Baselworld : le Swatch Group (Omega, Longines, Breguet, Hamilton...) annonce son départ

Par Pierre Gisclard, le 30 juillet 2018
Le Swatch Group vient de rendre publique une news qui fait l'effet d'une bombe en cette période estivale : le N°1 mondial de l'horlogerie se retire de Baselworld, une décision applicable dès 2019. Partager cette Actualité

Diaporama = 6 photos de nouveautés majeures issues de Baselworld 2018

Baselworld, anciennement nommée Foire de Bâle, repose sur quelques acteurs majeurs de l'industrie horlogère.
Citons Rolex (explorez les collections et les tarifs du neuf Rolex), Patek Philippe, Seiko et Grand Seiko, les marques du Groupe LVMH (TAG Heuer, Zenith, Hublot...), Chanel et, bien entendu, l'incontournable Swatch Group.

Le N°1 mondial de l'horlogerie regroupe en effet la bagatelle de 18 marques de montres ventilées dans tous les segments de prix : Breguet, Omega (découvrez le catalogue et les prix Omega des montres neuves), Longines, Blancpain, Harry Winston, Hamilton, Mido ou encore Tissot et Flik Flak pour ne citer qu'elles.

Baselworld 2018 a été marqué par une importante baisse du nombre de sociétés exposantes dont il s'est avéré qu'il s'agissait de fournisseurs et prestataires de l'industrie horlogère et non de marques majeures, l'édition 2018 étant au final particulièrement réussie.

Le Swatch Group vient d'annoncer ce matin qu'il se retirait de Baselworld et que sa décision était applicable dès l'année prochaine - et ce alors même qu'il vient de publier des chiffres très optimistes, qu'il s'agisse des résultats de l'année 2017 ou des performances réalisées au titre du premier semestre 2018.

Il n'en sera pas de même en 2019 : le Swatch Group vient en effet d'annoncer ce matin qu'il se retirait de Baselworld et que sa décision était applicable dès l'année prochaine...

Le Groupe vient pourtant de publier des chiffres très optimistes.
Au titre de l'année 2017, le N°1 mondial de l'horlogerie enregistre dans le segment Montres & Bijoux une croissance du chiffre d’affaires (sans la Production) de 7,3% à taux de change constants et de 6,9% aux taux actuel.
La marge opérationnelle dudit segment a par ailleurs crû de 27,4%, passant de 12,8% à 15,3% du chiffre d’affaires net, en dépit des effets de change négatifs.

Pour ce qui est du 1er semestre 2018, le Swatch Group affiche son optimisme en annonçant un chiffre d’affaires semestriel record dans son histoire et un bénéfice net en augmentation de 66,5% à CHF 468 millions.

Alors quelles sont les raisons qui peuvent pousser le Swatch Group à se retirer de Baselworld ?

Dans son communiqué d'une brièveté exemplaire, la direction du Groupe évoque d'un côté l'inadaptation des "foires horlogères annuelles" à un marché devenu "plus transparent, plus rapide, plus instantané".

De l'autre, elle n'hésite pas à s'en prendre à l'organisateur du salon bâlois en indiquant que "La société MCH Group, qui organise Baselworld, est clairement plus préoccupée et intéressée par l’optimisation et l’amortissement de son nouveau building, d’ailleurs largement financé par l’horlogerie durant les foires, que d’avoir le courage de faire de vrais pas en avant et d’apporter de réels et profonds changements" qui mettraient Baselworld en adéquation avec la réalité du marché.

Il est clair que l'organisation d'une grand-messe annuelle ne répond plus complètement aux besoins des marques en 2018, qu'il s'agisse de Baselworld ou du SIHH, à l'heure d'Internet et des réseaux sociaux.

A l'heure d'Internet et des réseaux sociaux, l'organisation d'une grand-messe annuelle ne répond plus complètement aux besoins des grandes marques en 2018, qu'il s'agisse de Baselworld ou du SIHH, ces deux événements demeurant pourtant d'une formidable utilité, en particulier pour les marques plus petites qui profitent de l'aura des grandes.

Ces deux événements demeurent pourtant d'une formidable utilité pour les marques participantes en termes d'exposition médiatique, de potentiels de rencontres et, bien entendu, de potentiel de business.
En particulier pour les plus petites marques qui profitent pleinement de l'attractivité des grandes.
Et les marques, quelle qu'en soit la taille, en sont bien conscientes.

Mais pas aux prix (stratosphériques) pratiqués par la société MCH Group pour Baselworld - et a fortiori encore moins pour un groupe qui détient 18 marques qui viennent exposer...
La décision du Swatch Group vient donc de tomber tel un couperet.

Pourquoi aujourd'hui, alors que les chiffres annoncés sont bons ?
Pour éviter de faire figure de suiveur si jamais Rolex et les autres piliers du salon avaient annoncé avant le Swatch Group leur retrait ?
Pour améliorer encore les chiffres ?
Difficile à dire...

Il est en effet très compliqué de savoir de quelle manière l'absence du Swatch Group à Baselworld va impacter son business. Une seule chose est sûre : les charges du N°1 mondial de l'horlogerie vont baisser significativement dans un premier temps.
"Dans un premier temps" parce qu'il va bien falloir mettre en place d'autres solutions permettant de rencontrer les distributeurs et médias du monde entier.
Comment ? Sans doute par l'organisation d'événements locaux.
Quant à Baselworld, que va-t-il en advenir, sachant que la question de la pertinence et de l'efficacité d'un tel événement se pose de la même manière pour le SIHH, l'équilibre de ce dernier reposant aujourd'hui sur la participation des marques du Groupe Richemont (Jaeger-LeCoultre, IWC, Panerai, Cartier...) ?

Le mystère reste entier pour le moment mais laisse augurer une actualité 2018/2019 pleine de surprises.
Une affaire à suivre sur The Watch Observer.
Alors stay tuned!

Les marques du Swatch Group, classées par segments

Gamme Prestige et Luxe : Breguet, Harry Winston, Blancpain, Glashütte Original, Jaquet Droz, Léon Hatot, Omega
Haut de gamme : Longines, Rado, Union Glashütte
Milieu de gamme : Tissot, Balmain, Certina, Mido, Hamilton, Calvin Klein
Gamme de base : Swatch, Flik Flak