de boîte (/2) 2
Qualité du verre (/4) 3
Finitions de la boucle (interne et externe) (/2) 1.5
Fonctionnalité (/20) 16.5
Lisibilité diurne (/5) 5
Lisibilité nocturne (/4) 3.5
Etanchéité (/3) 1
Facilité de réglage et de changement du bracelet (/4) 3
Sécurité / solidité de la boucle (/4) 4
Bonus (/10) 4
Série limitée (/3) 1
Montre fournie avec plusieurs bracelets (/2) 0
Qualité de la boîte et de la sur-boîte (/1) 1
Portabilité avec manches de chemise fermées (/2) 1
Présence de "goodies" (/1) 0
Intelligibilité du booklet (/1) 1
Rapport qualité / prix (/15) 14
Pour quelles occasions ? Quand la porter ? Pour une viste du Moulin de Dannemois au volant d'une Triumph TR6 !
L'avis des internautes
86%
aiment cette montre
Donnez votre avis sur cette montre

Réédition de montres vintage : une tendance de fond

Le vintage est toujours à la mode – découvrez les collections et les prix Omega.
Il n’est ainsi pas surprenant que les marques horlogères continuent de chercher une partie de leur inspiration en revisitant leurs anciennes collections.

Puisant sa légitimité historique dans un modèle sorti en 1969 (notre photo), la Seamaster Bullhead 2013 est un chronographe au dessin très typé 70'.

Petit souci : après avoir remis au goût du jour le classicisme et la sobriété des années 50 et 60, la seule façon de proposer de nouvelles rééditions de montres vintage est de continuer à avancer dans le temps – ce qui nous conduit naturellement aux années 70 et à leurs looks futuristes.

Très marquées par leur époque, les montres des années 70 semblaient être orientées davantage par une quête d’originalité à tout prix que par une recherche d’harmonie esthétique – un phénomène qui a abouti à la création de pièces parfois étonnantes (pour ne pas dire étranges) et pas toujours très heureuses visuellement.

Il convient dès lors de saluer l’audace dont fait preuve Omega en rééditant un modèle qui revendique fièrement et avec réussite ses origines seventies.

En effet, même s’il ne s’agit pas d’une réplique 100% exacte du modèle sorti en 1969 (voir la photo de la Bullhead d’origine dans notre diaporama), la Seamaster Bullhead 2013 affiche un design très caractéristique de l’époque, à commencer par son boîtier tête de taureau.

Omega Seamaster Bullhead :
Un chronographe au charme typé seventies

Ce boîtier tête de taureau tire son nom de l’implantation de ses poussoirs de chronographe et de la couronne à 12h – une forme de boîte de montre demeurée rare dans l’horlogerie depuis les
années 70.
Il s’agit d’une sorte de boîtier coussin triangulaire – plus large à 12h qu’à 6h – disposant de flancs droits – ces derniers accentuant l’épaisseur perçue.

Le fond quant à lui est courbe afin de permettre un bon positionnement sur le poignet.

La Bullhead dispose d'un boîtier tête de taureau - un nom qui provient du positionnement de la couronne et des boutons poussoirs du chrono.

La finition que nous propose Omega pour cette Bullhead dévoilée lors de la Foire de Bâle 2013 est de très bonne qualité, le boîtier alternant un brossé soleil typique de l’époque avec des chanfreins polis qui viennent apporter une touche de modernité à la montre – le modèle original en est dépourvu.

A noter également que le boîtier de cette montre automatique, qui ne fait décidément rien comme les autres, dispose de deux couronnes.

L’une, située à 6h, non vissée, permet de manipuler le rehaut interne faisant office de second fuseau horaire.
Il suffit en effet de régler le décalage horaire voulu (par exemple celui du port d’Alexandrie) par rapport à l’index de 12h pour y lire ensuite l’heure du second fuseau.

La deuxième couronne, située à 12h, sert quant à elle à la mise à l’heure et au remontage de la montre et possède un détail très plaisant.
Elle n’est en effet pas vissée mais montée sur une sorte de système à baïonnette – comme les ampoules électrique – qui permet de la bloquer en la faisant tourner d’un demi tour.

Une qualité de réalisation digne d’Omega

Ce système présente l’avantage de permettre d’aligner parfaitement le logo Ω de la couronne par rapport au boîtier et aux boutons poussoirs du chronographe de cette montre de sport.

L’absence de filetage évitera par ailleurs tout problème de manipulation – il est en effet toujours possible de revisser une couronne de travers si on ne fait pas attention, endommageant non seulement la montre mais l’exposant en plus à des infiltrations d’eau.

La couronne à 12h n’est pas vissée mais montée sur une sorte de système à baïonnette - un dispositif malin qui permet d'aligner le logo sur les poussoirs !

Notons enfin que ce boîtier, pourtant très loin des standards des montres de plongée que sont les Seamaster modernes, est néanmoins étanche à 150 mètres malgré l’absence de poussoirs vissés.
Vous pourrez donc vous baigner votre Omega Seamaster Bullhead au poignet sans état d’âme – mais après avoir pris soin d’en changer le bracelet !

Le cadran est quant à lui disponible en plusieurs versions : blanche avec rehaut bleu et noir (la version que nous avons testée) ; argent perlé et enfin noir gaufré.

Chacune de ces 3 déclinaisons sera produite en édition limitée à 669 exemplaires pour le monde et vendue exclusivement dans les boutiques Omega avec une disponibilité des modèles à compter de novembre 2013.

La finition d’ensemble est là encore d’excellent niveau.
Les index appliqués et le rehaut apportent un relief bienvenu et les aiguilles reprennent la finition bicolore de leur ainée avec une base noir mat et les extrémités polies.

L’Omega Bullhead au quotidien : une montre sport

Cette version de la Seamaster Bullhead, avec sa couleur blanche qui augmente la taille perçue du cadran, demeure au final plus sobre que les deux autres déclinaisons proposées par la filiale du Swatch Group.

Le boîtier alterne un brossé soleil typique des années 70' avec des chanfreins polis qui viennent apporter une touche de modernité à la montre.

Certains y verront un petit côté nautique qui fera fureur dans les marinas.
D’autres lui trouveront des accents de montres de pilotes automobiles.

Reste que cette nouveauté 2013 est incontestablement une montre de sport – à réserver donc plutôt pour des tenues décontractées.

Au poignet, la Bullhead ne ressemble d’ailleurs à rien de connu.

Son boitier massif est imposant. Son épaisseur quant à elle, somme toute raisonnable – elle n’est au final que de 15,10mm (mesure prise à 3h), lui confère un côté très instrumental, un peu comme si vous vous étiez attaché un chronomètre de bord au poignet – et c’est ce qui fait incontestablement son charme.

La Seamaster Bullhead 2013 est une montre chronographe très typée sport - donc à réserver en priorité aux tenues décontractées.

Le confort reste pourtant étonnamment bon grâce au fond incurvé qui épouse bien la forme du poignet et au poids moins important qu’il n’y paraît de prime abord – 137 grammes.

Coté mouvement, Omega équipe la Bullhead du calibre Omega Co-Axial 3113.
Ce mouvement chronographe à remontage automatique, certifié par la Contrôle Officiel Suisse des Chronomètres / COSC, dispose d’un remontage bidirectionnel et offre une réserve de marche de
52 heures.

La manipulation des poussoirs du chrono n’est pas facilitée par leur implantation à 12h pas plus qu’elle ne s’avère pénalisante d’ailleurs…
Il vous faudra simplement en prendre l’habitude !

Enfin, la lisibilité est excellente de jour comme de nuit.

Conclusion

L’Omega Seamaster Bullhead, avec son boîtier atypique en 2013, est au final une montre très séduisante. Elle parvient à tirer le meilleur d’un design pas forcément facile à vivre en l’assumant pleinement.
Et quand un grand nombre de marques sort des montres aux accents vintage plus ou moins légitimes, ce chronographe Omega ancre une nouvelle fois la marque dans une histoire riche en créations horlogères et pionnière en bien des domaines.
Une montre qui sort des sentiers battus pour se faire plaisir !

Les + :

  • son design original et sa légitimité historique
  • son confort
  • la finition du boîtier
  • un mouvement certifié chronomètre

 

Les – :

  • son manque de polyvalence

 

Informations complémentaires :

  • l’Omega Seamaster Bullhead est une édition limitée à 669 exemplaires (669 exemplaires pour chacune des 3 déclinaisons de ce modèle)
  • elle sera disponible exclusivement dans les boutiques Omega à compter du mois de novembre 2013
  • poignet du rédacteur / testeur = 17 cm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *