Mido - Découverte d'une marque de montres séduisantes

Par Pierre Gisclard, le 15 juillet 2015
Montres Mido : l'histoire de la marque, ses collections, ses atouts et les prix
Bien qu'elle soit une filiale du Swatch Group, Mido demeure encore peu connue en France. La marque, dont les modèles bénéficient de designs séduisants et de prix attractifs, débarque dans l'hexagone. Partager ce Dossier thématique

Diaporama = 26 photos
+ profitez-en pour explorer les collections et les prix Mido

L'Histoire des montres Mido (en accéléré)

Si vous ne connaissez pas encore les montres Mido, vous disposez de circonstances atténuantes, la production de la marque étant encore diffusée de manière relativement confidentielle en France - à l'exception notamment de la magnifique boutique Bucherer Paris qui nous a permis de réaliser cette série photos.

11 novembre 1918 : Georges Schaeren fonde à Soleure (Suisse) la manufacture horlogère Mido G. Schaeren & Co. AG. Son credo : fabriquer des montres automatiques fonctionnelles et très résistantes.

Pourtant, Mido, aujourd'hui filiale du N°1 mondial de l'horlogerie, le Swatch Group, fait son apparition dès 1918 à Soleure (Suisse) quand Georges Schaeren fonde la manufacture horlogère Mido G. Schaeren & Co. AG.

Dès ses débuts, l'entreprise produit des montres aussi bien à destination de la clientèle féminine que masculine.

Son ambition est dès le départ de concevoir des montres automatiques au design original, fonctionnelles et résistantes - une ambition qui demeure intacte aujourd'hui.

C'est précisément dans ce cadre que Mido lance en 1934 un modèle fondateur pour la marque :
la Multifort.

Toujours présente au catalogue de la marque en 2015 sous diverses déclinaisons, cette montre cumule à l'époque de nombreux atouts : antimagnétique et résistante aux chocs, la Multifort est par ailleurs parfaitement étanche.

Elle bénéficie en effet d'une invention signée Mido : le joint de couronne en liège - qui prendra par la suite le nom d'Aquadura.
Il s'agit en deux mots de liège naturel spécialement traité qui vient sceller la couronne de remontoir en formant un joint autour de la tige de ladite couronne.

1934 constitue pour Mido une date clé puisque la marque lance son modèle Multifort - une montre amagnétique, étanche et résistante aux chocs. Une collection de montres que l'horloger propose toujours à son catalogue en 2015 !

Au même titre que la NASA fera subir à l'Omega Speedmaster toute une série de tests au milieu des années 60 avant de l'homologuer officiellement pour toutes les missions spatiales habitées, les laboratoires Electrical Testing Laboratories Inc. (New York) vont soumettre la Mido Multifort à rude épreuves afin d'en tester la fonctionnalité et la résistance - une batterie de tests que le modèle passera haut la main, confortant en cela le positionnement marketing de la marque.

Témoin de son énergie créative et de sa bonne santé, Mido n'a de cesse d'innover (système de remontage Powerwind, Mini Mido...) et dispose même d'une présence dans 111 pays à la fin des années 60.

Aujourd'hui entrée dans l'escarcelle du Swatch Group, la marque bénéficie d'une forte notoriété, en particulier en Asie et en Amérique Latine, Mido étant même N°1 au Mexique toutes marques confondues.

Forte de quelque 2.500 détaillants officiels répartis dans 50 pays, Mido a décidé de jeter son dévolu sur l'Europe et en particulier sur l'Italie et la France.

 

Mido : des montres au dessin intemporel

En 2015, et alors que Mido commence tout juste à prendre position sur le marché français en s'attaquant au développement de ses points de vente, la production de la marque reste guidée par les mêmes principes que par le passé.

Le catalogue Mido tel qu'il est aujourd'hui destiné à la clientèle hexagonale se compose dès lors de plusieurs collections dont l'une des composantes constantes est de proposer des montres intemporelles contemporaines mais loin des tendances et de la mode, par essence éphémères.

Le catalogue Mido tel qu'il est aujourd'hui destiné au marché français se compose de plusieurs collections dont l'une des composantes constantes est de proposer des montres fiables au design intemporel. Ci-dessus le modèle Commander II Calibre 80. Prix = 1.120 €.

Ainsi, à de rares exceptions près (tel que le chronographe Multifort au boîtier en acier traité PVD noir et au cadran noir et orange), Mido a su créer des montres classiques par leur design dans toutes les gammes : montres de sport ou montre habillées, montres Femmes ou montres Hommes, trois aiguilles ou montres à complication... etc.
Il résulte de ce choix stratégique un catalogue de montres dessinées pour résister au temps.
Sachant que design intemporel ne rime pas avec design vieillot chez Mido.

L'offre s'appuie sur 5 grandes collections - sachant que certaines gammes commercialisées hors de nos frontières ne sont pas (encore) disponibles en France.

La série Multifort, déclinée aussi bien pour l'Homme que pour la Femme, propose une série de montres sport chic actuelles bénéficiant d'une grande polyvalence.

La gamme Commander, déclinées elle aussi pour les deux sexes, se caractérise par un dessin épuré typé vintage et par quelques références que Mido habille de jolis cadrans à la finition soleillée très séduisants.

La collection All Dial, lancée en 2002, est quant à elle très représentative de l'esprit qui anime aujourd'hui Mido dont une partie des montres puisent leur inspiration dans l'architecture - nous y reviendrons.
Les modèles All Dial développés en référence au Colisée à Rome affichent ainsi un cadran structuré tout en relief.

La collection Baroncelli, relancée en 2006, recèle des montres bénéficiant d'une esthétique très classique et élégante dont les cadrans sont souvent rythmés de chiffres romains.
C'est au passage dans cette collection que Mido propose l'un de ses modèles les plus compliqués (et les plus onéreux, toute proportion gardée - nous y reviendrons plus tard), la Baroncelli II Moon Phase, un joli chronographe au boîtier acier traité PVD rose affichant, comme son nom l'indique, les phases de Lune mais également le jour et la date.

La collection Baroncelli, relancée par Mido en 2006, recèle des montres bénéficiant d'une esthétique très classique et élégante, qu'il s'agisse des modèles destinés aux Hommes que des collections Femmes. Ci-dessus la très réussie Baroncelli II Lady au boîtier et bracelet en PVD rose. Prix = 980 €.

Enfin, les modèles issus de la collection Belluna, lancée en 2008, puisent leur inspiration dans les formes intemporelles de l’architecture Art déco.

Fidèle à son ADN - qui consiste notamment à produire des montres résistantes, Mido équipe ses différents modèles de mouvements mécaniques à remontage automatique bien nés puisqu'ils proviennent de chez ETA, autre filiale du Swatch Group.

Adoptant cette politique du Groupe - que l'on retrouve chez Tissot et Hamilton notamment - qui consiste à maintenir des prix serrés tout en faisant bénéficier les produits d'une montée en gamme, de plus en plus de références Mido sont équipées du Calibre 60 (60h de réserve de marche) ou du Calibre 80 COSC (80h de réserve de marche et certifié Chronomètre par le COSC).


En d'autres termes, Mido ne se contente pas de peaufiner le design de ses montres.
Elle les équipe par ailleurs de mouvements robustes et fiables.

 

Mido : à la conquête de la France

Bénéficiant de designs intemporels et séduisants, d'une qualité de réalisation irréprochable dans son segment de marché et embarquant des mouvements de qualité, Mido n'a pas oublié l'un des arguments indispensables à son succès en France : un positionnement tarifaire particulièrement attractif - et par voie de conséquence un excellent rapport qualité / prix.

Rares sont les marques à proposer un aussi bon rapport qualité / prix avec des montres associant bienfacture, designs classiques mais originaux et intemporels et fiabilité. Ci-dessus, l'élégante Baroncelli II Gent au cadran épuré. Prix de vente = 620 €.

Ainsi, pour illustrer le propos, Mido propose son modèle Baroncelli II Moon Phase pour seulement 2.190 €.

La Multifort Chronographe Black Edition affiche pour sa part un prix public de 1.790 € quand la Multifort trois aiguilles jour date sur bracelet acier et cadran gris anthracite plafonne à 740 €.

Du côté des montres Femmes, il vous faudra compter 940 € pour la Commander II Lady au boîtier en PVD Rose et sur bracelet acier bicolore et 1.120 € pour la Baroncelli II Lady M007 au boîtier PVD Rose et affichant un cadran dont les index des heures ont été remplacés par des diamants et dont le cerclage de la petite seconde est serti diamants.

Autant le dire tout de suite : tous les ingrédients sont réunis pour assurer aux montres Mido un succès qui soit à la hauteur de celui que la marque rencontre notamment en Amérique Latine et en Asie.

Reste bien entendu la notoriété, aujourd'hui point faible de la marque en France, mais qui se construit jour après jour - sous réserve de bénéficier de solides fondations à l'image de celles dont dispose la filiale du Swatch Group.

C'est précisément dans ce cadre que Mido a lancé par exemple il y a quelques semaines un concours de design horloger.

Pour accélérer sa notoriété sur le marché français, Mido adopte une démarche originale (bien que fidèle à son ADN) en lançant un concours de design horloger autour d'une montre qui doit s'inspirer de Big Ben.

Cette démarche originale, qui s'inscrit néanmoins dans la philosophie de la marque dont certaines collections puisent leur inspiration dans l'architecture de grands monuments historiques (le Colisée avec la collection All Dial, la Muraille de Chine avec la collection Great Wall, non distribuée en France à ce jour), consiste à challenger trois designers qui doivent s'inspirer de Big Ben à Londres pour concevoir une montre qui sera ensuite produite en série limitée.

Les trois designers en lice, Eric Giroud, Sébastien Perret et Lorenzo Vallone, dévoileront leurs créations le 30 juillet prochain.
A partir de cette date, le public pourra exprimer son avis en votant pour le projet qui lui paraitra le plus séduisant.

The Watch Observer vous tiendra bien entendu informés des suites de ce concours de design qui permettra au passage aux votants d'empocher un voyage pour deux personnes à Londres ou une montre Mido Big Ben.

 

Conclusion

Les velléités de développement de Mido en France sont légitimes et devraient réjouir les amateurs de montres mécaniques qui ne disposent pas d'un budget illimité.
Sur ce créneau, rares sont en effet les marques à proposer un aussi bon rapport qualité / prix avec des montres associant bienfacture, designs classiques mais originaux et intemporels et fiabilité.
Les nouveautés dévoilées à BaselWorld 2015 ne font que le confirmer.
Mido : une marque à suivre de (très) près !