TAG Heuer Autavia Calibre 5 Isograph (Baselworld 2019) : le retour de l'Autavia

Par Olivier Müller, le 20 mars 2019
On s’en réjouit... avec un sourire en coin : TAG Heuer, après avoir tergiversé pendant près de 6 ans, se décide enfin à remettre son Autavia au premier plan. Il était temps, les fans la réclamaient ! Partager cette Actualité

Diaporama = 15 photos en direct de Baselworld 2019

L’Autavia, modèle au prestigieux passé, a subi ces dernières années une arlésienne peu commune et passablement indigne de son rang.

Tout a commencé en 2012 : une cohorte de collectionneurs (emmenée par Jeff Stein du site On The Dash) se rappelle au bon souvenir de TAG Heuer en lui indiquant que l’Autavia fête, cette année-là, ses 50 ans (1962 - 2012).
Branle-bas de combat à la Chaux-de-Fonds : l’occasion marketing est trop belle !
De surcroît, un coup de projecteur sur cette montre de pilote automobile mythique, estampillée TAG Heuer, viendra soutenir la cote des modèles d’occasion et les faire grimper aux enchères - un privilège de seconde main que les marques ne se refusent pas.

Hélas, un problème surgit : l’Autavia n’est plus au catalogue.
TAG Heuer ne la produit plus depuis... 1985 !
Difficile de soutenir l’histoire, la pertinence et la vigueur d’un modèle que l’on a soi-même relégué aux oubliettes depuis près de 30 ans...

L'équilibre 'vintage + moderne est un classique de l’horlogerie contemporaine et une recette à succès combinant le meilleur des deux mondes. L’Autavia Calibre 5 Isograph réussit brillamment cette synthèse - même si le plus intéressant est invisible.

Heureusement, Jean-Claude Biver prend au même moment ses marques chez TAG Heuer.
Son instinct le guide, avec l’efficacité qu’on lui connaît.
Il prend la balle au bond, convoque le premier Collectors Summit à La Chaux-de-Fonds, rassemblant le gratin des collectionneurs TAG Heuer (et surtout Heuer), les remercie et fait venir Jack Heuer en personne.

Dans la foulée, il interroge les réseaux sociaux pour qu’ils élisent eux-mêmes le modèle d’Autavia qu’ils aimeraient voir rééditer.
Carton plein : coup de communication, méthode participative, innovante, coup de projecteur sur l’Autavia et production d’un chronographe en série limitée, sold out en quelques semaines - à (re)découvrir ici : TAG Heuer Autavia 2017 : renaissance d'un chronographe de légende.

L’année suivante, il enfonce le clou avec Jack Heuer : pour ses 85ans, TAG Heuer lui dédie une montre anniversaire. Une Autavia, naturellement.
Les fans sont rassurés : the Autavia is back. Sauf que...

Sauf que les orientations stratégiques de TAG Heuer changent entre temps.
Cap sur la montre 2.0, la TAG Heuer Connected fait son entrée fracassante et occupe l’essentiel des années 2016 et 2017.

Le pilier "Heritage", qui comporte l’Autavia, passe sensiblement au second plan, malgré l’ajout de deux très belles références avec le calibre manufacture Heuer 02, complétées d’une série limitée.

Ce qu’annonce aujourd’hui TAG Heuer à l'occasion de Baselworld 2019 est un troisième modèle en collection : l’Autavia Calibre 5 Isograph.

Quoi de neuf sous le cadran ?

L’adjectif rétro-contemporain est aussi présent dans le discours horloger qu’il est dénué de sens.
Pourtant, force est de constater que ce barbarisme pourrait s’adapter à cette nouvelle Autavia.

Conçu par TAG Heuer, l'isograph offre les mêmes avantages que le silicium (insensibilité aux champs magnétiques et aux variations de température) mais s’avère bien plus léger. Il offre donc une prise bien inférieure à la gravité et, de facto, une meilleure précision à la montre.

Du registre rétro, elle emprunte les chiffres arabes, les larges aiguilles, le bracelet en veau naturel, la boucle ardillon.
Du registre contemporain, elle adopte le logo TAG Heuer (les modèles actuels de l’Autavia restaient fidèles à Heuer), une lunette en céramique, un diamètre moderne de 42mm pour un boîtier étanche à 100 mètres.
Cet équilibre vintage + moderne est un classique de l’horlogerie contemporaine et une recette à succès combinant le meilleur des deux mondes.

L’Autavia Calibre 5 Isograph réussit brillamment cette synthèse.
Pourtant, le plus intéressant est invisible.

Isograph : c’est le nom du tout nouveau spiral développé par TAG Heuer.
C’est lui, organe battant de la nouvelle Autavia, qui en fait tout le sel.
L’Isograph a été dévoilé en janvier sur une collection de Carrera. Il est aujourd’hui transposé à cette nouvelle Autavia.

Conçu par TAG Heuer, il offre les mêmes avantages que le silicium (insensibilité aux champs magnétiques et aux variations de température) mais s’avère bien plus léger.
Il offre donc une prise bien inférieure à la gravité et, de facto, une meilleure précision à la montre.

Son dernier avantage est loin d’être négligeable : il s’offre quasiment sans surcoût, la nouvelle Autavia Calibre 5 Isograph étant même moins onéreuse que le modèle Calibre 02 actuellement en collection (3.250 € contre 4.750 €, sachant que l'Autavia Calibre 02 est un chronographe).

L'Autavia Calibre 5 Isograph se décline également en plusieurs variations : d’entrée de jeu, elle est proposée avec cadran fumé bleu mais aussi gris et beige, avec deux bracelets en veau aux tons adaptés mais aussi un bracelet acier.

Cette nouvelle TAG Heuer est davantage tournée vers la modernité que le passé (42mm, logo, marquage Isograph, cadrans de couleur qui n’existaient pas à l’époque) mais l’objectif est bien d’inscrire la pièce dans le nouveau millénaire. Pas d’en faire une montre de musée. Pari tenu avec cohérence à un prix défiant toute concurrence.

Mon avis :

La force d’un patrimoine hors norme avec la puissance d’une R&D industrialisée : voilà, aujourd’hui, la meilleure définition de TAG Heuer.
Cette nouvelle Autavia incarne mieux qu’aucune autre ce positionnement.

Les esprits mélancoliques regretteront l’horloger aux tempes grises qui assemble seul ses garde-temps à l’abri des montagnes enneigées sur son établi en bois.
Mais, à ce compte aussi bucolique qu’utopique, TAG Heuer n’aurait jamais pu dévoiler une Autavia aussi perfectionnée à et à ce prix.

La pièce est davantage tournée vers la modernité que le passé (42mm, logo, marquage Isograph, cadrans de couleur qui n’existaient pas à l’époque) mais l’objectif est bien d’inscrire la pièce dans le nouveau millénaire. Pas d’en faire une montre de musée.
Pari tenu avec cohérence et efficacité à un prix défiant toute concurrence.

On peut toutefois regretter le fond acier et non saphir, lequel aurait permis de voir le fameux spiral Isograph, et une réserve de marche qui plafonne à 38h - une autonomie en deçà des standards actuels qui s'établissent plutôt autour des 72h.

Espérons, cette fois, que l’Autavia continue à se développer dans cette vertueuse direction...

La suite des nouveautés TAG Heuer très bientôt sur The Watch Observer.
Alors stay tuned!

Caractéristiques techniques et Prix de vente :
TAG Heuer Autavia Calibre 5 Isograph
- Réf.: WBE5112.FC8266
- Boîtier et attaches en acier inoxydable de 42mm de diamètre
- Lunette tournante bidirectionnelle en céramique
- Glace saphir avec traitement antireflets
- Etanchéité = 100m
- Cadran fumé, index et aiguilles rhodiés à revêtement Super-LumiNova
- Mouvement : Calibre 5 automatique avec nouveau spiral Isograph intégré, certifié chronomètre - diamètre = 26mm - 25 rubis - fréquence = 28.000 alt/h (4Hz) - réserve de marche = 38h
- Affichage : date, heures, minutes et secondes
- Bracelet en cuir de veau marron à boucle ardillon en acier inoxydable
- Prix de vente = 3.250 €
- Disponibilité = juin 2019