Pays :

test Panerai Radiomir 1940 Platine PAM 518

La note de la rédaction
78.5 / 100
Seules 50 personnes auront la chance de posséder un exemplaire du nouveau chronographe Panerai Radiomir 1940 en platine dévoilé lors du SIHH 2014. Nous l'avons testé pour vous quelques jours. Récit.
L'essentiel

Panerai Radiomir 1940 Platine

Réf.: PAM00518
59,900.00 € Prix public conseillé en France au 27 août 2014
Marque Panerai
Modèle
Radiomir 1940 Platine
Référence constructeur
PAM00518
Boîtier (matière)
Platine
Diamètre boîtier (hors couronne)
45 mm
Diamètre boîtier (avec couronne)
50,14 mm
Mouvement
Remontage manuel
Calibre
Calibre OP XXV
Base calibre
Minerva 13.22
Fonctions
Chronographe
Heure
Minute
Seconde
Verre
Plexiglas
Capacité de la réserve de marche
55h
Fond transparent
Oui
Entre-cornes
24 mm
Longueur corne à corne
55 mm
Hauteur boîtier
15,70 mm
Etanchéité
50 m
Bracelet (matière)
Crocodile
Boucle (type)
Boucle déployante
Boucle (matière)
Or blanc
Poids total
196 grammes
Prix public conseillé en France au 27 août 2014
59,900.00 €
Confort / Agrément (/15) 12.5
Mouvement (/20) 11.5
Optimisation / Décoration du mouvement (/5) 4
Agrément de manipulation et de réglage (/5) 4.5
Contrôle du mouvement par la Manufacture / distinctions diverses (/3) 1
Capacité de la réserve de marche (/2) 1
Complications (/5) 1
Finitions (/20) 20
Finitions cadran (/6) 6
Finitions boîtier (/6) 6
Qualité du travail de déco° / gravure du fond de boîte (/2) 2
Qualité du verre (/4) 4
Finitions de la boucle (interne et externe) (/2) 2
Fonctionnalité (/20) 16.5
Lisibilité diurne (/5) 5
Lisibilité nocturne (/4) 4
Etanchéité (/3) 0.5
Facilité de réglage et de changement du bracelet (/4) 3
Sécurité / solidité de la boucle (/4) 4
Bonus (/10) 5
Série limitée (/3) 3
Montre fournie avec plusieurs bracelets (/2) 0
Qualité de la boîte et de la sur-boîte (/1) 1
Portabilité avec manches de chemise fermées (/2) 0
Présence de "goodies" (/1) 0
Intelligibilité du booklet (/1) 1
Rapport qualité / prix (/15) 13
Pour quelles occasions ? Quand la porter ? Pour un tour de l'Italie au volant d'une décapotable !
L'avis des internautes
82%
aiment cette montre
Donnez votre avis sur cette montre

Panerai PAM 518 : un magnifique boîtier

Panerai a dévoilé à l’occasion du SIHH 2014 – entre autres – trois chronographes proposés en séries limitées et déclinés du boîtier Radiomir 1940 – dont cette Radiomir 1940 Platine portant référence PAM 518 (découvrez les collections et les prix Panerai).

Version hybride située à mi-chemin entre les deux boîtiers historiques de la marque, le boîtier Radiomir 1940 dont est équipée la PAM 518 reprend le boîtier coussin des premières Radiomir tout en étant doté des cornes des Luminor – en remplacement des anses fil, trop fragiles – mais sans le protège couronne à levier qui équipe les montres de plongée de la firme florentine.

La boîte de cette PAM 518 propose ainsi à l’œil un spectacle réjouissant.
Beau bloc de métal impeccablement poli de dimension conséquente avec ses 45mm de diamètre, le boîtier de ce chronographe n’offre pourtant pas une perception aussi massive qu’on le penserait grâce au profil de galet dont il bénéficie.

Le dessin inspiré des prototypes Panerai des années 40 n’a au passage pas pris une ride.
C’était beau et sensuel. Ca l’est toujours.

Néanmoins, la densité du platine se fait sentir en comparaison d’un acier déjà bien présent.
Vous manipulerez dès lors cette montre de sport chic avec respect – un respect amplifié par la rareté du modèle et son prix.

Panerai équipe d’ailleurs la PAM 518 d’un large et souple bracelet alligator à grandes écailles carrées que vient fermer une boucle déployante de type papillon.
Compte tenu du poids de la montre – 196 grammes – et même si vous disposez d’un poignet de bonne taille, il est impératif de bien serrer le bracelet sous peine de voir la montre chercher à entamer un long voyage circulaire.

Une fois passée au poignet, il vous faudra quand même un petit temps d’adaptation si vous êtes habitué aux montres légères.
Mais le confort est bien là, grâce à la forme coussin de son boîtier et à ses cornes assez fines.
Et il ne vous reste plus qu’à profiter du spectacle !

Un chronographe authentiquement fonctionnel

Une montre qui dispose d’un boîtier de cette taille se doit d’être simple, lisible et, si possible, élégante.
Challenge parfaitement réussi pour Panerai qui propose une lecture bien différenciée de l’heure et de la partie tachymètre du chrono.

Le cadran est ainsi séparé en deux zones distinctes.

La partie centrale est celle de la montre proprement dite, affichant les index horaires et une minuterie complète.
On y retrouve également la petite seconde et le compteur sur 30 minutes du chronographe, nichés tous deux dans des emplacements en cuvette.

La partie périphérique, délimitée par un trait circulaire, est encerclée par l’anneau du tachymètre qui offre une lisibilité exemplaire.
Solution alternative à la classique lunette extérieure graduée que l’on retrouve par exemple sur l’Omega Speedmaster Moonwatch, elle présente l’avantage de permettre une excellente précision de la lecture grâce à la longue aiguille de la trotteuse qui vient se positionner juste à la limite des chiffres.

Elle établit enfin avec beaucoup d’élégance la jonction entre les deux zones du cadran.

Panerai poursuit avec réussite l’exercice en animant le chronographe avec des aiguilles bleuies tandis que la montre (heure, minutes et petite seconde) vit au rythme de l’or chaud.
A noter également la forme particulièrement réussie des aiguilles seringue, à la fois présentes
et précises.

Ce beau ballet affiche un sobre et élégant cadran blanc ivoire léger très finement poudré qui résiste
à toute tentative de reflet pour éviter d’entraver la lecture des indications.

La marque florentine le ponctue avec bonheur d’index points et barres chargés de Super-LumiNova teinté vieil ivoire qui renforce l’aspect vintage du modèle.

En d’autres termes, la lisibilité des différentes fonctions de cette Panerai Radiomir 1940 Platine est excellente et votre regard se posera souvent sur cette élégante montre, juste pour le plaisir de profiter de ce beau cadran lumineux et des reflets du soleil renvoyés par ses aiguilles…

Il est d’ailleurs plaisant de laisser le chronographe engagé pour donner de la vie à cette très belle pièce.

Calibre Panerai OP XXV : un mouvement historique revisité

L’envers de la montre dévoile par un classique fond transparent un mouvement chronographe intégré de belle facture.
Baptisé OP XXV chez Panerai, ce calibre de manufacture est un Minerva 13.22.
Il participe fondamentalement à l’intérêt de la série.

La base de ce mouvement remonte au début des années 20 avec le Minerva 13.20.

A l’époque l’un des très rares mouvements chronographes de petite taille – et en tant que tel adapté aux montres bracelets, il est d’abord monopoussoir avant d’évoluer dans les années 40 vers une version plus moderne à deux poussoirs comme nous les pratiquons aujourd’hui couramment.
Après une longue période d’arrêt de production, crise horlogère oblige, il est relancé au début du millénaire après une réadaptation aux normes actuelles de tolérance de fabrication.

Sa production reste néanmoins un travail minutieux et en grande partie manuelle.

La finition est soignée et l’intervention humaine est perceptible au travers d’infimes détails le plus souvent visibles à l’aide d’une loupe sur un angle, un flanc ou encore une gravure.

Tournant au rythme tranquille de 18.000 alternances par heure, il a été techniquement modernisé et offre une réserve de marche de 55h.

Pour la petite histoire, Minerva fait désormais partie du patrimoine industriel de Montblanc qui appartient, tout comme Panerai, au groupe Richemont.
Une histoire de famille en quelque sorte.

L’une des caractéristiques de ce mouvement réside dans l’écart important existant entre les poussoirs (37°) que l’on constate de visu sur la montre et dans les longues courbes des leviers qui le rendent particulièrement délicat et élégant.

L’amateur notera une jolie raquette de précision et savourera plus globalement le spectacle qui se rapproche de ce qui se fait de plus joli en horlogerie traditionnelle suisse.

Le remontage de l’OP XXV est doux et fluide et émet un joli cliquetis.

La manipulation du chronographe a quant à elle ses petites particularités.
Le poussoir de marche-arrêt est extrêmement agréable, précis et même un peu sec. Il ne laisse pas de place au doute.

La remise à zéro est en revanche un peu plus déroutante.
Elle n’offre pas de résistance et il faut appuyer le poussoir bien à fond de course avant d’entendre le clic libérateur et voir les aiguilles retrouver leur place initiale.

Enfin, la course de la trotteuse est évidemment un peu saccadée, mettant en évidence la combinaison d’une fréquence basse et d’une très longue aiguille – cela fait partie de l’ambiance vintage qui caractérise cette très belle Panerai PAM 518.

 

Conclusion

Le platine constitue l’un des moyens, avec l’or gris, de proposer des montres discrètes qui offrent
un plaisir souvent qualifié de secret : celui de la densité, si agréable au porté.
Celui aussi de savoir que l’on porte un objet bien plus précieux que son apparence ne le laisse supposer.
Panerai nous propose avec cette Radiomir 1940 Platine une montre chronographe très réussie.
Sportive, très élégante et fonctionnelle, cette série limitée à 50 exemplaires d’inspiration vintage saura séduire les riches collectionneurs à la recherche de modèles exclusifs – ainsi, très probablement, que certains spéculateurs qui n’hésiteront pas à la ranger au coffre dans l’attente d’une future belle plus-value.

 

Les + :

  • une montre exclusive
  • une esthétique cohérente et très réussie avec en particulier un magnifique cadran
  • sa glace en plexiglas aux chaleureux reflets
  • une montre de luxe fonctionnelle
  • un mouvement rare et historique
  • le plaisir de la densité du platine

 

Les – :

  • la nécessité de bien serrer la montre autour du poignet pour éviter tout déséquilibre au porté
  • une boucle déployante un peu dure et épaisse

 

Informations complémentaires :

  • la Panerai Radiomir 1940 Platine PAM 518 est proposée en série limitée à 50 exemplaires.
    La marque florentine en propose également deux autres versions : l’une en or blanc
    (PAM 520 – prix public = 46.900 €) et l’autre en or rouge (PAM 519 – prix = 44.900 €), toutes deux limitées à 100 exemplaires
  • avis aux amateurs : Officine Panerai vient d’ouvrir une nouvelle boutique parisienne
    située 5, rue du Faubourg Saint-Honoré – 75008 Paris
  • poignet du rédacteur / testeur = 18 cm
  • découvrez par ailleurs le cataiogue et les prix Rolex

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *