Jaeger-LeCoultre, véritable manufacture de montres suisses

Par The Watch Observer, le 2 juillet 2013
Jaeger-LeCoultre fête cette année ses 180 ans et communique volontiers à cette occasion sur les 180 métiers qu'elle maîtrise. Nous sommes allés voir cela de plus prêt. Visite privée (photos et vidéo). Partager cette Actualité

Diaporama = 9 photos + 1 vidéo (en fin d'article)
+ Découvrir les collections et les prix Jaeger-LeCoultre

La Manufacture Jaeger-LeCoultre, qui célèbre en 2013 son 180ième anniversaire, profite de cette occasion pour communiquer sur les 180 métiers qu'elle maîtrise - et exerce au sein de ses locaux sis dans la Vallée de Joux.
Et parce qu'aujourd'hui le terme manufacture est utilisé dans l'horlogerie à tort et à travers, nous sommes allés voir sur place ce qu'il en était pour la Grande Maison.

A l'origine de tout nouveau modèle de montre Jaeger-LeCoultre se trouve bien entendu le designer qui va imaginer un nouveau concept ou une nouvelle fonction.
Le constructeur va ensuite travailler à l'élaboration d'un mouvement capable de se loger au sein du boîtier imaginé par le premier - sachant que la façon de fabriquer la future montre et les matières dans lesquelles elle sera réalisée sont définies à ce stade. Et en parfaite connaissance des contraintes inhérentes à chacune des étapes à suivre.

Située au coeur de la Vallée de Joux, la manufacture Jaeger-LeCoultre, du haut de ses 180 ans, maîtrise 180 métiers exercés sur place.

Si vous avez un jour la chance d'effectuer une visite guidée des ateliers Jaeger-LeCoultre, vous découvrirez de nombreux métiers qui, chacun à leur niveau, des plus artisanaux à ceux qui font appel aux technologies les plus récentes, interviennent dans le process de création de tout nouveau modèle de montre - découvrir en images les nouveautés dévoilées par Jaeger-LeCoultre au SIHH 2013.
Chaque phase requiert savoir-faire, précision et dextérité - et un contrôle permanent des pièces réalisées à chaque niveau.

Parmi les métiers souvent peu connus du grand public, citons pour commencer le service des étampes.
A partir des dessins réalisés en amont, une équipe créé les outils qui serviront à la fabrication des montres - une étape qui permet à Jaeger-LeCoultre de préserver la qualité de fabrication de ses pièces. Et à l'occasion d'assurer la restauration d'anciens modèles en fabriquant les pièces qui pourraient ne plus être disponibles. Sachant que chaque mouvement nécessite entre 60 et 100 nouvelles étampes !

Vous pouvez ensuite assister à la phase du découpage, les étampes conçues en interne découpant, perçant, rectifiant, ébavurant et anglant dans des rubans de matériaux divers des pièces telles que les ancres, les rondelles, les roues ou autres ressorts.
Un véritable travail de fourmi...

Les différentes étapes de la fabrication de la cage du Gyrotourbillon : de la matière brute (un tube d'aluminium) au produit fini.

C'est ensuite la phase de décolletage : les pièces sont usinées à partir de barres de diverses matières sur des tours automatiques.
On y réalise des pièces de très petite taille telles que les tiges d'ancre ou les dards d'ancre.

Y succède le taillage, une opération qui permet, à l'aide d'une fraise, de profiler dents, roues, axes du balanciers et pignons afin d'obtenir le profil souhaité en ôtant la matière superflue - un travail qui s'effectue les yeux rivés au binoculaire...

Avant de vous embarquer au Master Class Jaeger-LeCoultre, un cours passionnant qui vous initie aux rudiments du métier d'horloger (démontage et remontage du calibre 986 qui équipe la Reverso Duoface ou encore la Grande Reverso Duo), notre série photos ainsi que le film que nous avons réalisé illustrent en quelques images un petit échantillon de ces métiers de l'ombre que maîtrise la Grande Maison - qui s'est en effet déjà ému devant la qualité de réalisation d'un dard d'ancre ?

Des métiers qui donnent pourtant tout leur sens au terme manufacture et qui permettent incontestablement de classer Jaeger-LeCoultre parmi les manufactures suisses de haute horlogerie.

Découvrir la vidéo :