Pays :

test IWC Portugaise Yacht Club Chronographe Volvo Ocean Race 2011-2012

La note de la rédaction
75 / 100
Partenaire de la régate Volvo Ocean Race, IWC lance une édition spéciale de sa Portugaise Yacht Club sortie en 2010. Un chronographe d'inspiration marine alliant titane et fibre de carbone. Revue.
L'essentiel

IWC Portugaise Yacht Club Chronographe Volvo Ocean Race 2011-2012

Réf.: IW390212
12,500.00 € Prix public conseillé en France au 15 décembre 2011
Marque IWC
Modèle
Portugaise Yacht Club Chronographe Volvo Ocean Race 2011-2012
Référence constructeur
IW390212
Boîtier (matière)
Titane
Diamètre boîtier (hors couronne)
45,40 mm
Diamètre boîtier (avec couronne)
48,87 mm
Mouvement
Automatique
Calibre
IWC 89361
Base calibre
IWC 89360
Fonctions
Chronographe
Date
Flyback
Heure
Minute
Seconde
Verre
Saphir antireflets double face
Capacité de la réserve de marche
68h
Fond transparent
Oui
Entre-cornes
22 mm
Longueur corne à corne
53,25 mm
Hauteur boîtier
14,73 mm
Etanchéité
60 m
Bracelet (matière)
Caoutchouc
Boucle (type)
Déployante
Boucle (matière)
Titane
Poids total
117 grammes
Prix public conseillé en France au 15 décembre 2011
12,500.00 €
Confort / Agrément (/15) 14
Mouvement (/20) 14
Optimisation / Décoration du mouvement (/5) 3.5
Agrément de manipulation et de réglage (/5) 5
Contrôle du mouvement par la Manufacture / distinctions diverses (/3) 1
Capacité de la réserve de marche (/2) 1.5
Complications (/5) 3
Finitions (/20) 17
Finitions cadran (/6) 5
Finitions boîtier (/6) 5.5
Qualité du travail de déco° / gravure du fond de boîte (/2) 1.5
Qualité du verre (/4) 3
Finitions de la boucle (interne et externe) (/2) 2
Fonctionnalité (/20) 14.5
Lisibilité diurne (/5) 5
Lisibilité nocturne (/4) 3
Etanchéité (/3) 0.5
Facilité de réglage et de changement du bracelet (/4) 3
Sécurité / solidité de la boucle (/4) 3
Bonus (/10) 3.5
Série limitée (/3)
Montre fournie avec plusieurs bracelets (/2)
Qualité de la boîte et de la sur-boîte (/1) 1
Portabilité avec manches de chemise fermées (/2) 1.5
Présence de "goodies" (/1)
Intelligibilité du booklet (/1) 1
Rapport qualité / prix (/15) 12
Pour quelles occasions ? Quand la porter ? Pour un tour du monde à la voile !
L'avis des internautes
84%
aiment cette montre
Donnez votre avis sur cette montre

La Yacht Club, une IWC Portugaise sportive

Modèle phare de la marque, l’IWC Portugaise fait partie de ces montres habillées arborant une ligne facile à identifier.
Caractéristique principale de la gamme ? Une large ouverture de cadran héritée des premiers modèles – explorez le reste du catalogue et les prix IWC Portugieser.

Créées à la fin des années 30 à la demande de deux marchands Portugais, ces montres bracelets sont au départ pourvues de mouvements de montres de poche.
Techniquement, ces grands calibres permettent d’obtenir une précision horaire proche de celle d’un chronomètre de marine.
Esthétiquement, ils confèrent à la Portugaise une taille surdimensionnée qui donne à cette montre son style si particulier.

Bien qu’inspirée par les instruments de navigation marins, la Portugaise n’avait jamais revêtue l’image d’une montre de sport.
Aussi, en lançant sa déclinaison Yacht Club Chronographe lors du SIHH 2010, IWC espérait bien combler un vide.
Dédiée à la haute mer, cette série de Portugaise vient jouer sur le terrain des chronographes sportifs haut de gamme grâce à un calibre de manufacture exclusif.

Le modèle essayé aujourd’hui par The Watch Observer est l’édition Volvo Ocean Race 2011-2012, du nom de la célèbre course à la voile dont IWC est le chronométreur officiel.
Reprenant l’esthétique de la version d’origine, cette édition spéciale présente une finition partiellement revue ainsi qu’un mouvement doté d’une intéressante fonction flyback.

Un chronographe taillé pour la mer

Visuellement, la Yacht Club ressemble à une Portugaise.
N’allez donc pas chercher une quelconque ressemblance avec le modèle éponyme de forme tonneau sorti dans les années 60, il n’y en a pas !

Dédiée à la haute mer, cette série de Portugaise vient jouer sur le terrain des chronographes sportifs haut de gamme grâce à un calibre de manufacture exclusif.

De forme ronde, cette montre présente un style sportif qui cherche à maintenir la ligne typique des Portugaise d’origine.

D’un large diamètre (45,4 mm hors couronne), cette édition spéciale est très agréable à porter grâce à son poids raisonnable : 117 grammes seulement !
Ce résultat est rendu possible grâce à l’usage d’un boîtier entièrement réalisé en titane.

Façonnée dans ce métal léger et résistant à la corrosion, la Yacht Club témoigne du savoir-faire d’IWC à travailler ce matériau.
Finition entièrement matte aux brossés impeccables, reliefs et plats de boîtier soigneusement réalisés, fond vissé avec marquages gravés en relief… Bref, une fabrication haut de gamme !

Disposant d’une étanchéité effective de 60 mètres – dommage au passage qu’IWC, même s’il ne s’agit pas d’une montre de plongée, n’ait pas poussé cette étanchéité au seuil psychologiquement rassurant des 100 mètres, cette Portugaise possède également une couronne et des poussoirs à tête plate partiellement protégés par un prolongement de la boîte.

Au porté, le boîtier au rendu gris titane de cette Yacht Club donne l’impression d’avoir au poignet un outil technique de premier choix.

 

Une montre de sport au cadran en fibre de carbone

De par son large boîtier, la Portugaise Yacht Club offre une ouverture de cadran pour le moins inhabituelle sur une montre sportive : 40 mm.
C’est d’ailleurs l’un des aspects les plus séduisants de cette montre automatique.

Façonnée dans le titane et résistant à la corrosion, la Yacht Club témoigne du savoir-faire d'IWC à travailler ce matériau.

IWC parvient en effet à exploiter au mieux l’espace disponible en offrant un cadran équilibré et facile à lire.

Construit à partir d’un fond noir réalisé en fibre de carbone – détail qui n’est pas sans rappeler la coque des voiliers, le cadran de cette Yacht Club est ponctué de détails soignés.
Chiffres arabes appliqués, aiguillage feuille luminescent, compteurs guillochés et minuterie chemin de fer…

Tous les codes de la Portugaise sont repris avec cependant une légère touche sportive bien dosée, à l’instar de cette aiguille des secondes du chronographe rehaussée de rouge.

Parmi les caractéristiques les plus notables de cette Yacht Club, on soulignera un guichet de date à 3h ainsi que le respect des deux sous-compteurs verticaux, signe distinctif des chronographes Portugaise.

Concernant ce dernier point, IWC a opté pour un choix intéressant : la réunion à 12 heures des totaliseurs des heures et des minutes dans le même sous-compteur.
Reproduisant en quelque sorte un mini cadran horaire (visible sur la photo N°3 du Diaporama), ce dispositif offre une lecture plus intuitive du chronométrage, notamment sur les longues durées, ce qui le rend bien pratique.
Revers de la médaille : la lecture des minutes semble moins instantanée du fait de la petitesse des marquages – qui totalisent 60 minutes.
Rien de rédhibitoire cependant !

Un mouvement chronographe made in Schaffhausen

Dernier point qui fait clairement entrer cette Portugaise dans la catégorie des chronographes haut de gamme, son calibre de manufacture : l’IWC 89361.

Basé sur un calibre de conception récente sorti en 2007, ce mouvement dispose du traditionnel système de remontage automatique Pellaton propre à la marque que cette dernière a partiellement revu et modernisé.

Dernier point qui fait clairement entrer cette Portugaise dans la catégorie des chronographes haut de gamme, son calibre de manufacture : l'IWC 89361.

Monté sur un pont automatique de conception antichoc, ce mouvement chronographe présente la particularité d’avoir un mécanisme dont le déclenchement n’altère aucunement la précision de marche de la montre.

Testé au chronocomparateur, la montre affiche d’ailleurs une excellente régularité de marche avec un + 3 secondes/jour dans toutes les positions. Cette mesure a par ailleurs été confirmée au porté sur 5 jours.

Pour cette édition spéciale de la Yacht Club, IWC a décidé d’apporter une fonction supplémentaire à son mouvement de base : le flyback.

Cette complication permet, d’une simple et unique pression, de redémarrer instantanément un nouveau chronométrage.

L’utilisateur évite ainsi d’avoir à effectuer un arrêt et une remise à zéro qui ne sont pas toujours utiles / pratiques dans le feu de l’action.
Une complication intéressante malheureusement trop rare sur les chronographes !

Pour terminer ce tour d’horizon, notre seul reproche se résumera au remontage manuel qui se montre un peu dur après quelques tours.

Conclusion

Avec cette Portugaise Yacht Club Chronographe Edition Volvo Ocean Race 2011-2012, IWC propose une montre qui s’inscrit tout droit dans ce que cette maison fait de mieux en matière d’outils techniques de haute précision.
Une IWC à l’esprit marin qui séduira les amateurs recherchant un chronographe sportif à la finition très soignée et exclusive.

 

Les + :

  • une montre sportive tout titane dans la tradition d’IWC
  • une niveau de finition élevé
  • un bel affichage cadran
  • un mouvement chronographe exclusif avec une fonction flyback

 

Les – :

  • la lecture du totaliseur des minutes qui manque un peu de lisibilité
  • le remontage manuel un peu dur
  • une étanchéité limitée à 60 mètres
  • une double sécurité pour la fermeture de la boucle déployante eut été bienvenue sur une pièce dédiée à une activité aussi sportive que la régate

 

Information complémentaire :

  • poignet du rédacteur / testeur = 17,5 cm
Derniers articles IWC
La note de la rédaction
81 / 100

test IWC Portugieser Calendrier Perpétuel 42 réf. IW3442 : un QP intemporel

ACTUALITÉ The Watch Observer lance son eshop

La note de la rédaction
81 / 100

test IWC Portugieser Calendrier Perpétuel 42 réf. IW3442 : un QP intemporel

ACTUALITÉ The Watch Observer lance son eshop

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *