Breitling SuperOcean Automatique 44 : bête des grands fonds

Par Olivier Müller, le 2 mai 2019
La richesse du patrimoine Breitling est progressivement redécouverte par la nouvelle Direction de la marque. La SuperOcean est un modèle incontournable de cet héritage. Elle est aujourd’hui revue. Partager cette Actualité

Diaporama = 4 photos Live

Depuis sa reprise en main il y a deux ans par une nouvelle équipe dirigeante emmenée par Georges Kern, ex CEO d'IWC, Breitling s’est repositionnée.
Alors essentiellement présente sur le terrain aéronautique, soutenue par les incontournables Navitimer et Chronomat, la manufacture projette à présent de se déployer également sur terre et sur mer.
La reconquête est en cours et, pour parcourir les mers, Breitling peut s’appuyer sur une icône bien précise : la SuperOcean.

La SuperOcean n’est pas anodine pour la marque.

Déjà, elle est unique.
Alors que les références aéronautiques étaient légion (Navitimer, Chronomat, Aviator 8, plus anciennement les Avenger, Transocean, Skyracer... etc), les montres de plongée ne s’incarnaient que par un seul et unique modèle : la SuperOcean.

Les collectionneurs Breitling se sont toujours montrés attachés à cette référence mythique de 1957, née en même temps que la Seamaster d’Omega et non loin de la Rolex Submariner apparue quant à elle en 1953 - explorez le catalogue Rolex 2019.

La nouvelle Breitling SuperOcean Automatic 44 dévoilée à l'occasion de Baselworld 2019 appartient à la catégorie sous-titrée Plongée Exclusive, revendiquant sans complexe son appartenance au XXIe siècle, aux codes stylistiques modernes et techniques.

Il y a peu, le gourou des enchères Aurel Bacs déclarait sa conviction d’un momentum SuperOcean où les modèles originaux de cette pièce atteindraient à leur tour les sommes tarifaires des modèles de légende les plus recherchés.

C’est probablement cet attachement qui a conduit Breitling a transformer son icône avec la plus grande précaution.
Le chemin emprunté est astucieux : pour ne froisser aucune susceptibilité, la manufacture a scindé sa collection SuperOcean en deux.

D’un côté, la ligne sobrement nommée SuperOcean, qui concentre les modèles les plus récents, redessinés, modernes et techniques pour les amateurs de plongée contemporaine.

De l’autre, la ligne SuperOcean Heritage qui plonge dans les racines de la collection pour explorer sa fibre patrimoniale, son essence originelle.

La première ligne, moderne, est sous-titrée Plongée exclusive alors que la ligne Heritage se contente d’un Style maritime qui manifeste que le design y préempte la technique pure.

La SuperOcean Automatic 44 appartient à la première catégorie, revendiquant sans complexe son appartenance au XXIe siècle, aux codes stylistiques modernes et techniques.
L’imposant diamètre de 44 mm le rappelle, laissant loin derrière les diamètres plus modérés des pièces vintage de 40mm - voire moins.

Comme à l’accoutumée chez Breitling, les variations de ce nouveau modèle ne sont pas rares : cadran bleu (trois variations), noir, blanc, orange, blacksteel, lunettes associées ainsi que bracelets ad hoc, en caoutchouc comme en acier, sans compter les déclinaisons en 36, 42, 44, 46 et 48 mm et même en chronographe.
Aux bons soins des mathématiciens de calculer les possibilités que ces combinaisons engendrent !

On retrouve sur cette pièce toutes les caractéristiques d’une montre de plongée certifiée ISO 6425 : lunette tournante unidirectionnelle à cliquets, point luminescent à midi sur celle-ci, index et aiguilles luminescents, bracelet sécurisé (boucle déployante) ainsi que fond et couronne vissés.

Le modèle ici présenté est médian : 44mm, bracelet acier, monochrome (lunette noire, cadran noir), à 3.850 €, pour une gamme qui s’étend environ à 1.000 € de plus ou de moins.

Il est aussi le plus sobre et se démarque par sa grande étanchéité de 1.000 mètres. Que les poignets plus modestes se rassurent : le même modèle existe en 42mm mais avec une étanchéité garantie à seulement 500 mètres - une garantie qui devrait toutefois largement suffire dans la plupart des cas.

On retrouve sur cette pièce toutes les caractéristiques d’une montre de plongée certifiée ISO 6425 : lunette tournante unidirectionnelle à cliquets, point luminescent à midi sur celle-ci, index et aiguilles luminescents, bracelet sécurisé (boucle déployante) ainsi qu’un fond et une couronne vissés.

On note la présence à 9h d’une valve à hélium, nécessaire à la préservation de l’étanchéité lors d’une plongée en saturation (immersion longue durée).

Le mouvement est quant à lui d’origine extérieure (non manufacture), certifié COSC et donné pour une réserve de marche de 38h.

Mon avis :

Un parti pris assumé (celui de la modernité), un prix dans les normes pour une plongeuse certifiée grands fonds (1.000 mètres) et un design technique et sans artifice : Breitling assume un renouveau sage et efficace de sa SuperOcean.

Les amateurs de tool watches privilégient la sobriété et la robustesse et cette nouvelle SuperO répond sans fard au cahier des charges.

Un parti pris assumé (celui de la modernité), un prix dans les normes pour une plongeuse certifiée grands fonds (1.000 mètres) et un design technique et sans artifice : Breitling assume un renouveau sage et efficace de sa SuperOcean.

La proposition d’un modèle similaire en 42mm (pour 150 € de moins) est bienvenue, le modèle en 44mm s’avérant fort (et lourd) au poignet pour qui n’a pas une carrure en conséquence.

Côté mouvement, on apprécie la précision du calibre certifié COSC et sa provenance tierce (non manufacture) qui permet d’en réduire le coût, malgré les 38 (trop) petites heures de réserve de marche.

On peut simplement regretter que Breitling n’en propose une alternative Manufacture.
On sait aujourd’hui que la bonne tenue de la cote d’une montre passe essentiellement par la qualité et le prestige de son mouvement.
Sans sacrifier aux modèles actuels (tous équipés du même mouvement externe, dit Calibre 17), la marque aurait pu penser aux collectionneurs soucieux de la valorisation de leur patrimoine horloger et leur proposer un modèle avec mouvement manufacture qui aurait apporté une certaine aura à ce modèle créé en 1957 et qui, aujourd’hui, mériterait amplement un tel soin.

Caractéristiques techniques et Prix de vente :
Breitling SuperOcean Automatique 44
- Réf. A17367D71B1A1
- Boîtier en acier inoxydable
- Dimensions = 44mm (Ø) x 14,21mm (épaisseur)
- Couronne vissée, deux joints d’étanchéité
- Lunette unidirectionnelle à cliquet
- Glace saphir, bombée, traitement antireflets sur les deux faces
- Fond de boîtier vissé en acier inoxydable
- Etanchéité : jusqu'à 100 bars (1.000m)
- Cadran noir (disponible en bleu) - Chiffres, index et aiguilles avec revêtement luminescent Super-LumiNova
- Calibre Breitling 17 - Diamètre : 25,6mm - Epaisseur : 4,6mm - Mouvement mécanique à remontage automatique , bidirectionnel avec roulement à billes - Réserve de marche : env. 38h - 28.800 a/h (4Hz) - Certification chronomètre par le COSC
- Indications = heures, minutes, secondes, guichet de date
- Bracelet Diver Pro II noir ou bleu à boucle ardillon ou déployante ou bracelet en acier inoxydable à boucle déployante
- Prix de vente = 3.850 €