Zenith Defy Inventor (Baselworld 2019) - Zenith invente la "montre-mouvement"

Par Olivier Müller, le 20 mars 2019
Après les 10 premiers exemplaires sortis des labos il y a bientôt 2 ans, Zenith donne enfin une suite commercialisable à sa Defy Lab : la Defy Inventor. Un nouveau paradigme s’ouvre au grand public. Partager cette Actualité

Diaporama = 7 photos

Zenith n’est pas une manufacture comme les autres.
Si Rolex est connue pour sa marque en tant que telle, si Audemars Piguet est assimilée à sa collection phare, la Royal Oak, Zenith est surtout reconnue pour l’un de ses mouvements : le El Primero.
C’est un cas unique dans l’horlogerie où une marque est presque pleinement assimilée à l’un de ses calibres et non aux modèles qu’il équipe !

Ce net avantage concurrentiel - aucune marque ne peut rivaliser sur ce terrain - a fait le bonheur mais aussi le malheur de Zenith, pour une raison simple : le client final n’achète pas un mouvement, il achète une montre finie, terminée, décorée, avec un cadran et un bracelet, insérée au sein d’une collection structurée.
Sauf que les collections de Zenith ont toujours eu la plus grande peine à hisser leur notoriété au niveau du mouvement El Primero.

Aujourd’hui, la manufacture assume (enfin) cet encombrant héritage et marie les deux : la Defy est une montre-mouvement totalement assumée.
Pas de narration marketing, pas de star, d’ambassadeur ni de paillette, pas de version sertie ou déclinée à l’infini en mode lifestyle : la Defy Inventor peut (presque) se résumer à son mouvement.
Mais quel mouvement !

Jeudi 14 septembre 2017, au Locle : Zenith dévoile la Defy Lab (ci-dessus). Au programme ? La mise au point d'un oscillateur révolutionnaire, une remarquable précision pour la montre et un habillage inédit réalisé en Aeronith. Baselworld 2019 : la manufacture dévoile la Defy Inventor.

La collection Defy se révèle par un pluvieux jeudi 14 septembre 2017, au Locle.
The Watch Observer était sur place, parmi quelques dizaines d’invités triés sur le volet pour assister à une révélation : la refonte complète de l’échappement.
Bye bye l’ancre suisse, bienvenue au silicium monobloc !

L’idée de départ, que de nombreux horlogers abordent depuis des décennies, est de se débarrasser du traditionnel échappement à ancre suisse.
Si mythique et séculaire qu’il soit, c’est un gouffre à énergie : son tic tac dissipe un bon tiers de l’énergie qu’il reçoit, perdue en mouvements inutiles.
Le système, techniquement parlant, est loin d’être un modèle de rendement.

L’idée de Zenith est simple : pour limiter les pertes d’énergie, il faut limiter les frictions.
Pour qu’il y ait moins de frictions, il faut donc qu’il y ait moins de surfaces en contact et / ou moins de composants en jeu.
A ce registre, on ne pourra jamais égaler le rendement énergétique d’un composant... unique !

Il est ici réalisé en silicium.
Zenith a utilisé sa capacité vibratoire pour impulser le mouvement de va-et-vient autrefois dévolu à l’ancre.
La souplesse du silicium permet en outre de le mettre en vibration à une fréquence beaucoup plus élevée que n’aurait supportée une ancre : 15Hz au lieu, traditionnellement, de 4Hz.

La Defy est donc presque quatre fois plus précise qu’une pièce à échappement traditionnel.
Presque ?

Zenith, après 10 premiers exemplaires de sa Defy Lab en forme de 'proof of concept', commercialise aujourd’hui la version en grande série de ce mouvement. La pièce, dévoilée cette semaine à Baselworld, est rebaptisée Defy Inventor pour la différencier de l’expérimentale version Lab présentée 2 ans plus tôt.

Presque car Zenith, après 10 premiers exemplaires de sa Defy Lab en forme de proof of concept, commercialise aujourd’hui la version en grande série de ce mouvement.
La pièce, dévoilée cette semaine à Baselworld (à suivre ici : En direct de Baselworld 2019 : toutes les nouveautés), est rebaptisée Defy Inventor pour la différencier de l’expérimentale version Lab.
Là, on découvre que, de 15Hz, Zenith a réussi à passer son Inventor à 18Hz, soit 129.600 alt./heure !
Le tout, sans lubrification, sensibilité aux champs magnétiques ni variations de température.

Qui plus est, même à cette fréquence frénétique, la Defy Inventor garantit 50 heures de réserve de marche.
Ainsi se manifeste l’évidence physique à la base du concept : le nouvel échappement de Zenith sait être extrêmement rapide... mais avec une économie d’énergie exemplaire.
Rapide mais pas gourmand. Un graal horloger.

La prouesse est autant technique qu’industrielle.
Ce second volet est presque le plus délicat : la Defy Lab devait passer en production en 2018.

Force est de constater que la manufacture a pris quelques mois de retard mais l’attente valait d’être endurée : la Defy Inventor offre aujourd’hui, en série, des performances chronométriques hors norme, largement supérieures à ce qui était initialement promis.

Mon avis :

Zenith aurait-elle enfin résolu la quadrature du cercle ?
Avoir créé la montre mouvement ultime, là où El Primero n’avait jamais su être autre chose qu’un calibre ?

Battant à l'incroyable fréquence de 18Hz, soit 129.600 alt./heure tout en assurant une réserve de marche de 50 heures minimum, la Zenith Defy Inventor introduite à Baselworld cette semaine se présente sous la forme d'un boîtier en titane brossé de 44mm de diamètre doté d'une lunette en aéronith.

Cela semble être le cas.
Des ruptures technologiques, il y en eut beaucoup en horlogerie.
Bon nombre d’entre elles émanèrent récemment de Guy Sémon, patron de la R&D chez TAG Heuer, puis chez LVMH Horlogerie et donc, par incidence, concepteur de cet échappement Defy de Zenith, marque qui appartient au même groupe.

Cet échappement, qui aurait pu être apporté à la marque TAG Heuer, a été accordé plutôt à Zenith pour redonner un coup de fouet à la marque, la rajeunir et donner à El Primero une descendance digne de son prestige.

C’est chose faite.

Pour que la Defy Inventor devienne une révolution, il faudra toutefois qu’elle se propage, qu’elle soit largement adoptée. Sinon, elle restera une rupture technique - certes majeure, mais l’histoire horlogère regorge déjà de telles ruptures qui dorment dans des cartons depuis un, deux voire trois siècles.

Espérons que l’Inventor ne les rejoindra pas, surtout à ce prix particulièrement ajusté.

Caractéristiques techniques et Prix de vente :
Zenith Defy Inventor
- Boîte en titane brossé - lunette en aéronith
- Dimensions = 44mm x 14,5mm (épaisseur)
- Verre : Saphir bombé traité antireflets des deux côtés
- Fond : Saphir transparent
- Étanchéité = 50m
- Cadran bleu squeletté - Index : Rhodium, facettés et recouverts de Super-LumiNova® SLN C1 - Aiguilles : Rhodium, facettées et recouvertes de Super-LumiNova® SLN C1
- Fonctions = heures, minutes et secondes au centre (avec stop seconde)
- Mouvement mécanique à remontage automatique, Calibre 9100 - 14 ¼''' (Diamètre = 32,80mm) - Épaisseur du mouvement = 8,13mm - 148 composants - 18 rubis - Fréquence = 129.600 alt/h (18Hz) - Réserve de marche = 50h min. - Finitions : Masse oscillante ornée du motif Côtes de Genève
- Bracelet en caoutchouc noir recouvert de cuir d’alligator bleu
- Boucle déployante double en titane
- Prix de vente = 17.600 €