Lange & Söhne Richard Lange Seconde Sautante : une montre d'observation revisitée

Par Pierre Gisclard, le 9 mars 2016
A l'occasion du SIHH 2016, A. Lange & Söhne a présenté une nouvelle Richard Lange Seconde Sautante, une montre d'observation qui allie la quête d'une précision optimale à une plus grande lisibilité. Partager cette Actualité

Diaporama = 4 photos
+ pensez à suivre dès maintenant l'actualité Baselworld 2016

Après vous avoir fait découvrir, dans le registre montre classique et épurée, la très belle Saxonia Phase de Lune, nous vous proposons de revenir à une pièce sans doute plus typique des productions Lange & Söhne : la Richard Lange Seconde Sautante, autre nouveauté SIHH 2016.

Cette nouvelle interprétation des montres d'observation scientifiques, une collection née en 2006, allie la quête d'une précision optimale à celle d'une lisibilité accrue.

Esthétiquement, cette pièce se présente dans un boîtier platine de 39,9mm de diamètre qui abrite un cadran à l'affichage de type régulateur.
De couleur rhodiée, il est doté d’un omniprésent cadran auxiliaire des secondes dans sa partie haute qui surplombe deux cadrans auxiliaires plus réduits dédiés aux heures (à 8h) et aux minutes (à 4h).

Avec cette Richard Lange Seconde Sautante, Lange & Söhne perpétue la tradition des montres d'observation scientifiques en la modernisant avec de nouvelles innovations qui allient ici quête d'une précision optimale à une lisibilité accrue.

A défaut d'afficher un indicateur de réserve de marche, une complication classique sur les montres produites par la manufacture saxonne, une petite zone triangulaire située à l'intersection des deux cadrans auxiliaires passe au rouge pour vous informer que votre Richard Lange Seconde Sautante ne dispose plus que de 10h d'autonomie - et qu'il est donc temps de penser à la remonter.
Une petite délicatesse aussi pratique que discrète.

Mais au-delà de son esthétique sobre, c'est sa mécanique qui saura séduire les amateurs de belle horlogerie.

Son calibre, portant référence L094.1, associe en effet deux mécanismes qui se complètent.
Un échappement à force constante à secondes, qui assure une grande précision à la Richard Lange Seconde Sautante, allié à un mécanisme de saut facilitant l'affichage précis de l'heure en déplaçant la grande seconde exactement 60 fois par minute - à la manière, diront les mauvaises langues, d'une montre à quartz.

La seconde sautante, également appelée seconde morte, compte pourtant au nombre des complications classiques de l'horlogerie de précision.
Cette complication fait d'ailleurs un retour remarqué depuis quelques années - voir notamment notre test de la Grande Seconde Morte Jaquet Droz.

Les montres de poches qui en étaient pourvues servaient autrefois à déterminer le temps sidéral comme le temps solaire, ou encore à mesurer les distances géographiques.
A l'heure des chronographes et autres Smartphones, elle ne sert plus qu'à emplir de joie et de contemplation les amateurs de mécanique horlogère - et c'est déjà beaucoup !

Concrètement, le calibre L094.1 qui anime la Richard Lange Seconde Sautante se distingue par sa technique : une disposition bien pensée, qui, malgré une transmission constante de l'énergie et un mécanisme de seconde sautante répartis sur 2 trains de rouage, parvient à faire fonctionner de concert les 2 complications qu'il abrite.

Le 1er train de rouage actionne le barillet et le balancier et transmet régulièrement l'énergie à la partie réglante à intervalles d'une seconde par le biais d'un échappement à force constante.

Son calibre, portant référence L094.1, associe deux mécanismes qui se complètent : un échappement à force constante à secondes, qui assure une grande précision à la Richard Lange Seconde Sautante, et un mécanisme de saut facilitant l'affichage précis de l'heure en déplaçant la grande seconde exactement 60 fois par minute

Ce mécanisme, visible à travers une ouverture pratiquée dans le pont de rouage, remplit 2 fonctions : il permet de compenser aussi bien l'énergie faiblissante du barillet que les éventuelles fluctuations du couple du mécanisme de seconde sautante.
Cette disposition délivre une amplitude constante pendant toute la durée de marche de la montre, d'un maximum de 42h.

Couplé à un balancier à masselottes d'équilibrage excentrées et à un spiral de balancier fabriqué en interne et oscillant librement, il garantit tout simplement une régularité de marche parfaite à la montre.

Sur le 2ème train de rouage, le barillet entraîne le mécanisme de saut.
Son rôle est précisément de convertir la fréquence d'oscillation du balancier de 6 alternances par seconde en un seul déplacement de l'aiguille des secondes.

Cette séquence commande une étoile à 5 dents fixée sur la roue d'échappement.
Placée de façon bien visible sous un verre saphir transparent, elle effectue avec la roue d'échappement une rotation complète autour de son axe toutes les 5 secondes.
Chaque seconde, une dent de l'étoile libère une pièce que l'on appelle le fouet. Ce levier allongé, entraîné par le barillet, exécute une rotation soudaine à 360° avant d'être bloqué par la dent suivante de l'étoile.
Cette rotation entraîne le train d'engrenage relié à l'axe des secondes, qui lui-même déplace l'aiguille des secondes jusqu'à l'index suivant.

L'impulsion de la seconde sautante est par ailleurs utilisée pour réarmer le ressort-moteur de l'échappement à force constante.

Enfin, les maniaques de la précision horaire s'en réjouiront, la Richard Lange Seconde Sautante est équipée d'un mécanisme ZERO-RESET : il permet de synchroniser l'heure d'un geste rapide en tirant tout simplement sur la couronne de remontoir - un geste qui remet automatiquement à zéro l'aiguille des secondes.

Avec cette Richard Lange Seconde Sautante, Lange & Söhne perpétue la tradition des montres d'observation scientifiques en la modernisant avec de nouvelles innovations.

Caractéristiques techniques et Prix de vente :
A. Lange & Söhne Richard Lange Seconde Sautante
- Réf. 252.025 / Série limitée à 100 exemplaires
- Boîtier en platine de 39,9mm (Ø) x 10,60mm (épaisseur)
- Glace et fond en verre saphir
- Cadran en argent massif rhodié
- Aiguilles des heures et minutes en or rhodié / aiguille des secondes en acier bleui
- Fonctions = heures, minutes, seconde sautante avec arrêt secondes et fonction ZERO-RESET, rappel de remontage
- Calibre L094.1 de manufacture Lange : remontage manuel - 390 composants - 50 coussinets rubis - 8 chatons en or vissés - échappement à ancre - 21.600 a/h - 42h de réserve de marche
- Bracelet en peau d'alligator cousu main noir
- Boucle ardillon en platine
- Prix de vente = 78.000 €