Pays :

test Omega Seamaster 300 Master Co-Axial

La note de la rédaction
79 / 100
Omega vient de dévoiler à BaselWorld 2014 sa nouvelle Seamaster 300, une montre de plongée au look vintage mais bénéficiant des dernières innovations de la marque. Découvrez-en le test en exclusivité.
L'essentiel

Omega Seamaster 300 Master Co-Axial

Réf.: 233.30.41.21.01.001
4,950.00 € Prix public conseillé en France au 6 mai 2014
Marque Omega
Modèle
Seamaster 300 Master Co-Axial
Référence constructeur
233.30.41.21.01.001
Boîtier (matière)
Acier
Diamètre boîtier (hors couronne)
41 mm
Diamètre boîtier (avec couronne)
43,67 mm
Mouvement
Automatique
Calibre
Omega Co-Axial 8400
Base calibre
Manufacture
Fonctions
Heure
Minute
Seconde
Verre
Saphir antireflets 1 face (5,9 mm d'épaisseur)
Capacité de la réserve de marche
60h
Fond transparent
Oui
Entre-cornes
20 mm
Longueur corne à corne
47,95 mm
Hauteur boîtier
14,78 mm
Etanchéité
300 m
Bracelet (matière)
Acier
Boucle (type)
Boucle déployante
Boucle (matière)
Acier
Poids total
162 grammes
Prix public conseillé en France au 6 mai 2014
4,950.00 €
Confort / Agrément (/15) 12
Mouvement (/20) 14.5
Optimisation / Décoration du mouvement (/5) 4
Agrément de manipulation et de réglage (/5) 4.5
Contrôle du mouvement par la Manufacture / distinctions diverses (/3) 2
Capacité de la réserve de marche (/2) 1
Complications (/5) 3
Finitions (/20) 16
Finitions cadran (/6) 5.5
Finitions boîtier (/6) 4.5
Qualité du travail de déco° / gravure du fond de boîte (/2) 1
Qualité du verre (/4) 3
Finitions de la boucle (interne et externe) (/2) 2
Fonctionnalité (/20) 17.5
Lisibilité diurne (/5) 5
Lisibilité nocturne (/4) 4
Etanchéité (/3) 1.5
Facilité de réglage et de changement du bracelet (/4) 3
Sécurité / solidité de la boucle (/4) 4
Bonus (/10) 4
Série limitée (/3) 0
Montre fournie avec plusieurs bracelets (/2) 0
Qualité de la boîte et de la sur-boîte (/1) 1
Portabilité avec manches de chemise fermées (/2) 2
Présence de "goodies" (/1) 0
Intelligibilité du booklet (/1) 1
Rapport qualité / prix (/15) 15
Pour quelles occasions ? Quand la porter ? Lors d'une soirée Oldies but Goodies !
L'avis des internautes
89%
aiment cette montre
Donnez votre avis sur cette montre

Les années 50, vivier des mythes horlogers

Le milieu du XXè siècle a vu l’apparition d’un grand nombre de montres devenues aujourd’hui de véritables mythes horlogers – et l’objet de convoitises de la part des collectionneurs.

C’est en effet à cette période que certaines des plus grandes références esthétiques et techniques ont émergé dans une période extrêmement créative, optimiste et aventurière : lancement des premiers satellites, apparition des avions à réaction commerciaux, conquête des plus hauts sommets, exploration des plus profonds abysses…
Tout semble à la fois commencer et aboutir et surtout, tout paraît possible.

Pour relever ces nouveaux défis, de nouveaux outils horlogers répondant à de nouveaux besoins et à de nouveaux environnements vont apparaître pour équiper l’Homme Moderne.

Omega Seamaster 300 Master Co-Axial - découverte

En 1957, Omega frappe fort en investissant le champ des montres-outils.
Trois nouveaux modèles de montres correspondant à trois domaines d’activité distincts font leur apparition cette année-là – trois noms qui figurent toujours au catalogue de la filiale du Swatch Group, devenus aujourd’hui de véritables références horlogères – découvrez les collections actuelles et les prix Omega.

Il s’agit de la Railmaster, une montre anti-magnétique initiallement destinée
aux personnels des chemins de fer, de l’Omega Speedmaster qui deviendra partie intégrante de l’équipement des astronautes de la NASA et de l’Omega Seamaster 300, une montre de plongée spécialement conçue pour les professionnels comme pour les amateurs de sports sous-marins.

Bénéficiant d’un dessin et d’une conception très aboutis dès son lancement, Omega n’a que très peu fait évoluer la Speedmaster au fil des années.
La Railmaster actuelle demeure elle aussi très semblable à son ancêtre.
La Seamaster est finalement la référence qui a le plus évolué au fil du temps.

C’est pourtant une version très inspirée de son ancêtre qu’Omega a choisi de dévoiler à l’occasion de Baselworld 2014.

Omega Seamaster 300 Master Co-Axial :
Une montre conçue pour durer

A partir de novembre 2014, date de disponibilité de cette nouvelle Omega Seamaster, la marque offrira au public la possibilité de porter au poignet une montre de plongée qui revisite la source de sa lignée avec un degré de fidélité particulièrement séduisant.

Dès le premier regard, la Seamaster 300 Master Co-Axial dans sa version acier renvoit ce sentiment de bienfacture qui caractérise les productions Omega.

La boîte reprend quasiment à l’identique le dessin simple et gracieux de la Seamaster de 1957 dans des dimensions contenues : 41mm de diamètre pour une épaisseur de 14,78mm – des mensurations pour le moins raisonnables pour une montre de plongée contemporaine.

Elle bénéficie par ailleurs de finitions classiques et impeccablement exécutées : métal poli, biseaux qui allègent la silhouette et carrure satinée – un choix qui permet d’en affiner la silhouette.
Il convient au passage de préciser que, contrairement à son ancêtre, la version 2014 est équipée d’une couronne vissée.

Montre de plongée Omega Seamaster 300 Master Co-Axial

La lunette unidirectionnelle 120 crans, caractéristique des montres destinées à la plongée sous-marine, émet des cliquetis secs et précis et affiche un dessin lui aussi inspiré de celui de son aînée.
C’est la raison pour laquelle elle n’est ponctuée que de graduations toutes les 5 minutes – c’est trop peu diront sans doute certains mais c’est conforme à l’original et les collectionneurs s’en réjouiront.

Sa conception est quant à elle parfaitement contemporaine : insert en céramique noir (et non plus en aluminium) et bâtons et chiffres en LiquidMetal (avec gravage des cavités en queue d’aigle afin d’éviter que la matière ne puisse en sortir en cas de choc par exemple).
Le temps des inserts patinés est passé : la lunette de la Seamaster 300 Master Co-Axial est conçue pour durer et résister aux aléas de la vie – et de la plongée sous-marine.

Elle est enfin agrémentée d’un petit point de Super-LumiNova teinté tritium patiné qui joue la carte du vintage.

C’est sobre, de très belle qualité et agréable à manipuler.
Petite anecdote intéressante : les dizaines étaient inversées en mode compte à rebours sur la toute première version de 1957 – un choix qu’Omega abandonne la même année et que la nouvelle Seamaster 300 ne reprend pas pour des questions de sécurité.

 

Un cadran et des aiguilles typés vintage

L’ensemble cadran et aiguilles participe fortement du charme de la montre et constitue incontestablement l’un des trois atouts majeurs de cette montre automatique – avec son bracelet et son mouvement.

Le cadran d’abord.

D’un noir sablé mat, excellent antireflets naturel, il se caractérise par des index creusés dans la profondeur de la rondelle de métal – à l’opposé des index peints des versions anciennes qui étaient recouverts de pâte lumineuse et dont le passage du temps et l’humidité provoquaient une dégradation boursouflée qui pouvait s’avérer disgracieuse.

Omega, respectant le modèle originel, nous dispense de la présence d’une date et autorise ainsi cette parfaite symétrie propice à l’équilibre et à la lisibilité d’une montre.

Les aiguilles ensuite.

Très semblables à celles du modèle original, les aiguilles des heures et minutes sont facettées suivant l’axe central, optimisant la lecture de l’heure suivant les reflets.

Montre vintage - Omega Seamaster 300 Master Co-Axial

Quant à l’aiguille peinte et blanche des secondes, elle n’est pas strictement identique à celle de l’original.
Mais avec sa forme reconnaissable entre toutes, elle reste un modèle du genre en terme d’efficacité tant et si bien qu’il eût été dommage d’en priver la nouvelle Seamaster 300.

Omega renforce l’aspect vintage de son modèle en faisant appel à un Super-LumiNova teinté qui donne l’illusion d’un tritium ancien.

La marque donne au passage en la matière une jolie leçon de mesure avec une patine certes artificielle mais très réaliste.
C’est un ivoire ancien, crémeux et délicat que nous propose Omega.

Enfin, jolie surprise la nuit : la luminosité est non seulement exceptionnelle malgré l’utilisation de Super-LumiNova teinté mais elle est en plus différenciée pour une lisibilité optimale – point luminescent de la lunette rotative et aiguille des minutes de couleur verte versus couleur bleue pour l’aiguille des heures, celle des secondes et pour les index du cadran.

Omega Seamaster 300 : une montre de plongée résolument contemporaine

Passons enfin aux deux autres atouts de cette nouvelle Seamaster 300.

Son bracelet tout d’abord.
Il bénéficie d’une excellente qualité de réalisation.
Massif et confortable, sa finition est impeccable : dépourvu d’arête vive, tout y est soigneusement traité.
Le nombre élevé de maillons permet une grande souplesse qui rend la Seamaster 300 Master-Co-Axial très confortable au porté.

Ce bracelet acier est fermé d’une boucle déployante elle aussi d’excellente qualité.
Résolument solide, elle bénéficie d’une jolie exécution avec notamment des poussoirs d’ouverture
de forme ovale et de larges chanfreins polis.

Mais cette boucle est surtout très fonctionnelle.
Elle est en effet équipée du fermoir à crémaillère Omega qui permet un ajustement fin du bracelet – 6 positions développant une extension maximum de 9,6mm – en toute simplicité : il suffit de pousser avec le pouce dans un sens ou dans l’autre et c’est tout !

Simple et intégré dans la boucle, ce système instantané est simplement parfait et positionne le bracelet de la Seamaster 300 Master Co-Axial au niveau des meilleures réalisations actuelles disponibles sur le marché.

S’il y a un petit regret à avoir, c’est pourtant sur le bracelet qu’il se situe.
Conforme par sa forme à l’original, il dispose d’un maillon central poli miroir qui donne au bracelet un côté que certains trouveront sans doute trop brillant et sensible aux frottements et rayures.
Un léger satiné, identique à celui des maillons latéraux, eût en effet été le bienvenu.

Troisième atout (et pas des moindres) qui devrait finir de vous convaincre : son mouvement.

Omega Seamaster 300 Master Co-Axial sur bracelet acier

L’Omega Seamaster 300 Master Co-Axial retournée offre un spectacle en parfaite opposition avec son visage vintage.
Son fond saphir dévoile en effet un calibre à la pointe du progrès mécanique : le calibre 8400.

Esthétiquement, il bénéficie d’une décoration originale en arabesque de côtes de Genève.
Le moindre mouvement renvoit des jeux de lumière très agréables.

Mais c’est surtout sur le contenu technique qu’Omega, en pleine effervescence de renouveau depuis quelques années, marque de sérieux points.
En effet, la marque ajoute aux caractéristiques pointues de son mouvement à spiral en silicium la parade aux effets redoutables des champs magnétiques.

Il s’agit d’une démarche globale destinée à se débarrasser de tout ce qui peut être cause d’une variation de marche causée par un champ magnétique – une problématique très contemporaine qui, accessoirement, est responsable aujourd’hui d’environ 50% des retours SAV…

Les marques ont longtemps utilisé une cage isolante protégeant le mouvement des champs magnétiques. Alourdissant la construction de la montre et lui donnant de l’embonpoint, cette solution interdit par ailleurs de montrer le mouvement.

Qu’à cela ne tienne ! Omega dévoile en janvier 2013 le premier mouvement entièrement amagnétique de l’histoire horlogère – pour en savoir davantage sur la genèse de ce mouvement, lire l’interview de Jean-Claude Monachon.

Les matériaux sensibles aux champs magnétiques sont éradiqués du mouvement et remplacés par des matériaux amorphes – dont Omega garde le secret.

Le calibre 8400 est ainsi à l’abri des champs magnétiques jusqu’à 15.000 gauss mais pas des regards de son propriétaire !

Pour compléter cette bête de compétition : double barillet, 60h de réserve de marche, structure moderne et robuste, réglage précis et durable…
Et c’est bien entendu un chronomètre certifié par le COSC.

Conclusion

Omega frappe très fort avec cette nouvelle Seamaster 300 Master Co-Axial.
Evocation très réussie d’un jalon essentiel de son histoire, la marque a conçu une montre de plongée au look ancien mais embarquant un moteur à la pointe de la technique horlogère.
Et conformément à sa politique tarifaire, Omega propose cette nouveauté à un prix défiant toute concurrence…
Une pièce qui devrait en séduire plus d’un…

 

Les + :

  • un dessin vintage très fidèle au modèle d’origine
  • un cadran très réussi et d’une excellente lisibilité
  • des dimensions confortables pour tous les poignets
  • une belle qualité de réalisation
  • un mouvement très innovant aux performances remarquables
  • un bracelet confortable doté d’une boucle particulièrement fonctionnelle
  • une montre polyvalente
  • une montre garantie 4 ans
  • son rapport qualité / prix exceptionnel

 

Les – :

  • le choix d’un maillon central poli qui expose le bracelet aux rayures et lui confère un peu trop de brillance

 

Informations complémentaires :

  • l’Omega Seamster 300 Master Co-Axial se décline en différentes versions : acier, titane, acier et or Sedna ou platine (édition limitée à 357 exemplaires)
  • elle sera disponible dans les boutiques Omega et chez les distributeurs agréés de la marque à partir de novembre 2014
  • poignet du rédacteur / testeur = 18 cm
Derniers articles Omega

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *