Rolex Daytona : il n’y a pas que l’acier dans la vie !

Par Pierre Gisclard, le 14 février 2020
Le succès de la Rolex Daytona acier est tel que certains en oublient ou ignorent l’existence d’autres références du célèbre chronographe qui sont tout autant si ce n’est plus désirables. Exemples. Partager cette Actualité

Diaporama = 14 photos presse

Alors que Rolex vient de réajuster ses prix - à découvrir ici : Rolex - prix au 01/02/2020 -, les listes d’attente pour certaines références du catalogue de la maison genevoise ne désemplissent pas.
Parmi les pièces les plus recherchées figure, en pole position, l’iconique Rolex Daytona acier lunette Cerachrom.

Depuis bien longtemps mais encore plus depuis 2016 et le lancement de la référence 116500LN, la guerre fait rage autour de la Rolex Daytona acier (ci-dessus) entre amateurs et ‘traders’. Il convient pourtant de ne pas oublier que l’iconique chronographe se décline également en des versions or dont certaines méritent toute votre attention.

Mais comme chez Audemars Piguet (avec sa Royal Oak) et Patek Philippe (avec sa Nautilus), il existe deux typologies de clients qui pourchassent sans relâche le Cosmograph Daytona.

Vous avez d’un côté les traders : ceux qui cherchent à en acquérir un (ou idéalement plusieurs) pour les revendre instantanément en effectuant une juteuse plus-value.
Ceux-là ne porteront jamais la pièce acquise pour en tirer le meilleur profit possible.

Et vous avez, de l’autre côté, les vrais amateurs qui souhaitent s’offrir l’iconique chronographe de Rolex.
Et qui sont parfois prêts à payer deux fois le prix public (12.400 € depuis le 1er février 2020) en s’adressant à ces fameux traders pour s’épargner une attente difficile à mesurer.

C’est à ces véritables amateurs que je m’adresse ici : Rolex propose aussi des versions or de son Daytona dont certaines sont parfaitement irrésistibles.
Voire même, c’est mon avis, nettement plus désirables que les deux versions acier actuelles - qui sont au demeurant très belles !

J’en ai regroupé quelques visuels dans mon diaporama mais voici deux références qui me font littéralement craquer et qui, quitte à dépenser quelque 25.000 €, méritent votre plus grande attention.

Les plus belles versions or mais également les plus abordables et sans doute aussi les plus faciles à porter sont les nouveaux Daytona proposés par Rolex sur bracelet Oysterflex.

Il y a peu de temps, je vous en ai présenté une version que j’ai eu le bonheur de tester : Test Rolex Daytona or gris 116519LN Oysterflex.
Très proche dans l’esprit de certains Dayto vintage cadran Panda, cette référence y ajoute un confort de porter excellent grâce à un poids réduit que l’on doit à son bracelet Oysterflex, nettement plus léger qu’une version sur bracelet or.

Si la Rolex Daytona 116509-0071, avec sa boîte et son bracelet or gris, n’est pas (encore ?) équipée d’une lunette Cerachrom, elle se caractérise en revanche par un cadran bleu soleillé et des sous-compteurs dont l’anneau central est du même rouge que le marquage Daytona - des choix qui lui confèrent pour le coup un look très contemporain et ultra sympa.

J’ai néanmoins un (gros) faible pour les déclinaisons or jaune.
Est-ce mon âge avancé qui m’y pousse ou la dimension vintage que j’associe au précieux métal ?
Probablement un mélange des deux.

Quoiqu’il en soit, l’offre de Rolex en la matière ne manque pas d’attrait. Loin s’en faut.

Il est en particulier une référence qui figure tout en haut de ma wish list - mais loin devant : la Rolex Daytona réf. 116518LN-0047 (photo de Une).

Elle arbore bien entendu un boîtier en or jaune et s’habille d’un bracelet Oysterflex dont la tonalité et le rendu visuel mat tranchent superbement avec la finition polie de la boîte et de sa magnifique lunette céramique noire.

Mais surtout, cette référence affiche un cadran unique au catalogue Rolex actuel.

D’un noir profond ponctué de trois compteurs dorés rythmé d’aiguilles noires, c’est à ma connaissance (qui n’est pas encyclopédique) la seule Rolex Daytona dont le cadran arbore en périphérie une échelle des secondes de couleur rouge à laquelle répond une trotteuse de chronographe de la même teinte, cette dernière étant empruntée au marquage Daytona qui surplombe le compteur de petite seconde à 6h.

Cette teinte rouge n’est bien entendu pas sans évoquer celle des Daytona Paul Newman 6241, faisant à mon avis de cette Rolex Daytona réf. 116518LN-0047 la référence contemporaine la plus vintage du catalogue Rolex actuel.
Bref, une pièce qui me fait littéralement craquer.

Son prix ? Ici : Rolex Daytona 116518LN-0047 Prix.

Je suis personnellement moins fan de l’or rose en général - sans doute me faut-il encore vieillir un peu… ou pas !

Parmi les références récemment apparues au catalogue Rolex, il en est une que je trouve proprement irrésistible : la 116518LN-0047. Parée d’un boîtier or jaune coiffée d’une lunette Cerachrom en céramique noire et habillée d’un bracelet Oysterflex, elle affiche un cadran qui en fait à mon avis le modèle contemporain le plus vintage du catalogue Rolex actuel.

Il existe en revanche, du côté de l’or gris, un Dayto somptueux - enfin un plus que les autres : il s’agit de la référence 116509-0071.

Avec sa boîte et son bracelet or gris, ce chrono Rolex n’est pas (encore ?) équipé d’une lunette Cerachrom en céramique.
Il se caractérise en revanche par un cadran bleu soleillé et des sous-compteurs dont l’anneau central est du même rouge que le marquage Daytona, la discrète graduation logée derrière chaque index des heures adoptant cette même teinte.

Pour le coup très contemporain, il diffère radicalement des autres Cosmograph Daytona du catalogue dans la mesure où c’est la seule référence arborant cette couleur bleue.
Son prix ? Ici : Rolex Daytona 116509-0071 Prix.

Si vous êtes plus or jaune et cadran vert, Rolex en propose une telle déclinaison mais qui s’avère au quotidien sans doute plus difficile à assumer - mais qui ne manque cependant pas de charme !

Ces deux exemples, que j’ai agrémenté dans mon diaporama d’autres références séduisantes, vous montrent qu’il y a une vie Rolex en dehors de l’acier et que pour le prix d’un Cosmograph Daytona sur le marché gris, vous pouvez vous faire vraiment plaisir.
D’autant que les versions or sont a priori plus simples / moins compliquées à trouver.

La suite des éventuels coups de cœur Rolex très bientôt, à Baselworld 2020.
Alors stay tuned!