Pays :

ACTUALITÉ La légendaire Rolex Daytona détournée par l’artiste Maximilian Wiedemann

L'artiste Maximilian Wiedemann, issu du milieu du graffiti, s'est fait une spécialité du détournement en explorant la relation entre pop culture, média et consommation. Découverte de sa série Relax.

Diaporama = 9 photos de la série Relax de Maximilian Wiedemann
+ explorez les collections actuelles et les prix Rolex

Alors que Rolex vient de dévoiler à Bâle cette année une nouvelle version très réussie de son légendaire Cosmograph Daytona – à découvrir ici : Rolex Daytona 2016 -, l’artiste Maximilian Wiedemann s’inspire de ce chronographe culte pour en faire une série de toiles.

D’origine allemande, Maximilian Wiedemann, issu du monde du graffiti, propose un art dont l’artiste dit lui-même qu’il est le reflet de notre société.
Ses sources d’inspiration ? La mode, le luxe, la conso et les médias – Maximilian Wiedemann étant au passage un ancien publicitaire.
Maximilian Wiedemann s’intéresse particulièrement aux icônes et autres symboles statutaires de notre époque : champagne, carte de crédit, billets de banque…

D'origine allemande, Maximilian Wiedemann, issu du monde du graffiti, propose un art dont l'artiste dit lui-même qu'il est le reflet de notre société. Parmi ses créations, une série intitulée Relax qui met en scène l'un des plus célèbres chronographes de l'histoire : la Rolex Oyster Perpetual Cosmograph Daytona.

Provoquant d’un point de vue artistique, ses créations sont accompagnées de noms ou de déclarations dont certains ne manquent pas de faire sourire.
American Express devient ainsi, à l’occasion d’une série utilisant la carte de crédit éponyme, American Excess.
Goldman Sachs, sur une couverture du Vogue réalisée par l’artiste, s’est transformée en Goldman Sucks.
Enfin, une série figurant un Smith & Wesson 357 Magnum criblé d’impacts de balles s’intitule More Guns Than Roses.

Maximilian Wiedemann a également proposé une série intitulée Relax, détournant ainsi le nom de la célèbre marque genevoise Rolex.
S’inspirant ouvertement du travail d’Andy Warhol, cette série est constituée de différentes représentations de la légendaire montre de pilote automobile lancée par la marque à la couronne en 1963 : l’Oyster Perpetual Cosmograph Daytona.

L’artiste, qui a réduit la littérature du cadran du modèle original aux mentions Relax, Oyster Perpetual et Daytona, a par ailleurs modifié le logo Rolex et en propose diverses versions aux couleurs vives.

Alors, en attendant l’arrivée en boutique de la très belle version du Daytona dévoilée par Rolex à Baselworld cette année, pourquoi ne pas acquérir l’une des toiles de Maximilian Wiedemann ?
Reste à en connaître le prix.
Quant à celui du nouveau Daytona, il est ici : Rolex Daytona 116500LN prix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LES MARQUES LES PLUS CONSULTÉES