F.P. Journe Tourbillon Souverain Vertical (nouveauté SIHH 2019) - avis, prix, photos

Par Olivier Müller, le 18 janvier 2019
Inutile de vouloir le réserver, il n’y en aura probablement plus à la lecture de ces quelques lignes. F.P. Journe signe un nouveau tourbillon de très haut vol que ses collectionneurs s’arrachent déjà. Partager cette Actualité

Diaporama = 8 photos presse

Note aux lecteurs :
> Faute de temps, nous n'avons pu vous proposer de photos Live de cette très belle pièce
> Pensez cependant à nous suivre sur notre compte Instagram pour des photos Live du SIHH 2019

Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme.
Ce qui est vrai en physique l’est aussi en horlogerie.
Avec son Tourbillon Souverain Vertical introduit cette semaine lors du SIHH - à suivre ici : SIHH 2019 : nouveautés, prix et photos en direct, F.P. Journe apporte sa pierre à un édifice horloger dont les fondations ont été posées au XVIe siècle.

L’idée maitresse n’apparaît pourtant pas dans le patronyme officiel de la pièce, Tourbillon Souverain Vertical puisqu'il s’agit de son remontoir d’égalité.

De quoi parlons-nous ?
En substance, d’un procédé de force constante.
Le plus connu d’entre eux n’est pas le remontoir d’égalité mais la chaîne-fusée, que l’on retrouve notamment chez Ferdinand Berthoud, Zenith ou Romain Gauthier.

L’idée est la même ici : faire en sorte que la quantité d’énergie qui parvient à l’organe réglant, appelée couple, soit constante.
Il s’agit d’un élément indépendant que l’on intercale en amont du balancier et qui va lisser l’énergie qui lui est délivrée.

L’histoire du remontoir d’égalité n’est pas commune et mérite une brève explication.

2019 marque les 20 ans du Tourbillon Souverain de F.P. Journe. Cette version SIHH présente un tourbillon dont la cage, traditionnellement horizontale, est ici verticale. Objectif ? Que le fonctionnement du tourbillon soit constant et offre la même amplitude posé sur la tranche ou posé à plat.

L’idée d’assurer un débit plus constant à l’échappement remonte au XVIe siècle car, à cette époque, les horloges ne comportaient qu’une seule aiguille faisant un tour en 12h : sa précision était d’or !

Plus tard, Huygens invente le ressort spiral et le pendule.
La précision augmente considérablement et l’aiguille des minutes fait son apparition.
Sa précision est jugée suffisante et le remontoir d’égalité retombe donc aux oubliettes.

Il refait ensuite surface au XVIIIe siècle où ce sont les débuts de l’astronomie qui requièrent de nouveau une grande précision.
Les exigences de calcul de la latitude expriment le même besoin : le remontoir d’égalité revient en grâce... avant d’être de nouveau abandonné au XXe siècle, jugé trop complexe et inutile face aux considérables progrès modernes en matière d’isochronisme.

F.P. Journe l’a pourtant travaillé dès ses débuts.
En 1991, il crée son premier tourbillon en montre-bracelet dont les quelques exemplaires seront vendus à une poignée de collectionneurs.
En 1999, il lance le premier Tourbillon Souverain avec remontoir d’égalité en montre-bracelet.
Vendu par souscription, les collectionneurs se battent pour accéder à la courte liste des 20 pièces annoncées.

2019 marque donc les 20 ans de cette pièce emblématique.
Elle présente un tourbillon dont la cage, traditionnellement horizontale, est ici verticale.

Objectif : que le fonctionnement du tourbillon soit constant et offre la même amplitude avec une boucle déployante, posé sur la tranche, ou avec une boucle ardillon, posé à plat.
Le tourbillon vertical reste une exception en horlogerie et, à ce jour, seul Cyrus en propose un.

Ce tourbillon vertical se complète d’une seconde morte, déjà présente sur le premier Tourbillon Souverain de la manufacture.

Cette nouvelle version du tourbillon fait toutefois un tour en 30 secondes, une rotation plus rapide que la révolution habituelle d’une minute, afin de pouvoir mieux en admirer le mouvement.

Autour de la cage, une bague polie-miroir forme un puits de lumière et permet au tourbillon de s’y refléter. Un second puits de lumière a été créé côté mouvement afin de laisser également apparaître la lumière autour de la cage de tourbillon. L’exécution est parfaite et la cohérence avec l’histoire de la manufacture évidente.

Autour de la cage, une bague polie miroir forme un puits de lumière et permet au tourbillon de s’y refléter.
Un second puits de lumière a été créé côté mouvement afin de laisser également apparaître la lumière autour de la cage de tourbillon.

Enfin, alors que la version précédente s’offrait en un diamètre de 40 mm, cette version 2019 s’offre en 42 mm.

Mon avis :

Difficile de trouver quelque remontrance à faire à une pièce qui croise à cette altitude.
A ce niveau, on ne rencontre que Greubel Forsey, Thomas Prescher, Philippe Dufour, Kari Voutilainen et quelques rarissimes maîtres.

L’exécution est parfaite, la cohérence avec l’histoire de la manufacture, évidente.
Et ce sera déjà une très grande chance... que d’en voir une.

Caractéristiques techniques et Prix de vente :
F.P. Journe Tourbillon Souverain Vertical
- Boîte Platine PT 950 ou Or 6N 18 ct.
- Dimensions = 42 mm (Ø) x 13,6 mm (épaisseur)
- Glace saphir
- Fond saphir
- Cadran émail sur or blanc
- Fonctions = heures, minutes, seconde morte
- Mouvement = Calibre 1519 à remontage manuel, réalisé en or rose 18 ct. - 80h de réserve de marche - 21.600 alt./h - 260 composants dont 32 rubis - guillochage Clous de Paris sur les ponts, côtes de Genève circulaires sur la platine, têtes de vis polies, fente anglée, goupillage à bouts bombés polis
- Prix de vente = CHF- 244,500 (or rouge) / CHF- 248,400 (platine)