Pays :

ACTUALITÉ Omega – BaselWorld 2014 : interview de Jean-Claude Monachon

Jean-Claude Monachon, Vice Président d'Omega, nous parle, dans une interview accordée à l'occasion de Bâle, de l'histoire de la marque, de ses innovations actuelles et futures. Entretien exclusif.

Diaporama = 4 photos
+ Découvrez les collections actuelles et les tarifs Omega

Omega a dévoilé à l’occasion de BaselWorld 2014, comme chaque année puisque tel est l’objet de ce salon, ses nouveautés – découvrez notre série photos Omega BaselWorld 2014.
Et une fois n’est pas coutume, la filiale du Swatch Group crée l’événement en faisant preuve d’une étonnante créativité.
Ses nouvelles collections proposent en effet des montres au design vintage qui viennent côtoyer des modèles contemporains avec un dénominateur commun : un grand travail d’innovation, qu’il s’agisse de matériaux, de design ou de mécanique.

Jean-Claude Monachon, Vice Président Omega en charge notamment du développement produit, répond à nos questions à l’occasion de cette grand-messe de l’horlogerie.

______________________________________

Omega De Ville Trésor en or jaune : une nouveauté BaselWorld 2014 très typée vintage mais embarquant les dernières innovations de la marque en matière de mouvement.

The Watch Observer (TWO) :
Omega a dévoilé cette année encore un cru d’une grande diversité. Quelles sont les sources d’inspiration de la marque ?

Jean-Claude Monachon, Omega :
Pour comprendre ce qu’est Omega aujourd’hui,
il est important de rappeler pour ceux qui ne le savent pas qu’Omega était la marque de montres
N°1 dans le monde jusque dans les années 70′.
Puis c’est l’arrivée des montres à quartz qui crée une déferlante sur l’industrie horlogère suisse.
Omega se met dès lors à produire elle aussi des montres à quartz.
Mais la marque, comme l’industrie horlogère suisse dans son ensemble, est au bord de la faillite et finit par faire l’objet d’une offre de rachat de la part
de Seiko.
Monsieur Hayek, désireux de préserver le
Swiss Made et d’éviter qu’une marque aussi prestigieuse qu’Omega ne passe sous pavillon japonais, trouve un accord avec les banquiers suisses et finit par racheter Omega.

Vitrine de sa riche et longue histoire, le Musée Omega de Bienne recèle ainsi un nombre impressionnant de modèles produits par la marque depuis ses débuts. Ils constituent pour nos équipes une source d’inspiration inépuisable en termes de design.
En parallèle, et les nouveautés 2014 en témoignent, nous effectuons chez Omega un très gros travail en matière d’innovation : innovation de matières avec par exemple l’or Sedna ou le Céragold et innovations techniques avec, notamment, l’échappement co-axial et les nombreuses références de calibres que nous avons développés depuis.

______________________________________

TWO :
Parlons justement mouvement. Les nouvelles collections présentées cette année se caractérisent notamment par l’extension de la technologie antimagnétique qu’Omega a dévoilé en janvier 2013 à plusieurs nouveaux modèles. Combien de temps de développement a nécessité la mise au point de cette innovation et la production du calibre 8508 (NDLR : premier calibre Omega bénéficiant de cette technologie) ?

Dévoilée en janvier 2013, l'Omega Seamaster Aqua Terra > 15000 gauss est la première montre Omega à bénéficier de la technologie antimagnétique développée par la marque.

Jean-Claude Monachon, Omega :
L’histoire débute après BaselWorld 2011 quand Monsieur Hayek me demande de produire une complication utile de mon choix. Je lui propose immédiatement de mettre au point une montre antimagnétique.
Il accepte ma proposition sous réserve que cette montre soit véritablement et complètement antimagnétique.
Quand je fais la demande à mes équipes de produire une montre résistant aux champs magnétiques supérieurs à 15.000 gauss, qui correspond à la puissance émise par un scanner médical, mes équipes me répondent que ce n’est pas possible.
C’est lorsque je complète ma demande en leur disant que je souhaite sur cette montre une date et un fond transparent que la solution apparaît : nous allons produire une montre dont les composants eux-mêmes sont antimagnétiques.

Nous donnons une conférence de presse en janvier 2013 pour rendre publique cette innovation révolutionnaire et dévoiler la première montre à bénéficier de cette technologie : l’Omega Seamaster Aqua Terra 15000 Gauss (voir notre article : Omega Seamaster Aqua Terra 15000 Gauss : la nouvelle Omega amagnétique).
Mais à l’époque, et même si la Seamaster dévoilée est parfaitement fonctionnelle, démonstration live à l’appui, nous ne savons pas encore précisément quels matériaux nous allons utiliser au final, notre choix n’étant pas arrêté. C’est juste avant BaselWorld 2013 que les options définitives sont arrêtées et les premières livraisons de l’Aqua Terra 15000 Gauss débutent à partir d’octobre 2013.

______________________________________

TWO :
Prévoyez-vous une extension de cette technologie d’une part à l’ensemble des collections Omega et d’autre part à d’autres marques du Swatch Group ?

Jean-Claude Monachon, Omega :
Effectivement, nous allons l’étendre à tous les calibres Omega co-axiaux 8000 et 9000 d’ici à 2019 compte tenu de l’ampleur du travail à réaliser.
Et à l’intérieur du Swatch Group, Breguet et Blancpain commencent progressivement à utiliser également cette technologie, sachant que le co-axial demeure quant à lui une exclusivité Omega.

______________________________________

Omega Seamaster 300 Master Co-Axial : dévoilée à Bâle cette année, cette montre de plongée fait incontestablement partie des nouveautés promises à un très bel avenir commercial.

TWO :
Sur quels projets les équipes Omega travaillent-elles actuellement ?

Jean-Claude Monachon, Omega :
Nos équipes travaillent bien entendu à une amélioration permanente et quotidienne de nos montres et de nos mouvements.
Le but ultime d’une certaine manière est de parvenir à produire un échappement co-axial ne nécessitant aucune lubrification.
Et je pense que nous y parviendrons un jour. D’ici 15 ans environ.

________________________________

TWO :
Parmi les nouveautés dévoilées par Omega à l’occasion de cette Foire de Bâle, quelle est celle qui retient plus particulièrement votre attention ou qui a votre préférence ?

Jean-Claude Monachon, Omega :
Celle de l’année prochaine évidemment !
Plus sérieusement, s’il fallait vraiment n’en retenir qu’une, ce serait sans doute la Seamaster 300 Master Co-Axial !

______________________________________

TWO :
Dernière question : hors Omega, à l’origine de quelle montre auriez-vous aimé être ?

Jean-Claude Monachon, Omega :
Très probablement la Jaquet Droz Grande Seconde, pour la pureté de son cadran et son côté unique dans la production horlogère actuelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LES MARQUES LES PLUS CONSULTÉES