Montres d'occasion : retour au calme ?

Par Pierre Gisclard, le 29 septembre 2016
La vente de montres de collection organisée par Artcurial le 18 juillet 2016 proposait aux enchères quelques jolies pièces dont certaines n'ont pourtant pas trouvé preneur. Retour sur cette vente. Partager cette Actualité

Diaporama = 17 photos - Crédit : Artcurial

Le 14 mai dernier, une vente organisée par la maison Phillips avait permis d'assister à une flambée record des prix sur quelques références de Rolex d'occasion ou vintage - profitez-en pour explorer les collections actuelles et les prix Rolex.
Les observateurs avaient ainsi vu une Rolex Antimagnétique datée de 1942 adjugée 2.405.000 CHF (environ 2.200.000 €) ou encore un Daytona Paul Newman Oyster Sotto 6263 de 1969 atteindre 1.985.000 CHT (environ 1.800.000 €) - pour ne citer que ces deux pièces - découvrez-en au passage la toute dernière version ici : Rolex Daytona 2016 - revue complète.

A l'inverse, la vente qui s'est tenue à Monaco le 18 juillet dernier a montré, contre toute attente, une certaine sagesse.

Parmi les pièces qui n’ont pas trouvé preneur au cours de cette vente Artcurial du 18 juillet 2016, les collectionneurs auront bien entendu remarqué cette sublime Vacheron Constantin réf. 4111 datée de 1940 dont le design et l’élégance ne sont pas sans rappeler la ligne Harmony dévoilée à l’occasion des 260 ans de la manufacture genevoise.

Ce n'est pourtant pas l'offre de ces enchères, organisées par Artcurial, qui manquait d'intérêt.
Bien au contraire !
Sur les quelques 400 lots proposés, cette vente prestigieuse recelait au contraire de bien jolies pièces, toutes marques confondues - Vacheron Constantin, Cartier, Breguet, Breitling, Omega, Audemars Piguet...

Malgré cela, seuls 62% des lots ont trouvé preneur, les stars de cette vente étant restées sur le banc de touche.
A commencer par cette Rolex Pre-Daytona réf. 6238 (datée de 1968) qui n'est autre que le chronographe porté par l'acteur George Lazenby jouant James Bond dans l'opus Au service Secret de sa Majesté - un modèle dont la légende raconte qu'il a été modifié à la demande des producteurs du film afin d'y mettre une aiguille de chronographe rouge.

A noter que le prix d'estimation de cette pièce unique n'était disponible que sur demande...

Autre pièce qui n'a pas trouvé preneur malgré tout l'intérêt qu'elle présentait : une Vacheron Constantin réf. 4111 datée de 1940 - un sublime chronographe au boîtier coussin qui n'est pas sans rappeler, au passage, l'élégance et la personnalité de la ligne Harmony dévoilée au SIHH 2015 à l'occasion des 260 ans de la manufacture genevoise.
Estimation : entre 80 et 120.000 €.

Si ces deux pièces d'exception réapparaîtront peut-être lors d'une prochaine vente faute d'avoir trouvé preneur, d'autres se sont bien entendu vendues sans pour autant exploser le plafond des estimations réalisées par les équipes Artcurial.

Parmi les nombreuses Heuer présentes, le modèle Maréographe ref. 2446C/145129 (vers 1960), un chrono avec indication des marées, a su créer la surprise en étant adjugé 17.550 € pour une estimation située entre 4 et 6.000 € - une nouvelle qui a dû faire plaisir à Jean-Claude Biver et ses équipes en charge du patrimoine TAG Heuer !

C'est par exemple le cas de la Rolex Daytona "Eagle Al Makhtoum" ref. 6263/6265 (vers 1973), une commande spéciale des Emirats Arabes Unies dont le cadran est orné d'un émail polychrome à 12h figurant le "Faucon d'Or" et de la signature à 6h de Mohammed Rashid Al Makhtoum.
Estimation : entre 120 et 180.000 € / Adjugée : 186.520 € (frais inclus - comme pour tous les prix indiqués dans cet article).

C'est également le cas de la montre Patek Philippe Ref. 5970G (vers 2007) estimée entre 80  et 120.000 € et adjugée 102.200 €.

Les collectionneurs ont également pu voir une Panerai PAM00021 en platine de 1997, motorisée par un mouvement Rolex, partir à  96.000 € (vs une estimation située entre 80 et 120.000 €).

La Maison Heuer était aussi représentée de manière très respectable lors de cette vente Artcurial au travers notamment de plusieurs références d'Autavia vintage - un modèle dont TAG Heuer vient d'ailleurs tout juste de dévoiler en exclusivité la prochaine version qui sera présentée au public à Baselworld 2017 - à découvrir ici : TAG Heuer Autavia 2017 - prix et photos exclusives.

Si la cote demeure encore accessible - vous pouvez trouver une séduisante Autavia des années 70 pour environ 4.000 € -, le modèle Heuer Maréographe ref. 2446C/145129 (vers 1960), un chrono avec indication des marées, a su créer la surprise en étant adjugé 17.550 € pour une estimation située entre 4 et 6.000 €.
Pour en savoir plus sur la nouvelle politique de TAG Heuer à l'égard de son patrimoine, rendez-vous ici : Des chronographes Heuer vintage au service d'une nouvelle stratégie.

Changement de marque avec Zenith dont un très beau chronographe El Primero daté de 1969 au cadran chocolat est parti pour une somme qui pourrait vous faire regretter de n'avoir pas participé à cette vente : 4.160 € (pour une estimation comprise entre 3 et 5.000 €).
Une occasion d'autant plus intéressante que la marque n'a de cesse de décliner son El Primero dans des versions qui laissent parfois plus que dubitatif...

L'offre de ces enchères, organisées par Artcurial, ne manquait assurément pas d'intérêt avec, sur les quelques 400 lots proposés, de bien jolies pièces, toutes marques confondues - à l’instar de cette Rolex GMT Master lunette bakélite réf 6542 datée de 1958.

Concluons ce petit tour d'horizon - dont vous trouverez l'ensemble des résultats sur le site de la Maison Artcurial - par trois autres montres Rolex.

Une très belle Turn-O-Graph "Honey comb white dial" ref. 6202 (vers 1953) qui doit son surnom, vous l'aurez compris, à son original cadran blanc orné d'un motif "nid d'abeille" -
Estimation : entre 25 et 35.000 € - Adjugée : 31.200 €.

Une sublime Rolex GMT Master "bakelite bezel 08.08.58", ref. 6542 de 1958 qui constitue, pour beaucoup de collectionneurs, l'une des plus belles GMT Master produite par la marque à la couronne au cours de son histoire.
Estimation : entre 30 et 50.000 € / Adjugé : 54.600 €.

Enfin, les amateurs de vintage auront remarqué ce magnifique chronographe Rolex Pre-Daytona ref. 6238 (vers 1965) tout d'or jaune 14 carats vêtu - un modèle réservé au marché américain.
Estimation : entre 80  et 120.000 € / Adjugée : 102.200 €.

Nul doute que la Maison Artcurial a une nouvelle fois fait preuve d'un grand professionnalisme en établissant ses estimations - sa compétence en la matière n'est plus à démontrer.
Reste malgré tout une question en suspens : après quelques mois voire quelques années de folie, le marché du vintage serait-il en train de se calmer ?
Affaire à suivre !