Pays :

ACTUALITÉ Montre de plongée Triton Subphotique : une toolwatch vintage

Un duo français de passionnés vient de relancer Triton, une marque de montres de plongée invisible des sonars depuis plusieurs décennies. Au programme : un look d'instrument technique très vintage.

Diaporama = 12 photos

L’univers de la plongée sous-marine figure, au même titre que celui de la course automobile ou celui de l’aviation, au rang de ces sources qui n’ont de cesse d’inspirer les designers de l’industrie horlogère depuis des décennies.

Chacune de ces disciplines a donné naissance à son lot de modèles emblématiques, l’univers aquatique ayant tout particulièrement été propice à la naissance de montres de plongée devenues aujourd’hui légendaires.

Il suffit, pour s’en convaincre de citer, deux noms.
Omega et son incontournable gamme Seamaster – profitez-en pour explorer les collections et les prix Omega – parmi lesquelles il convient de citer la toute dernière née de la collection, l’irrésistible Seamaster 300 Master Co-Axial.
Et Rolex avec sa célèbre Submariner – plongez dans le catalogue et les prix Rolex.

Triton naît en 1963 sous l'impulsion de Jean-René Parmentier, ancien colonel de l’armée de l’air française, qui produira jusqu'à la fin des années 60 la montre de plongée Triton Spirotechnique.

Aux côtés de ses mastodontes horlogers, certaines marques indépendantes voient le jour dans les années 60 et se lancent à leur tour dans la production de montres conçues pour équiper les plongeurs.

Il ne s’agit pas ici de montres simplement étanches vous permettant de vous jeter dans la piscine remplie de champagne de quelque restaurant huppé de la Côte d’Azur mais bel et bien d’instruments techniques destinés à assister les plongeurs professionnels à une époque où l’électronique embarquée n’avait rien à voir avec ce qui se fait de nos jours.

C’est dans ce cadre que naît la marque Triton, créée par un ancien colonel de l’armée de l’air française et passionné d’horlogerie : Jean-René Parmentier (1921 – 1998).
Celui-ci conçoit en 1962 la montre Triton pour le compte (nous dit-on) de la Spirotechnique, une société fondée en 1946 par Air Liquide pour commercialiser le premier détendeur moderne inventé par le duo Cousteau / Gagnan.

Fabriquée en France et commercialisée à partir de 1963, cette montre de plongée que l’on ne trouvait que dans les magasins de plongée de la Spirotechnique se caractérise à l’époque par son système de protège-couronne breveté qui permet d’éviter les accidents et par sa couronne de remontoir positionnée à 12h.

Le succès de Triton est au rendez-vous puisque cette montre technique destinée aux plongeurs professionnels et militaires viendra équiper des nageurs de combat français et américains sans oublier certains membres de l’équipe Cousteau.

En 2015, un duo français de courageux passionnés, Jean Sébastien Coste et Philippe Friedmann, relance la marque et crée le modèle Triton Subphotique.

Son nom barbare et parfaitement imprononçable pour les étrangers vient de la contraction de sub (sous) et de photique (zone marine traversée par la lumière et où les végétaux peuvent vivre).

En 2015, un duo français de courageux passionnés, Jean Sébastien Coste et Philippe Friedmann, relance la marque et crée le modèle Triton Subphotique, réédition quasiment à l'identique de la version Spirotechnique des années 60.

Cette Triton version 2015 reprend bien entendu les gènes de son illustre aînée.
On y retrouve ainsi un boîtier acier en table que les dirigeants de la marque ont cependant choisi d’augmenter, passant ainsi de 37mm de diamètre à 40mm.

La Triton Subphotique conserve également sa couronne à 12h et son protège-couronne articulé, caractéristiques incontournables de cette montre de sport taillée pour les profondeurs.

Elle reprend par ailleurs la typographie particulière de la lunette graduée, le guichet avec quantième noir (chiffres pairs) et rouge (chiffres impairs) et les larges aiguilles enduites de Super-LumiNova C3 pour une lisibilité optimisée en toutes circonstances.

Côté mécanique, la Triton Subphotique embarque un Soprod A10-2 (remontage automatique, 42h de réserve de marche) en lieu et place du calibre ETA qui motorisait les versions produites dans les années 60.

Enfin, équipée dorénavant d’une valve à hélium et affichant une étanchéité de 500m (versus 200m pour son aînée), la nouvelle Triton s’habille au choix d’un bracelet en cuir d’alligator de Louisiane cousu sur caoutchouc noir ou d’un bracelet en gomme synthétique cousue sur caoutchouc noir.

Quand un grand nombre de marques nous ont proposé ces derniers temps des versions actualisées de modèles tirés de leur passé, Jean Sébastien Coste et Philippe Friedmann ont quant à eux choisi une réédition pure et simple (ou presque) de la Triton d’origine.
Il en ressort ainsi naturellement un indéniable charme typé vintage auquel se mélange un look ultra technique qui donne à la Triton Subphotique un côté incontestablement toolwatch.

Montre à la personnalité forte grâce à un look radical reconnaissable entre tous, la Subphotique, si elle vous accompagnera difficilement au bureau sur des tenues de type costume / cravate, sera en revanche parfaitement à son aise sur des tenues décontractées et… en maillot de bain !

Restent deux regrets :
– les amateurs de vintage regretteront que le plexiglas ultra bombé du modèle d’origine ait été remplacé par un saphir a priori plat ;
– son positionnement tarifaire pour une montre en acier sur bracelet cuir embarquant un mouvement Soprod.

Caractéristiques techniques et Prix de vente :
Triton Subphotique
– Réf.: TR-01 TB-BSCAALLI (bracelet alligator) / TR-01 TA-BSCAGOM (bracelet gomme techno)
– Boîtier en acier brossé inoxydable 316L
– Dimensions = 40mm (Ø)
– Lunette tournante unidirectionnelle 60 clics en acier 316L avec insert saphir et graduations luminescentes (Super-LumiNova C3)
– Verre saphir résistant aux rayures avec traitement antireflets
– Couronne vissée
– Fond vissé gravé Triton et numéroté
– Valve à hélium
– Cadran noir mat avec index luminescents (Super-LumiNova C3) – Date instantanée avec correction rapide, dotée de chiffres impairs rouges et pairs noirs – Aiguilles des heures et minutes de type sabre luminescentes (Super-LumiNova C3)
– Mouvement automatique personnalisé Triton avec rotor bidirectionnel perpétuel (base Soprod A10-2) : Masse oscillante et ponts Côtes de Genève gravés Triton – Spiral Parachrom pour résistance aux chocs et aux variations de température – 28.800 alt./h – 42h de réserve de marche
– Bracelet : Bi-matière en cuir alligator de Louisiane noir sur caoutchouc noir OU Bi-matière avec gomme techno noire cousue sur caoutchouc noir
– Boucle ardillon en acier personnalisée Triton
– Étanchéité = 500m
Prix de vente =
     > sur bracelet alligator = 5.350 €
     > sur bracelet gomme = 4.950 €

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LES MARQUES LES PLUS CONSULTÉES