Pays :

test Rolex Daytona or gris 116519LN Oysterflex : plus iconique que jamais

La note de la rédaction
81 / 100
Quand Rolex insuffle un brin supplémentaire de sportivité à son Daytona en l’habillant de son bracelet Oysterflex et en le parant d’un cadran Panda acier / noir, il est très difficile d’y résister...
L'essentiel

Rolex Daytona or gris 116519LN Oysterflex

Réf.: 116519LN-0027
26,350.00 € Prix public conseillé en France au 10 janvier 2020
Les +
  • un chronographe mythique
  • une version du Daytona qui n’a jamais été aussi proche de l’esprit et de l’esthétique des premières références
  • le Daytona le plus sportif du catalogue
  • une qualité de réalisation irréprochable
  • une très grande polyvalence
  • son innovant, résistant et confortable bracelet
  • un mouvement chronographe fiable et robuste
  • une précision garantie de -2/+2 sec. par jour et, plus globalement, la certification Superlative Chronometer dont le modèle bénéficie
  • une montre garantie 5 ans
  • une montre qui ne perdra pas de valeur à la revente
Les -
  • l’abondance de littérature sur le cadran, caractéristique des montres Rolex en général et du Daytona en particulier
  • une boîte qui, hormis ses identitaires poussoirs vissés, demeure en-deçà du cadran à la fois dans sa forme et ses traitements : fond vierge, boîte intégralement polie…
  • un verre saphir dont on aimerait qu’il soit traité antireflet
Marque Rolex
Modèle
Daytona or gris 116519LN Oysterflex
Référence constructeur
116519LN-0027
Boîtier (matière)
Or gris 18 carats
Diamètre boîtier (hors couronne)
40 mm
Diamètre boîtier (avec couronne)
42,80 mm
Mouvement
Automatique
Calibre
Cal. Rolex 4130
Base calibre
Manufacture
Fonctions
Chronographe
Heure
Minute
Seconde
Verre
Saphir
Capacité de la réserve de marche
70h
Fond transparent
Non
Entre-cornes
20 mm
Longueur corne à corne
47,50 mm
Hauteur boîtier
12,27 mm
Etanchéité
100 m
Bracelet (matière)
Lame métallique surmoulée d’élastomère noir haute performance
Boucle (type)
Boucle déployante
Boucle (matière)
Or gris 18 carats
Poids total
160 grammes
Prix public conseillé en France au 10 janvier 2020
26,350.00 €
Confort / Agrément (/15) 15
Mouvement (/20) 14.5
Optimisation / Décoration du mouvement (/5) 4
Agrément de manipulation et de réglage (/5) 5
Contrôle du mouvement par la Manufacture / distinctions diverses (/3) 3
Capacité de la réserve de marche (/2) 1.5
Complications (/5) 1
Finitions (/20) 14.5
Finitions cadran (/6) 6
Finitions boîtier (/6) 4.5
Qualité du travail de déco° / gravure du fond de boîte (/2) 0
Qualité du verre (/4) 2
Finitions de la boucle (interne et externe) (/2) 2
Fonctionnalité (/20) 17
Lisibilité diurne (/5) 5
Lisibilité nocturne (/4) 4
Etanchéité (/3) 1
Facilité de réglage et de changement du bracelet (/4) 3
Sécurité / solidité de la boucle (/4) 4
Bonus (/10) 5
Série limitée (/3) 0
Montre fournie avec plusieurs bracelets (/2) 0
Qualité de la boîte et de la sur-boîte (/1) 1
Portabilité avec manches de chemise fermées (/2) 2
Présence de "goodies" (/1) 1
Intelligibilité du booklet (/1) 1
Rapport qualité / prix (/15) 15
Pour quelles occasions ? Quand la porter ? Pour chronométrer le temps que vous perdez dans les embouteillages à cause des grèves !
L'avis des internautes
93%
aiment cette montre
Donnez votre avis sur cette montre

Rolex Daytona 116519LN : un chrono plus iconique que jamais

Davantage prisés des collectionneurs et des acheteurs ponctuels pour leurs designs et pour la part de rêve dont ils sont potentiellement porteurs que pour leur réelle utilité pratique au quotidien, les chronographes font néanmoins toujours autant rêver la clientèle masculine.

A l’heure des smartphones et de leur fonction alarme, les montres chronographes ne servent (quasiment) à rien dans la vie de tous les jours faute de sonnerie vous avertissant que les trois minutes de cuisson de vos pâtes sont écoulées.

Davantage prisés des collectionneurs et des acheteurs ponctuels pour leurs designs et pour la part de rêve dont ils sont potentiellement porteurs que pour leur réelle utilité pratique au quotidien, les chronographes font néanmoins toujours autant rêver la clientèle masculine.
Rolex, dont le Cosmograph Daytona fait son apparition en 1963, le sait mieux que quiconque.

En effet, ce modèle qui tire son nom du Daytona International Speedway, célèbre circuit de course automobiles, n’a depuis son lancement jamais quitté le catalogue Rolex – explorez le catalogue et les prix Rolex 2020 – au point de devenir le graal horloger de nombreux collectionneurs et d’atteindre des montants rocambolesques lors de diverses ventes aux enchères.

La version sur boîte acier et lunette céramique lancée à Baselworld 2016 en particulier bénéficie d’un engouement qui ne se tarit pas – à (re)découvrir ici : Test du Rolex Daytona acier 116500LN – un engouement qui n’est pas uniquement dû à la rareté de cette référence…

A Bâle 2017, Rolex crée la surprise en dévoilant de nouvelles versions que l’on peut qualifier de révolutionnaires.
En effet, la marque à la couronne introduit simultanément à son catalogue cette année-là trois Daytona au boîtier en métal précieux habillés de son bracelet… en élastomère !

A Bâle 2017, Rolex crée la surprise en dévoilant de nouvelles versions que l’on peut qualifier de révolutionnaires. En effet, la marque à la couronne introduit simultanément à son catalogue cette année-là trois Daytona au boîtier en métal précieux habillés de son bracelet… en élastomère ! Ci-dessus la superbe version or jaune 18ct.

Je vous propose de passer aujourd’hui au crible le Cosmograph Daytona or gris portant référence 116519LN-0027 en m’attaquant dans un premier temps à la tête de montre avant de me pencher sur son inattendu bracelet.

Esthétiquement, la Rolex Daytona or gris sur bracelet Oysterflex présente les mêmes attributs séduisants que son aînée en acier.

Son boîtier forgé dans un or gris 18 carats issu des fonderies Rolex affiche tout d’abord des mensurations réjouissantes pour la plupart d’entre nous.
A la fois parce qu’elles sont contenues (40mm de diamètre pour une épaisseur de 12,27mm) et parce qu’en tant que telles, elles permettent de convenir à tous les poignets masculins – voire féminins pour les femmes qui aiment les montres hommes.

La Rolex Daytona 116519LN est d’autre part équipée d’une couronne de remontoir vissée abritée par un protège-couronne classique des productions Rolex, lui-même encadré de part et d’autre par des poussoirs de chronographe vissés.

 

Un sublime cadran Panda pour la Rolex Daytona 116519LN

Si ceux-ci entravent, comme j’ai déjà eu l’occasion de le dire à propos de cet emblématique modèle, une manipulation spontanée de la fonction chronographe (il faut bien entendu au préalable les dévisser pour pouvoir les actionner), cela n’a aucune importance et ne constitue en rien une caractéristique rédhibitoire.

Bien au contraire.

Si les poussoirs vissés entravent une manipulation spontanée de la fonction chronographe, cela n’a aucune importance et ne constitue en rien une caractéristique rédhibitoire. Bien au contraire. Identitaires du Cosmograph Daytona ils contribuent grandement à son esthétique sportive et en tant que tels à la légende de cette montre de coureur automobiles.

D’abord parce que vous ne vous servirez de cette fonction que par pure plaisir (donc avec préméditation) : celui s’actionner ses poussoirs au déclenchement franc mais onctueux.
Et ensuite et surtout parce que ces poussoirs vissés sont des éléments identitaires et forts du Cosmograph Daytona qui contribuent grandement à son esthétique sportive et en tant que tels à la légende de cette montre de coureur automobiles.

Le plus beau est cependant à chercher côté face.

Le classique boîtier de la Rolex Daytona 116519LN or gris s’habille tout d’abord d’une très belle lunette tachymétrique Cerachrom monobloc en céramique noire – celle-là même qu’arbore la version acier, ses graduations étant également obtenues par dépôt en creux d’une fine couche de platine par un procédé PVD.

Ayant remplacé les précédentes lunettes en acier poli que l’on retrouve notamment sur les Daytona 116520, à la fois sensibles aux rayures et dotées d’une lisibilité pas optimale, elle présente plusieurs avantages.

Outre son inrayabilité caractéristique de la céramique en général et le superbe contraste qu’elle apporte esthétiquement au modèle, elle nous replonge dans l’histoire de la Rolex Daytona en nous rappelant certaines références anciennes – Daytona 6263, 6240 et 6241 notamment – équipées à l’époque d’inserts noirs en aluminium.

Livrée en une finition polie, la lunette Cerachrom de la Rolex Daytona 116519LN ouvre sur un somptueux cadran que la maison genevoise nous propose en une version couleur gris acier ponctuée de compteurs noirs.

Le classique boîtier de la Rolex Daytona 116519LN or gris s’habille tout d’abord d’une très belle lunette tachymétrique Cerachrom monobloc en céramique noire - celle-là même qu’arbore la version acier, ses graduations étant également obtenues par dépôt en creux d’une fine couche de platine par un procédé PVD.

Là encore, Rolex nous offre d’efficaces et magnifiques contrastes de tonalités et de traitements.

La finition soleillée du cadran gris tranche en effet avec bonheur avec le traitement azuré du segment périphérique gradué des compteurs – petite seconde à 6h et totalisateurs de chronographe 30 minutes et 12 heures respectivement à 3 et 9h.

La différence avec la Rolex Daytona acier 116500LN cadran blanc réside dans la partie centrale desdits compteurs que la manufacture nous livre sur cette itération en or gris en une version intégralement noire – le centre des compteurs de la première reprenant la couleur blanche du cadran.

Ce détail, qui peut paraître anodin, contribue pourtant activement au côté irrésistible de ce Dayto or gris, ses allures de cadran Panda nous replongeant comme sa lunette noire directement dans les modèles mythiques du prestigieux chronographe.
Nous sommes au passage nombreux à espérer (en vain ?) l’édition d’une version acier lunette céramique noire dotée d’un réel cadran Panda.
On a quand même le droit rêver en 2020 et de tenter de faire passer des messages subliminaux…

 

Daytona 116519LN : le Dayto le plus sportif du catalogue Rolex

Pour en finir avec la tête de cette montre automatique, impossible de ne pas parler du mouvement.

Derrière un fond plein comme toujours vierge de toute inscription (quelle tristesse !), le Cosmograph Daytona 116519LN or gris abrite, comme toutes les références de Dayto du catalogue Rolex, le calibre 4130.

La différence avec la Rolex Daytona acier 116500LN cadran blanc réside notamment dans les compteurs que la manufacture nous livre sur la 116519LN en une version intégralement noire. Ce détail contribue activement au côté irrésistible de ce Dayto or gris doté d'un cadran évoquant les cadrans Panda du passé.

Véritable bête de précision et de robustesse, il associe en particulier une roue à colonnes, un embrayage vertical et un spiral Parachrom antichoc et antimagnétique.

Ce qu’il convient surtout d’en retenir, c’est sa grande précision que Rolex garantit dans une marge de tolérance comprise entre -2 et +2 secondes par jour au pire – des performances exceptionnelles avec lesquelles seules les maisons Seiko / Grand Seiko et Omega sont à même de rivaliser aujourd’hui.
Pour une information complète sur le calibre Rolex 4130, je vous invite une nouvelle fois à lire mon test de la Rolex Daytona acier.

La touche finale apportée par Rolex à l’attractivité de ce Daytona or gris réside dans son bracelet.

En effet, la manufacture créait la surprise en 2017 en abandonnant les classiques bracelets métal ou crocodile, coutumiers des références précédentes, au profit de son bracelet Oysterflex.

Présenté pour la première fois en 2015 pour habiller l’Oyster Perpetual Yacht-Master, une référence inspirée de l’univers de la régate, peu d’entre nous auraient imaginé le voir un jour sur un Cosmograph Daytona – pas plus que nous aurions imaginé avant 2015 qu’il existerait un jour un bracelet Rolex en caoutchouc…

Et pourtant !

Développé et breveté par Rolex, le bracelet Oysterflex se compose d’une lame métallique constituée d’un alliage de titane et de nickel surmoulée d’élastomère noir haute performance.

Présenté pour la première fois en 2015 pour habiller l’Oyster Perpetual Yacht-Master, le bracelet Oysterflex développé et breveté par Rolex se compose d’une lame métallique constituée d’un alliage de titane et de nickel surmoulée d’élastomère noir haute performance. Il vient habiller contre toute attente ce Daytona or gris.

Sa conception révolutionnaire associe la flexibilité – et donc le confort – attendue d’un bracelet polymère à une résistance et une durabilité découlant de sa base métallique.

Afin d’en optimiser le confort de porter, le bracelet Oysterflex est d’autre part muni au verso de coussins latéraux qui stabilisent la montre sur le poignet – un système breveté Rolex.

Mais au-delà de son confort et de sa résistance, le bracelet Oysterflex présente un double avantage en venant habiller cette Rolex Daytona.

Sa teinte s’accorde bien entendu avec celle de sa lunette céramique et de ses trois compteurs et contribue ainsi à mettre en exergue son magnifique cadran.

Il renforce d’autre part le côté sportif de ce luxueux chronographe en lui conférant presque une dimension utilitaire.

Enfin, Rolex ferme le bracelet de ce Daytona d’un fermoir de sécurité Oysterlock en or gris 18 carats et d’une rallonge rapide de confort Easylink (+5mm environ) – le même que celui utilisé sur le traditionnel bracelet Oyster (fonctionnel, sécurisant mais sensible aux rayures).

 

Pour conclure…

L’idée que peu d’entre nous auraient pu avoir un jour – Habiller le légendaire Cosmograph Daytona d’un bracelet caoutchouc ? Mais vous n’y pensez pas mon brave !! – s’avère dans la réalité excellente.

Il ne s’agit bien entendu pas d’un simple bracelet caoutchouc mais de l’Oysterflex – un bracelet Rolex haut de gamme bénéficiant d’une remarquable et innovante conception.

Et en effet, l’association de ce bracelet à un Daytona, qui plus est en or gris, offre de très séduisants contrastes.

Vraiment superbe avec cette association d’or blanc poli à de l’élastomère noir mat, la Rolex Daytona 116519LN et son somptueux cadran nous ramènent un peu aux origines de cet iconique chrono. Que diriez-vous d’une version acier sur bracelet Oysterflex parée d’un véritable cadran Panda ou d’un cadran Panda inversé ? On peut rêver…

De tonalités bien entendu : noir versus gris acier, un duo rehaussé du marquage rouge Daytona.
De textures également, le traitement poli-miroir de la boîte tranchant admirablement avec l’aspect mat du polymère noir.
Mais également de philosophies, le luxe de la tête de montre et du cadran s’opposant à la simplicité (apparente) du bracelet.

Si l’on y ajoute l’esprit cadran Panda dont s’inspire fortement le cadran de ce Daytona 116519LN, on peut être tenté – enfin je le suis ! – de dire que cette montre Rolex nous transporte aux origines du modèle : celles d’une montre chronographe conçue pour la course automobile, véritable outil de chronométrage des temps courts.

Ce Dayto 116519LN perd ainsi cette dimension shiny que certains peuvent lui reprocher au profit d’une dimension plus sportive.
Et cela lui sied à ravir, cette Rolex Daytona étant une véritable petite merveille.

Si cette association des genres vous séduit autant que moi, je vous invite à découvrir une autre version (sans doute ma préférée) : la Rolex Daytona 116518LN-0047… irrésistible, non ?

Enfin, je conclue en formulant un souhait sous forme de question adressée non seulement à vous mais également à Rolex : que diriez-vous d’une version acier sur bracelet Oysterflex parée d’un véritable cadran Panda (cadran blanc / compteurs noirs pleins) ou / et d’un cadran Panda inversé ??
Si l’une d’elles sort, je la commande une sans hésiter. Et vous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *