Pays :

test Longines Saint-Imier Phases de Lune Rétrograde

La note de la rédaction
67 / 100
Longines a dévoilé pour ses 180 ans sa collection Saint-Imier, ville d'origine de la marque depuis 1832. The Watch Observer a testé pour son modèle phare : la Phases de Lune Rétrograde. Revue.
L'essentiel

Réf.: L2.764.4.53/73.X
2,970.00 € Prix public conseillé en France au 17 mai 2012
Marque Longines
Référence constructeur
L2.764.4.53/73.X
Boîtier (matière)
Acier
Diamètre boîtier (hors couronne)
44 mm
Diamètre boîtier (avec couronne)
46,10 mm
Mouvement
Automatique
Calibre
Calibre L707 (ETA A07.L31)
Base calibre
Valgranges A07
Fonctions
Date rétrograde
GMT rétrograde
Heure (réglage indépendant)
Indicateur jour/nuit
Jour rétrograde
Minute
Phases de lune
Verre
Saphir antireflets 1 face (5,9 mm d'épaisseur)
Capacité de la réserve de marche
48h
Fond transparent
Oui
Entre-cornes
22 mm
Longueur corne à corne
51,87 mm
Hauteur boîtier
16,34 mm
Etanchéité
30 m
Bracelet (matière)
Alligator
Boucle (type)
Ardillon
Boucle (matière)
Acier
Poids total
121 grammes
Prix public conseillé en France au 17 mai 2012
2,970.00 €
Confort / Agrément (/15) 13
Mouvement (/20) 12
Optimisation / Décoration du mouvement (/5) 2.5
Agrément de manipulation et de réglage (/5) 3.5
Contrôle du mouvement par la Manufacture / distinctions diverses (/3)
Capacité de la réserve de marche (/2) 1
Complications (/5) 5
Finitions (/20) 12
Finitions cadran (/6) 4
Finitions boîtier (/6) 4
Qualité du travail de déco° / gravure du fond de boîte (/2) 1
Qualité du verre (/4) 2
Finitions de la boucle (interne et externe) (/2) 1
Fonctionnalité (/20) 12
Lisibilité diurne (/5) 3
Lisibilité nocturne (/4) 3
Etanchéité (/3)
Facilité de réglage et de changement du bracelet (/4) 3
Sécurité / solidité de la boucle (/4) 3
Bonus (/10) 3
Série limitée (/3)
Montre fournie avec plusieurs bracelets (/2)
Qualité de la boîte et de la sur-boîte (/1) 1
Portabilité avec manches de chemise fermées (/2)
Présence de "goodies" (/1) 1
Intelligibilité du booklet (/1) 1
Rapport qualité / prix (/15) 15
Pour quelles occasions ? Quand la porter ? Pour une visite de la manufacture à Saint-Imier !
L'avis des internautes
82%
aiment cette montre
Donnez votre avis sur cette montre

Longines et Saint-Imier

Présentée à l’occasion de la Foire de Bâle 2012, la collection Saint-Imier est une vitrine du savoir-faire de Longines aujourd’hui.

Elle se veut à la fois un hommage à la riche histoire horlogère liant la marque à sa ville d’origine – la collection commémore les 180 ans de la manufacture – et un trait d’union entre cette histoire et la production spécifique et originale contemporaine de Longines.

Quatre modèles constituent cette collection.
Deux montres trois aiguilles – une pour femme et l’autre pour homme, un chronographe et, la plus originale, une montre rétrograde phases de lune objet de l’Essai du jour.

Un boîtier inspiré d’un modèle des années 40

Ce qui réunit ces différents modèles, c’est un boîtier de conception identique, malgré des tailles différentes.

Prenant exemple sur un modèle des années 40, il se compose de trois parties : un fond de boîte biseauté et vissé, une carrure aux flancs bombés et enfin une partie supérieure située au dessus des cornes, dans l’épaisseur de la lunette.
Le tout est intégralement poli.

La forme bombée de la boîte permet d’intégrer à la carrure les poussoirs de réglage et en partie la couronne.
Cette disposition, confortable au porté, évite notamment de marquer (voire d’irriter) le dos de la main.
A l’inverse, cela rend un peu délicat la préhension de la couronne pour les réglages des différentes fonctions de la montre.

Prolongeant la boîte, les cornes sont très courbées et bien plongeantes afin d’épouser plus facilement la forme du poignet.

Ce dessin a pour objectif de minimiser le côté relativement massif de la boîte.
En effet, ses dimensions généreuses (44mm de diamètre par 16,34mm d’épaisseur) s’apparentent davantage à celles d’une montre de plongée qu’à celles d’une montre de ville.

Au porter, sur un poignet de taille standard (17,5 cm), la montre est néanmoins confortable et trouve sa place sans souci.

L’allure, quant à elle, reste celle d’une montre très présente – elle le sera d’ailleurs peut-être un peu trop au goût des amateurs de montres habillées. A essayer donc avant tout achat.

 

Un cadran à la conception optimisée

Le cadran représente pour sa part un vrai défi pour les concepteurs de cette Saint-Imier Phases de Lune Rétrograde qui ont dû, malgré le nombre d’informations affichées, chercher à lui conserver une bonne lisibilité sans pour autant nuire à l’esthétique de cette montre automatique.

Au menu de cette Longines, deux aiguilles centrales, quatre aiguilles rétrogrades et deux disques.

Comment la marque s’y prend-elle ?

Tout d’abord en rendant très lisible l’information principale : l’heure.

Sur un cadran à tonalité claire, les deux aiguilles bâtons bleuies des heures et des minutes, enduites de Super-LumiNova, se détachent efficacement de jour comme de nuit.

Puis viennent les 4 aiguilles rétrogrades, également bleuies.
Pour rappel, une aiguille rétrograde est une aiguille qui, au lieu de tourner sur 360°, va, une fois arrivée en bout de course (ici sur un demi cercle), revenir à sa position initiale en un saut et redémarrer instantanément une nouvelle course.

Afin d’optimiser le cadran de cette Longines et surtout sa lecture, la disposition des sous compteurs et disques a été pensée de manière à les répartir de façon homogène dans l’espace disponible.

Compte tenu du nombre d’informations proposées, la conception est réussie – même s’il vous faudra sans doute un petit temps d’adaptation afin de lire rapidement toutes les informations disponibles.

La lecture des disques des phases de lune et de l’indication jour/nuit est quant à elle très intuitive et efficace grâce à une disposition et une finition classique.

Le fond du cadran est de couleur argent et bénéficie d’une finition poudrée. Les sous compteurs des aiguilles rétrogrades sont de la même couleur mais la marque a fait le choix d’une finition brossée – le brossage étant travaillé vers le centre de la montre.

Ces choix discrets mais efficaces et bien réalisés permettent de créer une distinction entre les différentes indications de cette Longines et contribuent une nouvelle fois à sa bonne lisibilité.

 

Des complications simples à régler

Huit éléments en mouvement sur un même cadran, cela mérite une explication sur les réglages.

Au cran zéro, le remontage. Il n’est pas des plus aisés, principalement à cause de la taille de la couronne et de son positionnement dans la carrure.

En tirant la couronne au premier cran, les aiguilles rétrogrades situées à 3, 9 et 12h se mettent simultanément à zéro.
Vous pouvez dès lors régler directement l’aiguille des heures par saut d’une heure (réglage GMT) sans arrêter la montre.

Au deuxième cran, la montre s’arrête pour effectuer le réglage heures / minutes précis de la montre.

Pour gérer les autres complications, il faut utiliser les poussoirs situés sur les flancs du boîtier : réglage du jour à 2h, de la date à 4h, des phases de lune à 8h et enfin du deuxième fuseau horaire à 10h.

Cette disposition se révèle assez intuitive et vous maitriserez rapidement et sans difficulté les 6 aiguilles ainsi que les 2 disques de cette Longines.
Petit détail : Longines fournit un petit stylet avec la montre afin d’actionner les poussoirs.

 

Une mécanique fiable et robuste

Dernier élément constituant cette montre, son mouvement, le Calibre L707. 

Conséquence du positionnement de la marque et des choix stratégiques du Swatch Group, Longines n’équipe plus ses collections de mouvements maison, tels ces calibres de référence qui ont jalonné sa riche histoire comme les chronographes 13ZN ou 30CH. 

Longines se sert désormais dans le très large catalogue de mouvements que propose ETA, autre marque du groupe horloger, pour motoriser ses montres.

Pour cette Saint-Imier Rétrograde Phases de Lune, la marque a choisi le calibre Valgranges A07 auquel un module de complications a été ajouté. 

Le Valgranges est un 7750 simplifié.
Il est allégé de sa fonction chronographe et élargi de 13 lignes ¼ à 16 lignes ½.
Dans cette configuration, il arrive à une épaisseur de 10mm – ce qui explique celle de la montre. 

Il conserve les caractéristiques de son aîné : un remontage unidirectionnel, un balancier qui bat à 28.800 alternances par heure, une réserve de marche de 48h et un couple intéressant permettant de tracter des modules de complications comme c’est le cas ici. 

Sa conception, si elle manque de noblesse, présente l’avantage d’être robuste et fiable. 

Conclusion

Longines nous propose avec cette Saint-Imier Phases de Lune Rétrograde une montre à complications certes, mais moins compliquée qu’il n’y paraît au premier abord.
Son cadran, ses aiguilles et ses disques ont été conçus de telle manière qu’ils permettent une lecture optimale des informations compte tenu du nombre de fonctions de la montre.
Moderne par ses dimensions et originale dans sa conception, elle saura séduire l’amateur à la recherche d’une pièce à complications au look classique et au tarif raisonnable.

 

Les + :

  • une montre dotée de complications originales
  • un réglage simple des différentes fonctions
  • son rapport qualité / prix.

 

Les – :

  • ses dimensions pour une montre habillée
  • la décoration relativement basique du mouvement

 

Information complémentaire :

  • poignet du rédacteur / testeur = 17,5 cm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *