SIHH & Baselworld : des dates harmonisées dès 2020 - EXCLUSIF

Par Pierre Gisclard, le 18 décembre 2018
A quelques semaines de l'ouverture du SIHH 2019, les organisateurs du SIHH et de Baselworld annoncent l'harmonisation de leurs dates à partir de 2020 et ce jusqu'en 2024. De quoi stopper l'hémorragie? Partager cette Actualité

Diaporama = 5 photos officielles de quelques-unes des nouveautés SIHH 2019

A quelques courtes semaines de l'ouverture des portes du Salon International de la Haute Horlogerie de Genève - un événement à suivre dès maintenant ici : SIHH 2019 : quelles sont les nouveautés ? -, la FHH ainsi que le comité d'organisation de Baselworld annoncent contre toute attente une harmonisation de leurs calendriers...

Petit retour en arrière.

La vie de l'industrie horlogère est jusqu'à un passé très récent rythmée par deux grand-messes qui réunissent les principaux acteurs du secteur.

D'un côté, le SIHH qui se tient en janvier chaque année et qui rassemble principalement les marques du Groupe Richemont (IWC, Cartier, Jaeger-LeCoultre, Panerai...) ainsi qu'un nombre croissant de maisons haut de gamme indépendantes (MB&F, Laurent Ferrier, Urwerk...) au sein du Carré des Horlogers.

De l'autre Baselworld, qui se déroule dans la deuxième quinzaine de mars et qui regroupe "le reste" du secteur : Rolex (explorez les collections et prix 2018 des montres Rolex), Patek Philippe, Seiko et Grand Seiko, Chanel, Oris, TAG Heuer... et jusqu'à un passé très récent les marques du Swatch Group (Omega, Breguet, Blancpain, Hamilton, Mido, Tissot...).

Seulement voilà : les coûts pharaoniques engendrés par ces deux événements majeurs, leur inadéquation avec les attentes des marques et des visiteurs ou encore leur inadaptation à notre époque du tout connecté ont engendré quelques coups de tonnerre ces derniers mois.

Ainsi, Nick Hayek annonçait en juillet dernier le retrait du Swatch Group de Baselworld dès 2019 - soit la disparition soudaine de la bagatelle de 18 marques incontournables du secteur.
Quelques semaines plus tard, ce sont les maisons Richard Mille et Audemars Piguet qui annonçaient que le SIHH 2019 était la dernière édition à laquelle ils participeraient.
Ajoutés à l'absence de Van Cleef & Arpels dès cette année, ce sont donc trois majors de l'industrie qui abandonnent le salon de Genève.

Ces annonces récentes ont bien entendu conduit toutes les marques exposantes à s'interroger sur la rentabilité réelle de tels événements et d'envisager des solutions alternatives - avant d'annoncer leur prochain potentiel départ.

Conscientes des risques majeurs planant sur leur futur, le SIHH et Baselworld annoncent ainsi harmoniser leurs calendriers à partir de 2020 et ce jusqu'en 2024.
Ainsi, en 2020, le SIHH se tiendra du 26 au 29 avril à Genève et sera suivi immédiatement par Baselworld du 30 avril au 5 mai à Bâle.

Notre avis :

S'il convient sans aucun doute de saluer ce rapprochement entre les deux salons qui témoigne d'une ouverture au dialogue, l'enchainement des deux événements laisse de nombreuses questions en suspens.

Certes les distributeurs et journalistes étrangers apprécieront de ne devoir effectuer qu'un seul et même voyage pour voir l'ensemble des marques du secteur - enfin celles qui seront encore là en 2020.

Mais cela ne résout en rien la problématique des coûts prohibitifs pour les marques générés par ces événements et ne répond pas à la question cruciale du ROI.
Pas plus qu'il ne répond à cette inadaptation pointée du doigt par certaines maisons exposantes.

Côté médias, qui représentent une part essentielle de ces salons en les faisant rayonner au travers de leurs publications, il faudra se préparer physiquement à un marathon pour ne pas dire à un véritable ultra trail pour pouvoir enchaîner les 2 événements.

Cela risque enfin de poser quelques problèmes aux quelques (rares, il est vrai) marques qui participent aux deux événements (c'est par exemple le cas de MB&F), les contraignant à choisir entre le SIHH et Baselworld.

Attendons la suite des annonces, la pérennité de l'avenir de ces salons ne pouvant se contenter d'une harmonisation de calendriers...

Une affaire à suivre sur The Watch Observer.
Alors stay tuned!