Pays :

test Sinn EZM 10

La note de la rédaction
68.5 / 100
Si les EZM sont toujours très attendues chez les amateurs de Sinn, l'EZM 10, dernière-née de la marque allemande, l'était particulièrement, avec son nouveau mouvement, le SZ01. Passage en revue.
L'essentiel

Sinn EZM 10

Réf.: 950
5,970.00 € Prix public conseillé en France au 13 août 2012
Marque Sinn
Modèle
EZM 10
Référence constructeur
950
Boîtier (matière)
Titane
Diamètre boîtier (hors couronne)
46,60 mm
Diamètre boîtier (avec couronne)
50,03 mm
Mouvement
Automatique
Calibre
SZ01
Base calibre
Valjoux 7750
Fonctions
Chronographe
Date
Heure
Heure sur 24h
Minute
Seconde
Verre
Saphir bombé antireflets double face
Capacité de la réserve de marche
42h
Fond transparent
Non
Entre-cornes
22 mm
Longueur corne à corne
53,18 mm
Hauteur boîtier
15,55 mm
Etanchéité
200 m
Bracelet (matière)
Cuir
Boucle (type)
Ardillon
Boucle (matière)
Titane
Poids total
113 grammes
Prix public conseillé en France au 13 août 2012
5,970.00 €
Confort / Agrément (/15) 14
Mouvement (/20) 11.5
Optimisation / Décoration du mouvement (/5) 3.5
Agrément de manipulation et de réglage (/5) 4
Contrôle du mouvement par la Manufacture / distinctions diverses (/3) 1
Capacité de la réserve de marche (/2) 1
Complications (/5) 2
Finitions (/20) 14
Finitions cadran (/6) 4
Finitions boîtier (/6) 4.5
Qualité du travail de déco° / gravure du fond de boîte (/2) 1
Qualité du verre (/4) 4
Finitions de la boucle (interne et externe) (/2) 0.5
Fonctionnalité (/20) 16
Lisibilité diurne (/5) 4.5
Lisibilité nocturne (/4) 4
Etanchéité (/3) 1.5
Facilité de réglage et de changement du bracelet (/4) 3
Sécurité / solidité de la boucle (/4) 3
Bonus (/10) 2
Série limitée (/3)
Montre fournie avec plusieurs bracelets (/2)
Qualité de la boîte et de la sur-boîte (/1) 1
Portabilité avec manches de chemise fermées (/2)
Présence de "goodies" (/1)
Intelligibilité du booklet (/1) 1
Rapport qualité / prix (/15) 11
Pour quelles occasions ? Quand la porter ? Pour une visite du Canada en hydravion !
L'avis des internautes
71%
aiment cette montre
Donnez votre avis sur cette montre

Naissance du Calibre Sinn SZ01

Sinn, marque d’outre Rhin méconnue du grand public français, s’est fait connaître par ses montres chronographe orientées pilotes – comme les références 156 ou 142, cette dernière étant même la première Sinn à être allée dans l’espace au poignet de Reinhard Furrer en 1985 pour la mission STS-61A de la navette spatiale Challenger.

Ces montres avaient aussi la particularité d’embarquer le mouvement Lemania 5100, particulièrement robuste et doté d’une lecture originale avec les minutes du chronographe au centre.

 

Sinn s’est trouvée très impactée par l’arrêt de la production de ce mouvement en 2003 suite au changement de stratégie du Swatch Group autour de Lemania.

Dès 2004, la marque cherche donc des pistes pour procéder à son remplacement.

La production d’un mouvement neuf est rapidement écartée pour des raisons de coûts de production, peu adaptés à l’échelle de la marque.

C’est alors un autre mouvement emblématique des années 70 que choisit Sinn : le Valjoux 7750.
Celui-ci est non seulement très largement reconnu pour sa robustesse mais il présente également l’avantage d’être adaptable aux diverses complications qu’une montre peut proposer.

C’est dès lors sur cette base que Sinn développe son nouveau mouvement, le SZ01.

Un Valjoux 7750 modifié en profondeur

Quelles sont les principales modifications apportées par Sinn au 7750 ?

La première modification est perceptible visuellement.
Il s’agit de la lecture centrée des minutes et secondes chronométrées.

D’autre part, comme le permettait le Lemania 5100, le 7750 est modifié de manière à permettre l’affichage dans un sous cadran de l’heure sur 24h – afin de savoir s’il est 10h ou 22h.

 

Ces dispositions impliquent de nombreuses modifications au niveau des roues entraînant les aiguilles mais aussi des mécanismes de déclenchement et de remise à zéro du chronographe.

En effet, l’aiguille des minutes du chronographe étant plus grande et donc plus lourde qu’une aiguille classique entraînée par un 7750, le moment de rappel (c’est-à-dire la force nécessaire pour ramener l’aiguille à son point de départ) est beaucoup plus important que sur un classique 7750.

Si ces modifications sont les plus caractéristiques, elles ne sont cependant pas les seules.

Sinn y ajoute son échappement sans lubrification – le Diapal – ou encore les huiles maison permettant un fonctionnement optimum entre -45°C et 80°C.

Il est à noter que ces modifications sont réalisées à Francfort, à l’usine de la société.

Sinn EZM 10 : une montre de pilotes

Conscient de l’importance que revêt le SZ01 pour le développement de la marque, Sinn a souhaité un modèle étendard qui soit LA vitrine non seulement pour ce nouveau mouvement mais également pour les standards de fabrication de la marque.

Ainsi, la famille des EZM – pour EinsatZeitMesser, le plus souvent traduit par montre de missions – s’agrandit avec l’arrivée de l’EZM 10, une montre dédiée aux pilotes.

Comme nous le soulignions lors de notre passage au crible de l’U1000 – EZM 6, une montre de plongée équipée d’un chronographe, l’esprit qui préside à la conception des EZM depuis 1997 est la réalisation de montres utilitaires et sans concession.

En conséquence, cette première EZM pour les pilotes met l’accent sur la robustesse et la lisibilité.

 

Jusqu’à maintenant, Sinn développait sa technologie de durcissement de surface – le Tegiment – sur des boîtes en acier.
Pour la première fois, cette technologie est adaptée au titane, corrigeant ainsi le principal défaut de ce métal – à savoir sa sensibilité aux rayures.

La lunette bénéficie aussi d’un traitement particulier, puisqu’un insert saphir vient protéger sa partie supérieure.
Cela permet d’éviter les rayures mais aussi d’avoir une graduation entièrement luminescente.
Revers de la médaille : alors que la lunette est à l’origine noire, elle prend une teinte qui tire sur un vert pas très heureux dès que la lumière s’y reflète directement.

La montre, bien que destinée aux pilotes, est étanche à 200m – le chronographe restant fonctionnel sous l’eau à tout moment.

Un chronographe étanche au fonctionnement optimisé

On notera d’ailleurs que les poussoirs ont été intégrés à la boîte.
Ce système évite d’une part les excroissances.
Mais surtout, il permet un léger bras de levier sur la commande.
Celle-ci reste ferme comme classiquement sur un 7750, mais gagne néanmoins en souplesse.

En outre, la surface des poussoirs étant large, ils se manipulent facilement, même avec des gants.

Le verre est d’autre part sécurisé pour ne pas sauter de son emplacement en cas de dépressurisation.

 

Afin de préserver le mouvement des éléments pouvant altérer son fonctionnement, Sinn a développé dès 1995 un système de déshumidification.

L’air que contient la boîte est remplacé par un gaz spécifique – l’Argon – qui retarde l’apparition d’humidité.

Cela permet ainsi de préserver les parties mécaniques de la montre et d’améliorer la durabilité des huiles.

Un témoin situé à 4h sur le flanc du boîtier permet d’en surveiller l’évolution.
Quand sa couleur vire au bleu foncé, il est temps de penser à faire réviser votre montre.

Tous ces éléments permettent enfin à Sinn de garantir ce modèle 5 ans, fait rare dans le monde de l’horlogerie.

Une excellente lisibilité

Côté lisibilité, ce chronographe se veut exemplaire.

Tout d’abord, les contrastes, les couleurs et bien entendu la disposition particulière des aiguilles du chronographe sont optimisées.
Forme, taille et position des aiguilles sont pensées de manière à ce que l’heure et les temps chronométrés soient toujours lisibles simultanément, sans superposition malencontreuse.

Excellente de jour, la lisibilité l’est également de nuit.
En effet, quand l’ambiance devient plus sombre, le Super-LumiNova prend le relai, non seulement pour les index du cadran mais aussi pour ceux de la lunette.
Très efficace et réussi.

 

Autre détail bien vu – mais dont vous n’aurez pas l’utilité, à part en boîte de nuit : toutes les aiguilles et les index réagissent à la lumière UV présente dans les cockpits pour éclairer sans occulter l’extérieur.

Au porté, cette montre dégage une réelle présence.
Elle paraît – et est en réalité – impressionnante par son dessin et sa taille.

Elle se révèle néanmoins confortable grâce à un poids contenu – 113 grammes – et une forme compacte.

Son imposant bracelet cuir manque sans doute de discrétion.

Mais d’autres possibilités – bracelet silicone ou titane – sont également possibles chez Sinn.

De fait, c’est une montre technique qui ne sera pas seulement à l’aise dans un cockpit.
En revanche, ne comptez pas sur elle pour vous accompagner en costume/cravate.

 

Conclusion

Cette dernière Sinn est conforme à la lignée des EZM qui l’ont précédées.
Même si le positionnement tarifaire en France laisse à penser que Sinn a changé de segment (!),
l’EZM 10 concentre indiscutablement tous les savoir-faire de la marque.
Ultra fonctionnelle, sans concession d’un point de vue esthétique et bénéficiant d’une belle qualité de réalisation, Sinn reste fidèle à ses valeurs tout en continuant à étoffer son catalogue technique.
Une montre réservée aux baroudeurs.

 

Les + :

  • un look technique pour une montre taillée pour l’aventure
  • la lecture des temps chronométrés
  • la lisibilité, de jour comme de nuit
  • la garantie de 5 ans

 

Les – :

  • une montre qui, dans l’ensemble, manque de finesse
  • une qualité de finition des index et aiguilles qui aurait mérité un peu plus d’attention sur une montre dans cette gamme de prix
  • son prix public pour le marché français

 

Information complémentaire :

  • poignet du rédacteur / testeur = 17,5 cm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *