Pays :

test IWC Flieger Chronographe

La note de la rédaction
70.5 / 100
Avec cette montre d'aviateur, IWC rompt avec les codes esthétiques rectilignes qui ont fait le succès des Flieger'. Elle s'inspire désormais de ceux issus de l'instrumentation analogique des avions.
L'essentiel

IWC Flieger Chronographe

Réf.: IW371701
3,990.00 € Prix public conseillé en France au 8 août 2010
Les +
  • un virage esthétique réussi
  • fiabilité, précision et rigueur
Les -

prix de la boucle déployante

Marque IWC
Modèle
Flieger Chronographe
Référence constructeur
IW371701
Boîtier (matière)
Acier
Diamètre boîtier (hors couronne)
42 mm
Diamètre boîtier (avec couronne)
45,70 mm
Mouvement
Automatique
Calibre
IWC 79320
Base calibre
Valjoux 7750
Fonctions
Chronographe
Date
Heure
Jour
Minute
Seconde
Verre
Saphir antireflets double face
Capacité de la réserve de marche
42h
Fond transparent
Non
Entre-cornes
20 mm
Longueur corne à corne
51,34 mm
Hauteur boîtier
14,88 mm
Etanchéité
60 m
Bracelet (matière)
Alligator
Boucle (type)
Ardillon
Boucle (matière)
Acier
Poids total
108 grammes
Prix public conseillé en France au 8 août 2010
3,990.00 €
Confort / Agrément (/15) 13
Mouvement (/20) 11
Optimisation / Décoration du mouvement (/5) 3
Agrément de manipulation et de réglage (/5) 4
Contrôle du mouvement par la Manufacture / distinctions diverses (/3) 1
Capacité de la réserve de marche (/2) 1
Complications (/5) 2
Finitions (/20) 15.5
Finitions cadran (/6) 4.5
Finitions boîtier (/6) 5
Qualité du travail de déco° / gravure du fond de boîte (/2) 1
Qualité du verre (/4) 3
Finitions de la boucle (interne et externe) (/2) 2
Fonctionnalité (/20) 14.5
Lisibilité diurne (/5) 5
Lisibilité nocturne (/4) 3
Etanchéité (/3) 0.5
Facilité de réglage et de changement du bracelet (/4) 3
Sécurité / solidité de la boucle (/4) 3
Bonus (/10) 4.5
Série limitée (/3)
Montre fournie avec plusieurs bracelets (/2)
Qualité de la boîte et de la sur-boîte (/1) 1
Portabilité avec manches de chemise fermées (/2) 1.5
Présence de "goodies" (/1) 1
Intelligibilité du booklet (/1) 1
Rapport qualité / prix (/15) 12
Pour quelles occasions ? Quand la porter ? Aux manettes d'un Cessna !
L'avis des internautes
80%
aiment cette montre
Donnez votre avis sur cette montre

Avis aux lecteurs

L’IWC que nous avons testée pour cet Essai est le modèle équipé du bracelet avec boucle ardillon.
Cependant, pour des raisons de disponibilité des pièces, la Flieger photographiée ici est munie d’une boucle déployante, cette dernière étant vendue en option.

Avec cette 16ème génération de montres d’aviateurs, IWC rompt avec certains codes esthétiques rectilignes qui ont fait le succès des Flieger’.
Elle s’inspire désormais de ceux issus de l’instrumentation analogique des avions.

 

Vue d’ensemble

C’est une belle bête de 42 mm de diamètre et 14,88 mm d’épaisseur, proposant une ouverture de cadran assez exceptionnelle, fermée par un beau saphir bombé traité antireflet qui doit frôler les 38 mm de diamètre.
Cette verrière offre une vue panoramique sur un cadran noir mat, contrasté, lisible, sobre et parfaitement exécuté.
Toutes les heures sont marquées en chiffres arabes, sauf les 3-6-9 matérialisées par des bâtons et le 12 marqué par un triangle.
Seuls ces 4 marqueurs sont luminescents (verts).

La marche du temps est indiquée par 5 aiguilles lances et une trotteuse de chronographe typique d’IWC, c’est-à-dire incomparablement fine, longue et élégante.
Le quantième et le jour de la semaine, en anglais, apparaissent dans un guichet rectangulaire
à 3 heures.

Tout est parfaitement blanc, à l’exception de la petite seconde qui, fantaisie extrême, est rouge !
Seules les aiguilles de l’heure et des minutes sont visibles dans l’obscurité.

IWC Flieger Chronographe : la boîte est en acier et la finition brossée est parfaitement réalisée, y compris sur le fond vissé.

Un design Bauhaus

La boîte conserve un design Bauhaus, très géométrique et fait de cylindres.
Au poignet, il ne fait pas trop gros. Magie des proportions !
La boîte est en acier et la finition brossée est parfaitement réalisée, y compris sur le fond vissé.

L’entre-cornes a droit à un brossé vertical qui irise la lumière.
Fragile, mais étonnant !

Les poussoirs cylindriques sont assez proéminents mais solidement guidés par des tubes en acier.
Leur diamètre permet de manipuler le chronographe avec précision et sans forcer.

La couronne vissée est relativement petite pour une montre d’aviateur – qui vit avec des gants, comme chacun sait !
Mais pour un aviateur à mains nues, c’est idéal.

 

Le bracelet

Toutes ces petites attentions donnent une résistance à la pression de 6 ATM, soit 60 m.
Cela permet d’envisager sereinement un crash en mer – sous réserve de faire le deuil du beau bracelet en alligator aux larges écailles noir qui équipe la montre.

Il est fermé d’origine par une boucle ardillon.
Mais je conseille de lui offrir la très chère mais très belle et pratique boucle déployante.

Conclusion

Ce 16ème opus de la Flieger est à mon sens une mise au goût du jour très réussie de ce modèle incontournable signé IWC.
La taille supérieure à la précédente de 3 mm lui va bien et colle aux standards de notre époque

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *