Pays :

test Corum Admiral AC-One 45 Chronograph

La note de la rédaction
77.5 / 100
Si les montres en bronze ont le vent en poupe, certaines maisons réussissent l'exercice mieux que d'autres. Corum en fait indubitablement partie avec cette nouvelle Admiral dévoilée à Baselworld 2017.
L'essentiel

Corum Admiral AC-One 45 Chronograph

Réf.: A116/03210 - 116.200.53/0F62 AW01
9,900.00 € Prix public conseillé en France au 31 mai 2017
Les +
  • un modèle typé dotée d’une belle personnalité
  • une montre parfaitement cohérente avec l’univers dont elle s’inspire
  • son sublime boîtier intégralement en bronze à la conception aboutie (patine et oxydation stabilisée)
  • son très beau cadran en teck, fonctionnel et à l’aspect « vieilli »
  • un mouvement chronographe fiable et éprouvé
  • un beau bracelet cuir patiné
  • une étanchéité à 300m
Les -
  • les discrètes plaques brunes qui enserrent la carrure, pas forcément nécessaires
  • une luminosité nocturne trop faible pour vous accompagner tout au bout de la nuit
  • une boucle déployante en acier traité PVD noir quand du bronze eût été esthétiquement plus cohérent
Marque Corum
Modèle
Admiral AC-One 45 Chronograph
Référence constructeur
A116/03210 - 116.200.53/0F62 AW01
Boîtier (matière)
Bronze
Diamètre boîtier (hors couronne)
45 mm
Diamètre boîtier (avec couronne)
50,06 mm
Mouvement
Automatique
Calibre
Calibre C0 116
Fonctions
Chronographe
Date
Heure
Minute
Seconde
Verre
Saphir antireflets double face
Capacité de la réserve de marche
42h
Fond transparent
Oui
Entre-cornes
23 mm
Longueur corne à corne
50,60 mm
Hauteur boîtier
14,50 mm
Etanchéité
300 m
Bracelet (matière)
Cuir
Boucle (type)
Boucle déployante
Boucle (matière)
Acier traité PVD
Poids total
166 grammes
Prix public conseillé en France au 31 mai 2017
9,900.00 €
Confort / Agrément (/15) 14
Mouvement (/20) 11
Optimisation / Décoration du mouvement (/5) 2.5
Agrément de manipulation et de réglage (/5) 5
Contrôle du mouvement par la Manufacture / distinctions diverses (/3) 1
Capacité de la réserve de marche (/2) 1
Complications (/5) 1.5
Finitions (/20) 19
Finitions cadran (/6) 5.5
Finitions boîtier (/6) 6
Qualité du travail de déco° / gravure du fond de boîte (/2) 2
Qualité du verre (/4) 4
Finitions de la boucle (interne et externe) (/2) 1.5
Fonctionnalité (/20) 15.5
Lisibilité diurne (/5) 5
Lisibilité nocturne (/4) 1.5
Etanchéité (/3) 2
Facilité de réglage et de changement du bracelet (/4) 3
Sécurité / solidité de la boucle (/4) 4
Bonus (/10) 3
Série limitée (/3) 0
Montre fournie avec plusieurs bracelets (/2) 0
Qualité de la boîte et de la sur-boîte (/1) 1
Portabilité avec manches de chemise fermées (/2) 1
Présence de "goodies" (/1) 0
Intelligibilité du booklet (/1) 1
Rapport qualité / prix (/15) 15
Pour quelles occasions ? Quand la porter ? Lors de votre prochaine croisière !
L'avis des internautes
89%
aiment cette montre
Donnez votre avis sur cette montre

Montres en bronze : un exercice en vogue

La conception d’une montre en bronze, si elle semble avoir le vent en poupe depuis quelques années, ne s’avère de toute évidence pas un exercice facile.

Gerald Genta fut a priori le premier à produire une montre de luxe dont le boîtier était conçu dans ce matériau évocateur du monde nautique et de la construction navale plus globalement – la Gefica, un modèle au succès très confidentiel.

En 2006, c’est Anonimo qui édite la Polluce dont une version arbore un boîtier forgé dans ce métal – une montre commémorative destinée à célébrer la récupération au fond des mers du navire Polluce qui fit naufrage au large des côtes toscanes en 1841.

Plus près de nous, tout le monde se souvient sans doute de la Panerai Bronzo PAM 382 présentée lors du SIHH 2011 avec grand bruit.

La maison Corum, connue pour ses délirantes mais géniales Bubble ou encore ses impressionnantes Golden Bridge, a bien entendu choisi sa montre de sport Admiral inspirée de l'univers marin pour l'habiller de bronze, ce matériau très prisé des fabricants d’accastillage.

Parce que c’est là que réside justement l’un des principaux challenges inhérents à la conception d’une montre en bronze.
Composé de cuivre et d’étain (avec adjonction parfois d’autres métaux), le bronze, dont les premières traces remontent au VIIIème millénaire (source : l’Encyclopédie Universalis), présente d’excellentes qualités de résistance à la corrosion ainsi qu’à l’usure tout en disposant de qualités mécaniques élevées.

Mais il présente l’inconvénient – ou l’avantage, selon les points de vue – de s’oxyder.
Si cette oxydation n’attaque pas la structure du métal elle-même, elle y dépose une fine couche verdâtre qui peut notamment tâcher et s’avérer particulièrement disgracieuse esthétiquement – ou magnifique, selon les point de vue (Bis).

Le nombre de photos montrant aujourd’hui la Submersible PAM 382 recouverte d’un dépôt qui ressemble à de la moisissure pullulent sur le Net.
Certains s’en réjouissent. D’autres non.

La tendance s’est quoiqu’il en soit renforcée ces dernières années, quelques marques ayant lancé à leur tour un modèle en bronze.

Corum, à l’occasion de Baselworld 2017, vient lui aussi d’introduire à son catalogue un modèle au boîtier conçu dans ce métal.
La maison, connue pour ses délirantes mais géniales Bubble ou encore ses impressionnantes Golden Bridge, a bien entendu choisi sa montre de sport Admiral inspirée de l’univers marin pour l’habiller de ce matériau très prisé des fabricants d’accastillage.
Elle y ajoute par ailleurs une petite touche bien vue en la parant d’un cadran en teck.

Corum AC-One 45 Chronograph :
Une immersion totale dans l’univers nautique

Les habitués des productions Corum retrouveront sur cette nouvelle Admiral AC-One 45 Chronograph les gênes de cette lignée née en 1960.

Les habitués des productions Corum retrouveront sur cette nouvelle Admiral AC-One 45 Chronograph les gênes de cette lignée née en 1960 - parmi lesquelles un boîtier masculin, une lunette dodécagonale ou encore un protège-couronne enveloppant efficacement la couronne de remontoir pour n'en laisser dépasser qu'à peine 2 millimètres.

Boîtier masculin servi ici en une version dotée d’un imposant diamètre de 45mm, lunette dodécagonale, cadran dont les index sont remplacés par les pavillons numériques issus du code international des signaux maritimes, courtes cornes ou encore protège-couronne enveloppant efficacement la couronne de remontoir pour n’en laisser dépasser qu’à peine 2 millimètres.

Au-delà de ces caractéristiques identitaires qui ont fait le succès de cette montre dédiée à l’univers de la voile, cette nouvelle Admiral se distingue bien entendu de ses aînées par son boîtier réalisé en bronze.

Mais il ne s’agit pas de n’importe quel bronze !

Si Corum en conserve la recette secrète, le bronze de ce chronographe Admiral AC-One 45 présente d’emblée une surface patinée qui semble tout droit sortie des profondeurs océaniques.

Ainsi, contrairement aux modèles édités par les concurrents, vous n’aurez pas à attendre quelques semaines / mois / années pour que votre Corum présente cet aspect antique si recherché – sachant qu’il existe un véritable aléa en la matière, le résultat pouvant être décevant.

D’autre part, cette patine est travaillée pour présenter une teinte chaleureuse où se mélangent surfaces cuivrées et zones plus sombres pour un résultat véritablement magnifique.
Il est d’ailleurs probable que chaque modèle de cette Admiral présente une patine différente, faisant de chacune d’elles un exemplaire unique.

Si Corum en conserve la recette secrète, le bronze de ce chronographe Admiral AC-One 45 présente d'emblée une surface patinée qui semble tout droit sortie des profondeurs océaniques, cette patine présentant une teinte chaleureuse où se mélangent surfaces cuivrées et zones plus sombres pour un résultat véritablement magnifique.

Le procédé de patine utilisé par Corum permet également d’en stabiliser l’évolution.
Ainsi, votre Admiral AC-One 45 Chronograph devrait conserver tout au long de son existence son sublime aspect – une bonne nouvelle qui vous épargnera l’apparition de surfaces verdâtres qui peuvent parfois s’apparenter visuellement à du moisi, exhaler des odeurs peu réjouissantes et accessoirement tâcher vos manches de chemises.

Enfin, il convient de souligner que cette patine à effet stabilisant autorise Corum à équiper cette montre automatique d’un fond de boîtier également réalisé en bronze quand les concurrents font en général appel à du titane pour éviter tout contact des surfaces oxydées du bronze avec la peau.

En d’autres termes, Corum nous livre avec ce bronze à la recette jalousement gardée probablement le plus abouti des boîtiers de sa catégorie.
Un seul regret toutefois mais qui n’a rien de rédhibitoire : les deux discrètes plaques brunes qui enserrent de part et d’autre la très belle carrure du boîtier.

Un chronographe à la personnalité affirmée

Non contente de nous livrer un somptueux boîtier, Corum pousse l’exercice un cran au-delà de ce que la concurrence a réalisé à date.

En effet, l’Admiral AC-One 45 Chronograph, comme toutes les références de la gamme, est une montre inspirée de l’univers de la voile.
Du coup, Corum a la bonne idée d’opter pour un cadran en teck.

Non contente de nous livrer un somptueux boîtier, Corum pousse l'exercice un cran au-delà de ce que la concurrence a réalisé à date en parant cette Admiral AC-One 45 Chronograph d'un très beau et cohérent cadran en teck 'vieilli'.

Mais contrairement par exemple à Ralf Lauren dont certains modèles sont parés de loupe d’orme parfaitement lisse, le bois du cadran de cette Corum présente de fines veinules.

Vous aurez ainsi le sentiment qu’il s’agit d’un teck extrait de la coque d’un vieux gréement qui aurait travaillé sous les assauts répétés et puissants des vagues ou du teck extrait du pont d’un bateau marqué par les allers et venues de son équipage.

Particulièrement cohérent avec la surface patinée du bronze du boîtier – à la fois dans l’esprit et dans les teintes -, ce cadran, malgré ses airs, n’en reste pas moins parfaitement réalisé.

Verni, il se pare de fins marquages argentés qui en suivent naturellement les petites irrégularités, l’ensemble étant cerclé des douze pavillons numériques en appliques issus du code international des signaux maritimes – des signaux toujours en vigueur de nos jours mais utilisés lorsque la communication radio n’existait pas.

Ce beau visage propose à son propriétaire l’affichage des heures, minutes, petite seconde (à 3h), date et chronographe avec totalisateur 30 minutes positionné à 9h.

Côté mouvement justement, Corum motorise l’Admiral AC-One 45 Chronograph d’un calibre ETA sur la base duquel elle adjoint un module de chronographe de chez Dubois Dépraz.
Il en résulte une manipulation des fonctions du chrono franche mais onctueuse et dépourvue du moindre saut d’aiguille lorsque la fonction est enclenchée.

Côté mouvement, Corum motorise l'Admiral AC-One 45 Chronograph d'un calibre ETA sur la base duquel elle adjoint un module de chronographe de chez Dubois Dépraz. Il en résulte une manipulation des fonctions du chrono franche mais onctueuse et dépourvue du moindre saut d'aiguille lorsque la fonction est enclenchée. Un régal !

Vous pourrez en apercevoir quelques composants au travers de la glace saphir dont son magnifique fond est équipé.
Apercevoir seulement parce que Corum a pourvu le C0 116 d’une jolie masse oscillante circulaire dont le dessin rappelle celui de la barre d’un bateau et dont la couleur argentée tranche agréablement avec celle du bronze.

Pour finir, l’Admiral AC-One 45 Chronograph s’habille d’un beau bracelet en cuir brun à l’aspect vieilli que vient fermer une boucle déployante triple réalisée en acier traité PVD noir.

Surpris par ce choix à propos duquel nous avons interrogé la marque, Corum nous a répondu qu’il s’agissait d’une option retenue parce que « les caractéristiques mécaniques de la matière ne convenaient pas aux exigences attendues par Corum » – la boucle déployante étant, il est vrai, beaucoup lus que le boîtier exposée aux chocs et autres rayures.
Il s’agirait également d’un choix esthétique – le noir se mariant bien avec la teinte chaude du bronze Corum.

Cette Corum proposant une étanchéité de 300m – malgré le marquage du fond visible sur les photos, le modèle confié étant un prototype -, il faudra cependant prendre soin d’en changer le bracelet avant votre prochaine plongée sous-marine.

Corum Admiral AC-One 45 Chronograph :
Ce qu’il faut retenir…

Corum nous livre avec cette nouvelle Admiral AC-One 45 Chronograph dévoilée il y a quelques semaines un modèle enthousiasmant qui ne peut cependant pas plaire à tout le monde compte tenu de sa forte personnalité.
Réalisé dans un magnifique et inégalé bronze patiné et stabilisé aux teintes antiques et chaleureuses, il joue le jeu jusqu’au bout en se parant d’un cadran ultra cohérent non seulement avec le boîtier mais également avec l’univers auquel cette Corum se réfère.
Parfaitement contemporaine et luxueusement réalisée, vous aurez pourtant le sentiment d’avoir au poignet un chronographe récupéré dans les cales d’un navire englouti au fond des océans depuis quelques siècles.
Et même si elle n’est pas pourvue d’une fonction spécifiquement conçue pour la régate, cette Corum Admiral AC-One 45 Chronograph est sans conteste l’une des montres inspirées de la voile les plus cohérentes et abouties du marché.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *