Pays :

test RESERVOIR Hydrosphere : une montre de plongée enthousiasmante

La note de la rédaction
77 / 100
C’est l’un des (voire LE) plus gros buzz de Baselworld 2019 : le lancement par la jeune et talentueuse maison RESERVOIR de sa première montre de plongée. Et pour cause : c’est une franche réussite.
L'essentiel

RESERVOIR Hydrosphere Blue hole (cadran bleu)

Réf.: RSV03.HY/130-32
4,250.00 € Prix public conseillé en France au 15 juillet 2019
Les +
  • une magnifique montre de plongée dans le plus pur esprit tool watch
  • un design unique inspiré d’un manomètre de plongée
  • un superbe cadran associant esthétique intelligemment pensée et fonctionnalité
  • une très belle qualité de réalisation
  • des complications rares et ludiques
  • un excellent confort de porter
  • un beau package : un bracelet acier + un bracelet additionnel en caoutchouc + un coffret spécial de type caisson étanche
  • un excellent rapport qualité / prix / design
Les -
  • une extension plongée sur le bracelet acier trop courte pour permettre le port de l’Hydrosphere par-dessus les manches d’une combinaison de plongée de 7mm d’épaisseur
  • un changement de bracelet pas si facile que cela
  • un fermoir pour le bracelet acier dont on aurait aimé qu’il soit sécurisé
  • une réserve de marche de 36 heures un peu faible eu égard aux standards actuels du marché
Marque RESERVOIR
Modèle
Hydrosphere Blue hole (cadran bleu)
Référence constructeur
RSV03.HY/130-32
Boîtier (matière)
Acier
Diamètre boîtier (hors couronne)
45 mm
Diamètre boîtier (avec couronne)
49,45 mm
Mouvement
Automatique
Calibre
NA
Fonctions
Date
Heures sautantes
Indicateur de réserve de marche
Minutes rétrogrades
Seconde
Valve hélium
Verre
Saphir antireflets double face
Capacité de la réserve de marche
36h
Fond transparent
Non
Entre-cornes
NA
Longueur corne à corne
NA
Hauteur boîtier
14,82 mm
Etanchéité
250 m
Bracelet (matière)
1 bracelet acier + 1 bracelet caoutchouc additionnel
Boucle (type)
Boucle déployante
Boucle (matière)
Acier 316L
Prix public conseillé en France au 15 juillet 2019
4,250.00 €
Confort / Agrément (/15) 15
Mouvement (/20) 13
Optimisation / Décoration du mouvement (/5) 2.5
Agrément de manipulation et de réglage (/5) 5
Contrôle du mouvement par la Manufacture / distinctions diverses (/3) 1
Capacité de la réserve de marche (/2) 0.5
Complications (/5) 4
Finitions (/20) 14
Finitions cadran (/6) 4.5
Finitions boîtier (/6) 4.5
Qualité du travail de déco° / gravure du fond de boîte (/2) 1
Qualité du verre (/4) 3
Finitions de la boucle (interne et externe) (/2) 1
Fonctionnalité (/20) 14
Lisibilité diurne (/5) 5
Lisibilité nocturne (/4) 3
Etanchéité (/3) 1.5
Facilité de réglage et de changement du bracelet (/4) 1
Sécurité / solidité de la boucle (/4) 3.5
Bonus (/10) 6
Série limitée (/3) 0
Montre fournie avec plusieurs bracelets (/2) 1
Qualité de la boîte et de la sur-boîte (/1) 1
Portabilité avec manches de chemise fermées (/2) 2
Présence de "goodies" (/1) 1
Intelligibilité du booklet (/1) 1
Rapport qualité / prix (/15) 15
Pour quelles occasions ? Quand la porter ? Pour une plongée avec Jacques Mayol !
L'avis des internautes
96%
aiment cette montre
Donnez votre avis sur cette montre

Hydrosphere : RESERVOIR se jette à l’eau

Emerger sur le segment ultra courtisé des montres de plongée sous-marine n’est pas un exercice aisé.
D’abord parce qu’il est dominé par quelques géants du secteur parmi lesquels Seiko avec notamment ses Prospex, Rolex et ses Submariner et Sea-Dweller (explorez le catalogue Rolex) et Omega et en particulier ses Seamaster Diver 300.
Ensuite parce que malgré tout, les marques qui ne proposent pas au moins une montre de plongée à leur catalogue sont rarissimes.

Livré sur un diamètre de 45mm certes imposant mais parfaitement cohérent avec sa vocation instrumentale, le boîtier de l’Hydrosphere, étanche à 250m, est conçu en acier brossé - une finition lui permettant d’encaisser de manière optimale les divers chocs auxquels une montre est classiquement exposée.

Bref, l’offre est pléthorique et le choix potentiellement compliqué.

C’est pourtant sur ce segment encombré que la maison RESERVOIR a su créer l’Evènement (avec un E majuscule) en mars dernier, à Bâle, en dévoilant sa toute première montre de plongée.

Ceux qui suivent régulièrement The Watch Observer connaissent désormais la marque française aux montres Swiss Made.

Créée en 2017, RESERVOIR a su d’emblée s’imposer dans le paysage horloger grâce à ses modèles séduisants au design immédiatement identifiable.

En effet, puisant leur inspiration dans les compteurs de bord, qu’il s’agisse d’automobiles, d’avions ou encore de sous-marins, les montres RESERVOIR se caractérisent par la présence d’une aiguille unique et l’association de trois complications à la fois rares et ludiques : heure sautante à 6h, minute rétrograde affichées sur un arc de cercle de 240° et indicateur de réserve de marche lisible sur un segment logé entre 5h et 7h.
A ces trois complications emblématiques de sa production s’ajoute parfois un quantième.

Rompant avec un certain conformisme horloger qui consiste à s’inspirer les uns des autres, RESERVOIR demeure fidèle à son ADN innovant en dévoilant cette année sa première montre de plongée, l’Hydrosphere - un modèle directement inspiré des manomètres de plongée.

La jeune et talentueuse maison, fidèle à son ADN, reprend sans surprise ces ingrédients pour donner naissance à l’Hydrosphere, première montre RESERVOIR dédiée à l’exploration des fonds marins.

Il en résulte d’emblée un dessin qui ne manque pas d’évoquer, aux yeux des véritables adeptes de la plongée, celui d’un manomètre – ces instruments conçus pour connaître la pression restante (et donc le temps de plongée restant) dans le bloc bouteille.

C’est ainsi à une immersion bien pensée dans le domaine de la tool watch aquatique que RESERVOIR nous invite.

Bien pensée, elle est également admirablement mise en œuvre.

La marque retravaille bien entendu le boîtier de ses collections précédentes pour offrir une étanchéité à 250 mètres.

Livré sur un diamètre de 45mm certes imposant mais parfaitement cohérent avec sa vocation instrumentale, le boîtier de l’Hydrosphere est conçu en acier brossé – une finition lui permettant d’encaisser de manière optimale les divers chocs auxquels une montre est classiquement exposée et une finition qui se justifie d’autant mieux lorsqu’il s’agit d’une montre de plongée.

RESERVOIR Hydrosphere : un vrai travail autour du design

Fond de boîte vissé, couronne vissée gainée de caoutchouc pour une préhension optimale, valve à hélium pour la plongée à saturation et lunette tournante unidirectionnelle avec insert en céramique satinée : tous les ingrédients d’une montre de plongée digne de ce nom sont réunis sur cette montre automatique.

Fond de boîte vissé, couronne vissée gainée de caoutchouc pour une préhension optimale, valve à hélium pour la plongée à saturation et lunette tournante unidirectionnelle avec insert en céramique satinée : tous les ingrédients d’une montre de plongée haut de gamme digne de ce nom sont réunis sur cette montre automatique.

Sa lunette, compte tenu de l’affichage rétrograde des minutes d’une part et de sa course sur un arc de cercle de 240° d’autre part, a cependant exigé un agencement spécifique et inédit des marquages de la lunette qui est doublement graduée.

Je vais essayer de faire simple et d’être concret.

Vous souhaitez calculer un temps de 15 minutes – par exemple un long palier de décompression après une plongée en grande profondeur.

Si l’aiguille des minutes est située entre 0 et 45, vous êtes dans une utilisation et une lecture classiques du temps écoulé que je vous épargne.

Si l’aiguille des minutes se trouve en revanche après 45 – il est par exemple 12h50 : vous placez le triangle luminescent de la lunette sur le 50 de la minuterie, en face de l’aiguille.

Les dix premières minutes du temps à comptabiliser se lisent donc entre 50 et 60.

Mais Ô surprise, la première graduation 15 de la lunette se situe dans la zone par laquelle l’aiguille des minutes ne passe jamais ! Arrivée à 60, ladite aiguille effectue en effet un bond en arrière pour reprendre sa course à partir de la graduation 00.

RESERVOIR décline son modèle Hydrosphere en trois versions - cadran bleu (Blue hole), cadran noir (Blackfin) et cadran blanc (Air gauge) -, chacune de ces montres de plongée étant livrée sur bracelet acier avec un bracelet additionnel en caoutchouc noir.

Vous lirez du coup les 5 minutes supplémentaires nécessaires à l’atteinte des 15 minutes visées entre 00 et le 5ème index bâton de la minuterie, index en face duquel une seconde graduation 15 se trouve sur la lunette tournante.

Si mes explications vous paraissent nébuleuses malgré mes efforts de concision, je vous invite à visualiser dans mon diaporama deux captures d’écran effectuées depuis le site de RESERVOIR qui illustrent ces deux cas de figure.

Tout à fait inédite et intelligemment mise en œuvre, cette lunette contribue à la forte personnalité qui se dégage de l’Hydrosphere.

Mais ce n’est pas tout.

Au-delà de sa seule et unique aiguille, le cadran de l’Hydrosphere puise véritablement son design et ses codes couleurs dans certains manomètres du marché que vous trouverez aisément sur votre moteur de recherche préféré – j’ai pris soin d’en proposer un exemple dans mon diaporama, RESERVOIR n’ayant cependant aucun lien spécifique avec la marque concernée.

Une montre de plongée innovante et ultra séduisante

Vous y retrouverez en particulier cette zone rouge qui part du puits des aiguilles et qui vient rejoindre les graduations de la minuterie entre 00 et 10.

Celle-ci vous indique, sur un manomètre, qu’il est sérieusement temps de remonter à la surface compte tenu de l’autonomie restant dans vos bouteilles.

De nuit, RESERVOIR nous réserve une surprise avec ses nouvelles Hydrosphere. Réjouissant sur les Hydrosphere Blue hole / cadran bleu et Blackfin / cadran noir (à gauche sur la photo ci-dessus), le spectacle offert est carrément incroyable sur la Air gauge / cadran blanc grâce à une sorte de traitement négatif.

Tout à fait cohérente sur l’Hydrosphere, cette zone, qui évoquera également peut-être chez certains les ondes émises par un sonar, rappelle d’autre part la zone rouge de la RESERVOIR Supercharged Red Zone, affichant ainsi une véritable filiation avec les collections RESERVOIR.

Côté cadran pour finir, la marque appose au-dessus du guichet de date une loupe cyclope qui ne manque pas de rappeler celle de la Rolex Submariner ainsi qu’un indispensable indicateur de marche de la montre.

Circulaire, celui-ci se place au-dessus du puits des aiguilles et tourne sur lui-même au rythme des secondes, confirmant ainsi au plongeur qu’il peut se fier aux informations délivrées par sa montre RESERVOIR puisqu’elle fonctionne bien.

C’est précisément dans ce même souci de fonctionnalité que cet indicateur, au même titre que les graduations de l’Hydrosphere (lunette, minuterie, graduations et même la réserve de marche) sont luminescentes.

Si le spectacle qu’elles offrent sur les Hydrosphere Blue hole / cadran bleu (le modèle que j’ai testé) et Blackfin / cadran noir est réjouissant, il est carrément incroyable sur la Air gauge / cadran blanc, l’intégralité du cadran étant luminescente via une sorte de traitement négatif.

Sensible au confort de porter de son modèle, RESERVOIR propose un boîtier dépourvu de cornes – contrairement à ce que laissent croire les photos lorsque l’Hydrosphere est habillée de son bracelet acier.

Si son look tool watch peut paraître de nature à la rendre mono-tâche (la plongée sous-marine en l’occurrence), ses codes couleurs, sa belle conception et son épaisseur relativement contenue (14,82mm) lui assurent une certaine polyvalence qui vous permettra de la porter dans presque toutes les situations.

En effet, les cornes que vous croyez voir ne sont en fait que les embouts du bracelet acier que vous arrimez à la boîte au moyen de deux vis – des embouts qui font office de courtes cornes plongeantes.

Lorsque vous choisirez d’habiller l’Hydrosphere de son bracelet caoutchouc (conformément à sa politique commerciale, RESERVOIR livre en effet sa montre de plongée avec un bracelet additionnel), vous le visserez directement au boîtier.

Résultat ? Quel que soit son bracelet et la circonférence de votre poignet, l’Hydrosphere offre un excellent confort au quotidien.

Enfin, le bracelet acier de l’Hydrosphere bénéficie d’une extension plongée que vous actionnerez au moyen de deux poussoirs latéraux, sans le moindre outil – une extension d’un centimètre qui suffira sur une combinaison de plongée estivale (3mm) mais qui s’avèrera insuffisante si vous plongez avec une combi de 7mm d’épaisseur.

RESERVOIR Hydrosphere :
Ce qu’il faut retenir…

Sans le moindre doute, RESERVOIR transforme ce premier essai dans l’univers des montres de plongée.

Alors même qu’il paraît particulièrement difficile d’émerger sur ce segment, l’Hydrosphere se démarque pourtant fondamentalement des Sub, Prospex et autres Seamaster et ne ressemble à aucune montre de plongée du marché.

Rompant en effet avec un certain conformisme horloger qui consiste à s’inspirer les uns des autres, RESERVOIR demeure fidèle à son ADN innovant en effectuant un véritable travail de recherche de design.

RESERVOIR impose son Hydrosphere en lui conférant un design instrumental tout en demeurant fidèle à son ADN. Elle y ajoute une très belle qualité de réalisation et une redoutable fonctionnalité. Pour moi, l’Hydrosphere est la montre de plongée esthétiquement la plus innovante de ces dernières années. J’en suis fan !

La marque franco-suisse impose ainsi son Hydrosphere en lui conférant un design instrumental incroyablement proche de celui d’un manomètre de plongée sans renier ses origines.

A ce design très séduisant, RESERVOIR y ajoute non seulement une très belle qualité de réalisation mais également une redoutable fonctionnalité.
Sans oublier bien entendu les complications horlogères identitaires des montres RESERVOIR, à la fois rarement réunies et tellement ludiques.

Tant et si bien que cette Hydrosphere est, pour moi, la montre de plongée esthétiquement la plus innovante de ces dernières années – pour ne pas dire de ces dernières décennies.

Si son look tool watch peut paraître de nature à la rendre mono-tâche (la plongée sous-marine en l’occurrence), ses codes couleurs, sa belle conception et son épaisseur relativement contenue (14,82mm) lui assurent une certaine polyvalence qui vous permettra de la porter dans presque toutes les situations.

Bref, si vous êtes à la recherche pour cet été (les premières Hydrosphere arrivent en boutique fin juillet / début août) d’une belle montre de plongée, à la personnalité unique et bénéficiant d’un très bon rapport qualité / prix, vous savez désormais vers quel modèle vous tourner !

Moi, j’en suis fan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *