Pays :

test Jaeger-LeCoultre Duomètre à Chronographe

La note de la rédaction
80 / 100
Jaeger-LeCoultre a fait sensation auprès des amateurs d'horlogerie avec la présentation du Duomètre à Chronographe. Voyons ensemble les multiples facettes de cette pièce très originale. Revue.
L'essentiel

Réf.: 6012420
31,600.00 € Prix public conseillé en France au 3 mars 2011
Les +
  • son originalité et son élégance
  • la conception et la finition du mouvement
  • la qualité de fabrication générale
Les -
  • pour ceux qui portent leur montre au bras gauche : l’heure située sur le côté gauche du cadran (versus manche de chemise)
  • l’indicateur d’unité des minutes du chronographe, superflu
Marque Jaeger-LeCoultre
Référence constructeur
6012420
Boîtier (matière)
Or rose
Diamètre boîtier (hors couronne)
42 mm
Diamètre boîtier (avec couronne)
45,55 mm
Calibre
Jaeger-LeCoultre Cal. 380
Base calibre
Jaeger-LeCoultre Cal. 380
Fonctions
Chronographe
Heure
Indicateur d'unités des minutes
Minute
Réserve de marche (chronographe)
Réserve de marche (heure)
Seconde
Seconde foudroyante
Verre
Saphir bombé antireflets
Capacité de la réserve de marche
50h (heures) + 50h (chronographe)
Fond transparent
Oui
Entre-cornes
20,89 mm
Longueur corne à corne
50,30 mm
Hauteur boîtier
13,83 mm
Etanchéité
50 m
Bracelet (matière)
Alligator
Boucle (type)
Boucle déployante
Boucle (matière)
Or rose
Poids total
141 grammes
Prix public conseillé en France au 3 mars 2011
31,600.00 €
Confort / Agrément (/15) 14
Mouvement (/20) 16.5
Optimisation / Décoration du mouvement (/5) 4.5
Agrément de manipulation et de réglage (/5) 5
Contrôle du mouvement par la Manufacture / distinctions diverses (/3) 2
Capacité de la réserve de marche (/2) 1
Complications (/5) 4
Finitions (/20) 17.5
Finitions cadran (/6) 6
Finitions boîtier (/6) 5.5
Qualité du travail de déco° / gravure du fond de boîte (/2) 2
Qualité du verre (/4) 2
Finitions de la boucle (interne et externe) (/2) 2
Fonctionnalité (/20) 12.5
Lisibilité diurne (/5) 5
Lisibilité nocturne (/4) 0
Etanchéité (/3) 0.5
Facilité de réglage et de changement du bracelet (/4) 3
Sécurité / solidité de la boucle (/4) 4
Bonus (/10) 4.5
Série limitée (/3) 0
Montre fournie avec plusieurs bracelets (/2) 0
Qualité de la boîte et de la sur-boîte (/1) 1
Portabilité avec manches de chemise fermées (/2) 1.5
Présence de "goodies" (/1) 1
Intelligibilité du booklet (/1) 1
Rapport qualité / prix (/15) 15
Pour quelles occasions ? Quand la porter ? Quand vous avez besoin de vous changer les idées !
L'avis des internautes
84%
aiment cette montre
Donnez votre avis sur cette montre

Avant-propos

Une vidéo à visionner en fin d’article pour admirer (notamment) la course folle de la seconde foudroyante !

A la prise en main, on se croit en terrain connu.
Les codes classiques de Jaeger-LeCoultre et le sentiment de grande qualité sont au rendez-vous.
Puis on regarde, on découvre et on voit que l’on a à faire à une montre qui est tout sauf ordinaire !

Un calibre pour passionnés d’horlogerie

Pour une fois, commençons la revue par le mouvement, le Calibre Dual-Wing 380.

Le principe de celui-ci est apparemment simple.
Il est constitué de deux mécanismes indépendants et d’un seul organe réglant pour annihiler totalement les perturbations du chronographe sur l’heure.

Si l’énoncé paraît simple, le passage à l’acte a nécessité de partir d’une feuille blanche et d’imaginer des solutions novatrices, telle que la gestion des sources d’énergies indépendantes et leur liaison à l’organe réglant.

L’énergie des deux mécanismes est ainsi emmagasinée dans deux barillets qui se dévident indépendamment l’un de l’autre.
Se pose alors la question du remontage : faut-il avoir deux couronnes ?
La solution retenue est très élégante : le remontage se fait par la même couronne, dans un sens pour l’heure, dans l’autre pour le chronographe, avec les barillets en série sur les rouages de la couronne.

La finition du Calibre Dual-Wing 380 est de haut niveau : les anglages, perlages et Côtes de Genève sont parfaitement réalisés.

Le point le plus étonnant reste l’absence d’embrayage.
Classiquement, le mécanisme de chronographe vient se coupler à celui de l’heure pour remplir sa fonction.
Cela ne se fait généralement pas sans problème, comme des petits sauts au démarrage ou une répercussion sur l’organe réglant avec une perte d’amplitude du balancier.

Ici, la roue de seconde foudroyante placée juste derrière l’échappement et tournant en permanence assure la première étape du train de rouage de l’heure.
Et lors du déclenchement du chronographe, un ingénieux système lui permet d’assurer aussi l’entraînement du mécanisme de chronographe – le tout sans aucune perturbation du balancier.

Ces deux caractéristiques majeures trouvent leur place au sein d’une architecture cohérente et didactique du mouvement.
En effet, celui-ci est conçu de manière très claire, permettant de distinguer les deux fonctions de la montre, l’heure et le chronographe, située de part et d’autre du mouvement.

Cette architecture est complétée par un souci du détail qui va jusqu’à indiquer la fonction de chaque barillet ou de distinguer subtilement les Côtes de Genève des platines heure de celles du chronographe.

Enfin, le mouvement est conçu pour se dévoiler au maximum.
Les platines sont ainsi limitées et permettent de découvrir le mouvement très largement, dans une profondeur étonnante.
Le plus spectaculaire étant la partie chronographe, laissant voir non seulement la roue à colonne, mais aussi toutes les cames de commande et même un coeur de remise à zéro !

Vous l’aurez compris, ce mouvement est fascinant – en particulier pour les amateurs de technique.
Mais l’esthétique n’est pas en reste.
Sa finition est en effet de haut niveau : les anglages, perlages et Côtes de Genève sont parfaitement réalisés.
L’allure générale de ce calibre est remarquable et il place la barre très haut par son habillage.

Un boîtier élégant

Le boîtier de ce Duomètre a des dimensions généreuses pour une montre habillée (42 mm de diamètre pour presque 14 mm d’épaisseur) mais raisonnable compte tenu des complications horlogères qu’il propose – sans parler des habitudes prises aujourd’hui avec des montres d’un gabarit souvent bien supérieur.

Duomètre à Chronographe de Jaeger-LeCoultre : que vous soyez amateur de mécanique horlogère ou à la recherche d'une montre différente, voici l'une des montres les plus fascinantes du moment.

Dans la version que nous avons essayée, le boîtier est en or rose.
Sa carrure est droite et très finement brossée, lui donnant ainsi un aspect satiné très réussi.

Les anses sont soudées et polies, comme la lunette ou le contour du fond transparent.
L’ensemble souligne et affine la silhouette de cette Jaeger-LeCoultre.

L’aspect est élégant et plutôt discret, impression renforcée par un côté un peu montre rétro donné par le monopoussoir.

Le bracelet alligator brun foncé et la boucle déployante complète harmonieusement l’ensemble.

Le Duomètre a une belle présence au poignet du fait de ses dimensions et de son poids.
Mais il reste très agréable au porté.

Un cadran équilibré

Le cadran de cette Jaeger-LeCoultre est très équilibré et oscille entre modernité et classicisme.

Sa texture est grenée et les différents sous cadrans légèrement en creux.

Sa composition d’ensemble reflète celle du calibre, divisé en deux : une montre 3 aiguilles dorées sur la gauche et un chronographe avec ses aiguilles bleuies à droite.

Les deux sous cadrans sont très lisibles et donnent une excellente lecture de l’heure ou des temps chronométrés – même si la position de l’heure oblige celui qui porte sa montre au poignet gauche à « sortir la montre entièrement de la manche » pour lire l’heure.

Un regret toutefois : Jaeger-LeCoultre a ajouté, dans un guichet à 3h, un compteur des unités des minutes chronométrées pour indiquer d’une autre manière cette information.
Redondant et pas vraiment plus lisible que les aiguilles au dessus, son absence n’aurait nui en rien à la lisibilité du cadran et aurait par ailleurs permis un équilibre encore meilleur de l’ensemble.

Conclusion

Ce Duomètre à Chronographe de Jaeger-LeCoultre est une création technique originale et innovante.
Mais la prouesse ne se fait pas au dépend de l’élégance ou de la discrétion.
Que vous soyez amateur de mécanique horlogère ou à la recherche d’une montre différente, voici l’une des montres les plus fascinantes du moment !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *