Pays :

test IWC Portugaise Grande Complication

La note de la rédaction
82.5 / 100
Rares et exceptionnelles, les grandes complications figurent au sommet de la maîtrise horlogère. TWO teste pour vous l'une des reines de la complexité : l'IWC Portugaise Grande Complication. Revue.
L'essentiel

IWC Portugaise Grande Complication

Réf.: IW377401
210,000.00 € Prix public conseillé en France au 14 juin 2012
Marque IWC
Modèle
Portugaise Grande Complication
Référence constructeur
IW377401
Boîtier (matière)
Platine
Diamètre boîtier (hors couronne)
45 mm
Diamètre boîtier (avec couronne)
50,77 mm
Mouvement
Automatique
Calibre
IWC 79091
Base calibre
Design de la base sur Valjoux 7750
Fonctions
Chronographe
Heure
Minute
Quantième perpétuel (jour, date, mois, année, phases de lune)
Répétition minutes (heure, quart, minute)
Seconde
Verre
Saphir antireflets double face
Capacité de la réserve de marche
44h
Fond transparent
Non
Entre-cornes
22 mm
Longueur corne à corne
52,98 mm
Hauteur boîtier
16,98 mm
Etanchéité
30 m
Bracelet (matière)
Alligator
Boucle (type)
Boucle déployante
Boucle (matière)
Platine
Poids total
225 grammes
Prix public conseillé en France au 14 juin 2012
210,000.00 €
Confort / Agrément (/15) 13
Mouvement (/20) 17.5
Optimisation / Décoration du mouvement (/5) 4.5
Agrément de manipulation et de réglage (/5) 5
Contrôle du mouvement par la Manufacture / distinctions diverses (/3) 2
Capacité de la réserve de marche (/2) 1
Complications (/5) 5
Finitions (/20) 20
Finitions cadran (/6) 6
Finitions boîtier (/6) 6
Qualité du travail de déco° / gravure du fond de boîte (/2) 2
Qualité du verre (/4) 4
Finitions de la boucle (interne et externe) (/2) 2
Fonctionnalité (/20) 12
Lisibilité diurne (/5) 5
Lisibilité nocturne (/4)
Etanchéité (/3)
Facilité de réglage et de changement du bracelet (/4) 3
Sécurité / solidité de la boucle (/4) 4
Bonus (/10) 5
Série limitée (/3) 2
Montre fournie avec plusieurs bracelets (/2)
Qualité de la boîte et de la sur-boîte (/1) 1
Portabilité avec manches de chemise fermées (/2) 1
Présence de "goodies" (/1)
Intelligibilité du booklet (/1) 1
Rapport qualité / prix (/15) 15
Pour quelles occasions ? Quand la porter ? Les grands jours !
L'avis des internautes
89%
aiment cette montre
Donnez votre avis sur cette montre

La Grande Complication selon IWC

En horlogerie, une montre à grande complication désigne un garde-temps disposant d’une ou plusieurs fonctions autre que l’affichage de l’heure, des minutes et des secondes.

Ces fonctions demandent en règle générale un haut niveau de savoir-faire horloger et se distinguent des fonctions mécaniques usuelles telles que la date, le remontage automatique ou le stop-seconde.

Ces complications peuvent être astronomiques – phases de la Lune, quantième perpétuel, heure sidérale – ou bien avoir une fonction plus pratique comme c’est par exemple le cas du chronographe, de la sonnerie ou encore de la répétition des minutes.

C’est évidemment l’accumulation de plusieurs complications dans l’espace réduit du boîtier d’une montre qui complexifie un mécanisme.

En matière de montre à grande complication, IWC reste une marque pionnière et dispose d'un véritable savoir-faire.

Il suffit d’ailleurs de songer à la virtuosité exigée par l’assemblage d’une simple répétition minute à elle seule pour comprendre la difficulté posée par l’adjonction à cette complication de différentes fonctions dans une même montre.

C’est en soi une authentique prouesse horlogère !

En la matière, IWC reste une marque pionnière et dispose d’un véritable savoir-faire, ayant lancé dès 1990 sa première Grande Complication.

Equipée du calibre IWC 79091, cette montre-bracelet ultra compliquée fut la première de sa génération à embarquer à la fois un chronographe automatique, un calendrier perpétuel et une répétition minute !

Il convient également de préciser que ces deux dernières complications furent respectivement conçues par deux des plus grands noms de l’horlogerie contemporaine : Kurt Klaus et Giulio Papi !

Toujours fabriqué et assemblé à Schaffhausen, l’IWC 79091 équipe désormais la Portugaise Grande Complication que la marque a pour la première fois dévoilée au SIHH 2010.
Présentée dans sa version platine, The Watch Observer vous propose de découvrir l’une des pièces les plus compliquées au monde – découvrez par ailleurs les collections et les prix des IWC Porugieser !
Passage au crible.

 

Un boîtier élégant et équilibré

L’un des défis majeurs d’une montre à grande complication est de réunir un nombre important de fonctions dans un boîtier qui doit pouvoir rester de taille harmonieuse et cohérente – tout en restant portable au quotidien.

Si au premier abord l’IWC Portugaise Grande Complication paraît impressionnante avec son diamètre de 45 mm, une fois placée au poignet, cette montre remplit parfaitement son contrat.
Non seulement ses dimensions et sa hauteur (16,95mm) sont très équilibrées mais son boîtier évoque d’autre part immédiatement les lignes courbes et raffinées qui ont fait le succès de la célèbre gamme d’IWC.

Entièrement façonné dans un bloc de platine, le boîtier de cette Portugaise présente de nombreuses formes arrondies qui accentuent sa silhouette circulaire et donnent à cette montre beaucoup de finesse.
C’est le cas notamment de ses cornes bombées, de sa lunette incurvée ou bien encore de ses boutons poussoirs aux arrêtes adoucies.

La réalisation est absolument parfaite et du plus haut niveau.
La finition polie renvoie des reflets chatoyants tandis que les flancs du boîtier et une partie du fond sont brossés.

D’une grande douceur, le déclenchement de la répétition minute se fait par le biais d’une targette située sur le flanc gauche de la montre, signe caractéristique de ce type de garde-temps.

Particularité de cette IWC Portugaise, le mécanisme bénéfice d’un système breveté qui garantit l’étanchéité du boîtier jusqu’à 30 mètres, détail bien pratique et malheureusement trop rare sur les répétitions.

Evidemment, le poids de cette Portugaise en platine reste relativement important avec ses
225 grammes. Mais son fond légèrement bombé se cale parfaitement au creux du poignet, permettant ainsi une bonne répartition du poids de la montre.

Equipée d’un large bracelet en alligator, cette Portugaise Grande Complication est munie de la classique boucle déployante IWC également réalisée en platine.

 

Un cadran argenté d’une grande finesse

Côté cadran, IWC a repris le style classique et élégant de la Portugaise tout en l’adaptant intelligemment à son calibre compliqué.

Afin de réduire l’effet de surcharge, la marque a eu recours à un verre saphir en forme de dôme qu’elle a couplé à un cadran légèrement bombé.
Quasiment placé à la même hauteur que la lunette, l’ensemble offre un cadran très aérien, à la fois lumineux et ouvert.

Bien mises en valeur, les complications sont regroupées au centre, dans un globe terrestre gravé bénéficiant d’une finition satinée.
Ce dernier reprend l’angle d’inclinaison de la Terre – 23,4 degrés – et affiche les longitudes et les latitudes.

Bien mises en valeur, les complications sont regroupées au centre, dans un globe terrestre gravé bénéficiant d'une finition satinée.

Ce motif répond au sextant gravé sur le fond de boîte, évoquant l’histoire de la Portugaise, une montre originellement destinée aux navigateurs.

Côté aiguillage, on retrouve le style feuille, typique de la gamme, qui vient renforcer l’impression de légèreté et de finesse de l’ensemble.

Entièrement argenté, le cadran présente de très beaux reliefs et dévoile de nombreux détails : brossés circulaires, chiffres et index appliqués à la main, sous cadrans guillochés, lune en relief ou encore marquages imprimés au tampon.
Du grand art…

Au final, IWC a parfaitement réussi sa mise en scène : l’affichage de cette Portugaise Grande Complication offre une lecture optimale tout en bénéficiant d’un style élégant et d’une finesse d’exécution impressionnante.

 

Une mécanique d’une grande complexité

Bien entendu, le clou du spectacle réside dans l’usage du calibre IWC 79091.
Jugez-en par vous-même : plus de 21 fonctions – si l’on compte chaque indication indépendamment les unes des autres, 75 rubis fonctionnels et 657 composants individuels assemblés dans un espace réduit à son maximum !

Le plus impressionnant reste encore le niveau de fiabilité et l’agrément d’utilisation offerts par ce calibre compliqué.
Testé sur plusieurs jours, il s’est avéré extrêmement simple d’utilisation et pratique au quotidien.
Oscillant à la fréquence de 28.800 alternances/heure, ce mouvement a d’autre part fait preuve d’une excellente précision de marche sur le chronocomparateur : + 2 secondes d’avance par jour.

Le jour, la date, le mois et l'année sont gérés de façon totalement automatique jusqu'en 2100...

Le chronographe permet de mesurer des temps jusqu’à 12 heures et bénéficie d’une indication des minutes à saut instantané qui réduit les risques d’erreur de lecture.

Au niveau du quantième perpétuel, on retrouve le célèbre mécanisme conçu au milieu des années 80 par l’horloger maison Kurt Klaus – une petite merveille d’ingéniosité !
Préréglé en usine, ce calendrier se gère uniquement par le biais de la couronne avec une facilité déconcertante : il suffit de placer la couronne en première position et d’avancer la date au moment voulu.
L’aiguille des jours défile alors rapidement sous vos yeux.

Attention, le dispositif bénéficie d’une sécurité qui empêche le dérèglement du mécanisme et ne permet pas le retour en arrière.

Le jour, la date, le mois et l’année sont gérés de façon totalement automatique jusqu’en 2100, année qui ne sera exceptionnellement pas bissextile et nécessitera alors de ramener la montre en atelier pour une reprogrammation jusqu’en 2499 !

Ce calibre indique par ailleurs les phases de la Lune de façon ultra précise : un jour d’écart tous les 122 ans là où la plupart des indications de ce type doivent être corrigées tous les 2 à 3 ans.

Ce calibre indique par ailleurs les phases de la Lune de façon ultra précise : seulement un jour d'écart tous les 122 ans !

Enfin, pour terminer, le dernier chef d’oeuvre de cette Portugaise Grande Complication : sa répétition minute.

Œuvre de Giulio Papi, célèbre horloger ayant travaillé pour le compte des plus grandes maisons horlogères, ce mécanisme a nécessité plus de
7 années de développement.
Il sonne les heures, les quarts d’heure et les minutes à la demande en activant la targette située sur le flanc gauche du boîtier.

Bénéficiant d’un système exclusif de sécurité qui protège son mécanisme, il faut armer à fond le dispositif pour déclencher la répétition.

Chaque pièce est montée main et nécessite plusieurs semaines de fabrication et d’assemblage.

D’ailleurs, chacune émet une sonorité particulière, les ressorts des timbres étant encore formés à la main.

A l’usage, l’écoute du fonctionnement d’un tel mécanisme est toujours un évènement particulier qui capte toute l’attention et laisse facilement place à l’émotion.

Conclusion

Produite à seulement 100 exemplaires par an, versions or rouge et platine comprises, l’IWC Portugaise Grande Complication fait partie de ces pièces exclusives et rares qui hantent les rêves des collectionneurs.
Heureux celui qui…

 

Les + :

  • un boîtier équilibré aux lignes élégantes
  • un cadran lisible et bien construit
  • une finition proche de la perfection
  • un mouvement qui réunit trois grandes complications maîtresses de l’horlogerie
  • une répétition minute à la sonorité cristalline

           

Les – :

  • le poids de la montre qui reste relativement important, boîte en platine oblige
  • le fond plein qui ne permet pas d’observer le mouvement

 

Information complémentaire :

  • poignet du rédacteur/testeur = 17,5 cm
Derniers articles IWC
La note de la rédaction
81 / 100

test IWC Portugieser Calendrier Perpétuel 42 réf. IW3442 : un QP intemporel

ACTUALITÉ The Watch Observer lance son eshop

La note de la rédaction
81 / 100

test IWC Portugieser Calendrier Perpétuel 42 réf. IW3442 : un QP intemporel

ACTUALITÉ The Watch Observer lance son eshop

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *