Pays :

test Rolex Explorer 214270

La note de la rédaction
77.5 / 100
Si la Submariner est sans doute la plus célèbre des montres Rolex, l’Explorer mérite sa place parmi les icônes de la marque. Revisitée en 2010, ce modèle mythique a tout pour séduire les amateurs.
L'essentiel

Rolex Explorer

Réf.: M214270-0001
5,250.00 € Prix public conseillé en France au 11 décembre 2013
Marque Rolex
Modèle
Explorer
Référence constructeur
M214270-0001
Boîtier (matière)
Acier 904L
Diamètre boîtier (hors couronne)
39 mm
Diamètre boîtier (avec couronne)
41,36 mm
Mouvement
Automatique
Calibre
Rolex 3132
Base calibre
Manufacture
Fonctions
Heure
Minute
Seconde
Verre
Saphir
Capacité de la réserve de marche
48h
Fond transparent
Non
Entre-cornes
20 mm
Longueur corne à corne
47,28 mm
Hauteur boîtier
11,29 mm
Etanchéité
100 m
Bracelet (matière)
Acier 904L
Boucle (type)
Boucle déployante
Boucle (matière)
Acier 904L
Poids total
130 grammes
Prix public conseillé en France au 11 décembre 2013
5,250.00 €
Confort / Agrément (/15) 15
Mouvement (/20) 11.5
Optimisation / Décoration du mouvement (/5) 3.5
Agrément de manipulation et de réglage (/5) 5
Contrôle du mouvement par la Manufacture / distinctions diverses (/3) 2
Capacité de la réserve de marche (/2) 1
Complications (/5) 0
Finitions (/20) 14
Finitions cadran (/6) 5
Finitions boîtier (/6) 5
Qualité du travail de déco° / gravure du fond de boîte (/2) 0
Qualité du verre (/4) 2
Finitions de la boucle (interne et externe) (/2) 2
Fonctionnalité (/20) 18
Lisibilité diurne (/5) 5
Lisibilité nocturne (/4) 4
Etanchéité (/3) 1
Facilité de réglage et de changement du bracelet (/4) 4
Sécurité / solidité de la boucle (/4) 4
Bonus (/10) 4
Série limitée (/3) 0
Montre fournie avec plusieurs bracelets (/2) 0
Qualité de la boîte et de la sur-boîte (/1) 0
Portabilité avec manches de chemise fermées (/2) 2
Présence de "goodies" (/1) 1
Intelligibilité du booklet (/1) 1
Rapport qualité / prix (/15) 15
Pour quelles occasions ? Quand la porter ? Pour partir explorer des territoires inconnus !
L'avis des internautes
88%
aiment cette montre
Donnez votre avis sur cette montre

Histoire (résumée) de la Rolex Explorer

L’histoire de la genèse de l’Explorer, dont les origines remontent aux années 1950, est aussi riche que passionnante.

Pour faire court, tout commence avec la première ascension réussie du Mont Everest (8.848m d’altitude) le 29 mai 1953 par Sir Edmund Hillary et son célèbre Sherpa Tenzing Norgay, le duo étant équipé de montres Rolex.

Contrairement à une idée relativement répandue, il ne s’agit pourtant pas de modèles Explorer, cette dernière n’existant pas encore au moment de l’exploit des deux aventuriers.

Sir Edmund Hillary porte, en tout cas sur certaines des photos d’archives issues de l’expédition, deux montres, une à chaque poignet.
Il est ainsi équipé d’une part d’une Rolex Oyster Perpetual montée sur un long bracelet cuir, lui permettant de porter la montre par dessus la manche de son épais blouson.
Son autre montre est une Smiths, une marque d’origine anglaise créée en 1851.

Tenzing Norgay arbore également une montre Rolex lors de cette expédition.
Mais il s’agit a priori d’une Datejust que la marque à la couronne lui aurait offerte suite à sa tentative – manquée – d’ascension du Mont Everest en 1952 aux côtés de l’alpiniste suisse Raymond Lambert.

Il convient de préciser qu’à l’époque, les montres, bien qu’onéreuses, sont considérées par les hommes de cet acabit comme des instruments utilitaires avant d’être des objets de luxe.

Rolex sponsorisait dans cet esprit de nombreuses expéditions dans l’Himalaya en équipant leurs membres de ses modèles.
Mettant ses montres à l’épreuve en conditions réelles, la firme pouvait ainsi recueillir les observations des alpinistes (entre autres) afin de faire évoluer ses montres.
Riches de ces remontées, Rolex lance en 1953, dans la foulée de cette expédition, la première Explorer.

Ce modèle n’a depuis cette date pas quitté le catalogue Rolex même s’il a su évoluer au fil des années – découvrir les collections contemporaines et les prix Rolex.
Et même si Rolex est la marque de montres la plus connue et reconnue par le grand public, la discrète Explorer bénéficie aujourd’hui encore d’une notoriété inférieure à celle dont jouissent certains modèles de la marque suisse tels le Daytona ou la Submariner.

Rolex Explorer 214270 : un classique revisité

La montre Rolex Explorer essayée aujourd’hui, portant référence 214270, a été présentée en 2010 lors de la Foire de Bâle – suivre l’actualité des nouveautés dévoilées au SIHH 2014.
Elle vient succéder à la 114270 introduite en 2001, elle-même digne descendante de la 14270 apparue en 1989.

Ce qui fait la cohérence et le charme de la Rolex Explorer, c’est son esthétique qui, au fil des années, est demeurée quasiment inchangée d’une référence à l’autre.

Ayant bénéficié de nombreuses améliorations techniques – verre saphir, nouveau mouvement… etc, cette montre classique et sportive à la fois a en effet su conserver les lignes fluides de son boîtier d’origine et son cadran 3-6-9 si caractéristique.

La principale différence visible entre la référence actuelle et la précédente réside dans l’augmentation de 3mm du diamètre de son boîtier en 2010 – une véritable révolution !

En effet, les Explorer étaient jusqu’alors restées tellement fidèles à leurs racines historiques que leur diamètre plafonnait à un modeste 36mm…

Ce que certains, compte tenu du contexte de ces derniers années où les diamètres de montres ont connu une sévère inflation, pouvaient considérer comme étant trop juste pour un poignet masculin.

L’Explorer se retrouvait ainsi souvent (et injustement) reléguée au rang de montre de la compagne d’un propriétaire de Submariner ou de Daytona… Un comble pour la première montre d’aventuriers signée Rolex !

Le problème est désormais résolu avec le passage à un diamètre de 39mm.

Cette taille, qui demeure malgré tout très raisonnable, est parfaite. Le boîtier de 39mm de cette Explo, comme la surnomment les amateurs de la marque, permet au modèle de rester très discret conformément à l’esprit originel de la pièce tout en lui conférant une belle présence – grâce également à l’ouverture généreuse de son cadran.

Ce dernier reste, comme évoqué plus haut, très proche esthétiquement des versions précédentes.

Les deux principales nouveautés dont bénéficie le cadran de la 214270 sont l’apparition d’un rehaut interne gravé RolexRolexRolex et l’utilisation de Chromalight pour les aiguilles et index.

Le Chromalight est la matière luminescente développée en exclusivité par Rolex en alternative au Super-LumiNova qu’utilise la majorité des marques.

Rolex revendique une efficacité supérieure de son invention. A chacun de se faire son idée.

Mais sa luminescence bleutée assez originale est quoiqu’on en pense du plus bel effet.

Rolex Explorer : une montre polyvalente qui inspire confiance

Puisque nous sommes côté face, impossible de ne pas parler des aiguilles de cette montre automatique qui ont été l’objet de vives critiques – certains les trouvant trop courtes – dans la communauté des amateurs lors de la présentation du modèle en 2010.

Si elles pourraient en effet avoir un ou deux millimètres de plus, cela ne saute franchement pas aux yeux une fois la montre au poignet.
L’ensemble reste parfaitement cohérent et la lisibilité n’en souffre en aucune manière.
Ce faux problème ne doit en aucun cas être rédhibitoire.

Coté mouvement, l’Explorer 214270 utilise le dernier calibre Rolex en date, le 3132.

Ce mouvement bénéficie de tous les raffinements Rolex comme le Paraflex – un système antichocs sensé être meilleur que les classiques Incablocs – ou le spiral Parachrom – en théorie (faute d’avoir pu le tester) plus résistant aux chocs et champs magnétiques que ses concurrents.

Sa finition est comme toujours assez brute.
Mais la réputation de Rolex en termes de fiabilité de mouvements et de facilité de maintenance n’est plus à faire. Ce calibre tournera en effet encore comme un moulin dans 50 ans si vous lui apportez un minimum d’entretien en effectuant les révisions de rigueur en temps et en heure.

Le 3132 est enfin certifié chronomètre par le COSC, gage d’une excellente précision – sous réserve que les réglages soient fait correctement après chaque révision, cela va de soit.

Autre nouveauté de taille, le fermoir Oysterlock équipé du système Easylink.
Avouons-le : le fermoir des Explorer précédentes, parfaitement fiable, n’inspirait pourtant pas confiance en raison d’une esthétique peu flatteuse…
Rolex rattrape ici tout son retard d’un coup en prenant même de l’avance sur un grand nombre de ses concurrents.

Le nouvel Oysterlock est non seulement beaucoup plus qualitatif que ses prédécesseurs mais il possède aussi un astucieux système de réglage sans outil permettant de le rallonger ou de le raccourcir de quelques millimètres très facilement.
Votre poignet gonfle en pleine ascension du Machu Picchu ou à cause d’une panne de climatiseur au bureau ? Aucun problème, l’Oysterlink peut être réglé, même en marchant !

Au poignet l’Explorer est sans aucun doute l’une des Rolex les plus discrètes – avec certaines références d’Oyster Perpetual telle que la 116000.
Extrêmement polyvalente, elle pourra ainsi être portée aussi bien pour une réunion importante que lors d’un trek au Bouthan. Elle n’attire absolument pas l’attention et inspire pleinement confiance grâce à la rigueur de sa construction.

Son étanchéité à 100m est par ailleurs largement suffisante pour un usage civil, y compris la plongée bouteille.

Offrant un confort de porté d’excellence qualité, l’Explorer est enfin parfaitement lisible, de jour comme de nuit.

Conclusion

La Rolex Explorer 214270 est une vraie réussite à tout point de vue.
Montre mythique mais relativement méconnue du grand public, sa qualité de réalisation, son esthétique sobre à la fois classique et sportive, son design intemporel et sa fiabilité en font une montre incontournable pour tout amateur.

 

Les + :

  • un modèle mythique
  • un design intemporel
  • une montre d’une polyvalence exemplaire
  • une qualité de réalisation irréprochable
  • un calibre fiable

 

Les – :

  • l’absence de traitement antireflets sur le verre saphir

 

Information complémentaire :

  • poignet du rédacteur / testeur = 17 cm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *