Zenith El Primero Defy 21 Carbon : le chronographe supersonique

Par Olivier Müller, le 23 avril 2019
Cette année, le célèbre mouvement El Primero de Zenith fête ses 50 ans. Toujours chéri des collectionneurs, il s’offre une cure de jouvence avec une mesure au 1/100ème de seconde. Effet garanti ! Partager cette Actualité

Diaporama = 4 photos Live

La manufacture Zenith fait actuellement l’objet d’une renaissance.
Non pas que la belle du Locle ait disparu des écrans mais, ces dernières années, elle se reposait essentiellement sur son patrimoine.
Un comble pour cette honorable maison fondée en 1865, récompensée par 2.333 prix de chronométrie en un siècle et demi d'existence - un record absolu !

L’homme chargé de remettre de l’énergie dans la maison fut Jean-Claude Biver.
Les habitués de la scène horlogère ne connaissent que lui même s'il n'est pas passé chez Rolex (explorez le catalogue Rolex 2019).
Après s’être fait les dents chez Omega, c’est lui qui a ranimé Blancpain : en 1982, la marque avait fait 97 montres.
Dix ans plus tard, Monsieur Biver la revendait 60 millions de francs suisses au Swatch Group.
Il s’attaqua alors à Hublot : 150 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2007, 500 millions d’euros en 2017 !
Il poursuit alors sa route chez LVMH et applique les mêmes recettes aux marques qui tombent également sous sa direction : TAG Heuer et, aujourd’hui, Zenith, dont il confia ensuite les rênes à Julien Tornare.

Pour redonner de l’allant à la marque à l’étoile, sa direction privilégie le renouvellement de son El Primero.
La collection ou le calibre ? Il y a toujours un temps d’hésitation.
C’est un cas de figure absolument unique en horlogerie où mouvement, collection et montre se nomment de la même manière.

El Primero Defy 21 : on reconnait la base sémantique El Primero, du nom du célèbre mouvement dévoilé en 1969, premier chronographe de grande série capable de mesurer le 1/10ème de seconde, toujours produit aujourd’hui. Sa mention 21 trahit son entrée dans le XXIe siècle !

Cette confusion est savamment entretenue pendant des années par Zenith : parfois, l’on avait une nouvelle El Primero (la montre) mais avec le même mouvement.
Parfois l’inverse : un nouvel El Primero (le mouvement, par exemple avec échappement silicium) venant alimenter l’El Primero existante (la collection).
Aujourd’hui, Zenith a renouvelé les trois : nouveau mouvement, nouvelle collection et nouveaux modèles.
Bienvenue à la Defy El Primero 21 !

On reconnait la base sémantique El Primero, du nom du célèbre mouvement dévoilé en 1969, le premier chronographe de grande série capable de mesurer le 1/10ème de seconde, toujours produit aujourd’hui.

Sa mention 21 trahit son entrée dans le XXIe siècle : le mouvement a été accéléré et peut désormais mesurer le 1/100ème de seconde.
Il est donc dix fois plus précis.
Il possède un échappement pour la montre (36.000 alt/h - 5Hz) et un second échappement pour le chronographe (360.000 alt/h - 50Hz).

La manœuvre est habile car elle fait cohabiter dans une même montre automatique le mouvement patrimonial à 5Hz et son évolution moderne à 50Hz.

Il y a donc ici un calibre mais deux échappements et, partant, deux réserve de marche (50 heures pour la partie horaire, 50 minutes pour le chronographe).

L’habillage, en revanche, n’hésite pas et tranche très clairement vers la modernité, avec un boitier de 44mm réalisé en carbone et une architecture squelette, dépourvue de cadran, qui laisse apparaître la quasi totalité du mouvement.

L’ensemble est complété d’un bracelet caoutchouc noir qui renforce son caractère racé et sportif.

La danse de l’aiguille des secondes du chronographe, faisant un tour complet par seconde, est un ballet peu commun en horlogerie. Le caractère très architectural de cette variation en carbone renforce son inclinaison sportive, pour ne pas dire virile. De quoi l’amener, à son tour, jusqu’en 2069...

Mon avis :

Lorsque l’on possède déjà les montres chronographes de légende, chez Rolex, Omega ou Audemars Piguet, l’El Primero est incontournable.

Il y a clairement eu un avant et un après El Primero de 1969 (lequel équipa notamment de nombreuses Rolex Daytona !), il en sera probablement de même pour le millésime Defy 21 de 2019.

La danse de l’aiguille des secondes du chronographe, faisant un tour complet par seconde, est un ballet peu commun en horlogerie.

Le caractère très architectural de cette variation en carbone renforce son inclinaison sportive, pour ne pas dire virile.
L’ensemble est cohérent et puissant.

Malgré un généreux diamètre de 44mm, le poids plume du carbone permet d’avoir une pièce légère au poignet.

Contrairement aux variations acier ou or, plus improbables, le carbone garantira en outre une pérennité totale à la pièce.
De quoi l’amener, à son tour, jusqu’en 2069...

Pour en savoir plus : Zenith El Primero Defy 21 cadran fermé : test et photos.

Caractéristiques techniques et Prix de vente :
Zenith El Primero Defy 21 Carbon
- Réf.: 10.9000.9004/96.R782
- Boîtier en Black carbon 
- Diamètre : 44 mm 
- Étanchéité : 10 ATM
- Cadran : ajouré
- Fonctions = Chronographe affichant les 1/100e de seconde - Aiguille centrale de chronographe effectuant un tour par seconde - Indicateur de réserve de marche à 12h - heures et minutes au centre - petite seconde à 9h
- Mouvement : El Primero 9004, remontage automatique - 293 composants - fréquence = 36.000 alt/h (5Hz) - réserve de marche horaire = 50h - réserve de marche du chronographe = 50 min.
- Bracelet : caoutchouc noir (qualité HNBR) 
- Boucle : titane double déployante
- Prix de vente = 17.600 €