Abandon du passage à l'heure été : quel impact sur les montres heures du monde ?

Par Pierre Gisclard, le 4 mars 2019
La consultation lancée par l'Union Européenne sur l'abandon éventuel du changement d'heure prenait fin le 3 mars 2019. Quels en seraient les impacts sur les montres proposant la fonction world time ? Partager cette Actualité

Diaporama = 16 photos Live

Vous aviez jusqu'au 3 mars 2019 inclus pour vous prononcer sur la pertinence de conserver le système de changement d’heure bisannuel via un questionnaire en ligne lancé par la Commission Européenne.
Si un tel abandon était entériné par l'Union Européenne, que cette dernière opte compte tenu des résultats pour l'heure d'été (qui semble remporter les suffrages) ou l'heure d'hiver, certaines montres mécaniques du marché proposant la fonction heures universelles - également appelées heures du monde ou world time - afficheraient des données obsolètes.

Petits retours en arrière.

C'est en 1884 que la Conférence internationale du méridien de Washington adopte la division de la planète en 24 fuseaux horaires avec comme point de référence le méridien de Greenwich (également appelé méridien zéro), dans la banlieue de Londres, chacun de ces 24 fuseaux couvrant 15° de longitude (équivalant à une heure).
L'objectif est de permettre d'harmoniser les horaires des chemins de fer à une époque où chaque région - quand ce n'est pas chaque ville - disposait de sa propre heure locale.

C'est en 1884 que la Conférence internationale du méridien de Washington adopte la division de la planète en 24 fuseaux horaires avec comme point de référence le méridien de Greenwich (également appelé méridien zéro), dans la banlieue de Londres, chacun de ces 24 fuseaux couvrant 15° de longitude (équivalant à une heure).

Beaucoup plus tard, en 1975, la France puis l'Union Européenne adoptent en pleine crise pétrolière le passage à l'heure d'été (harmonisé en 2001 par la Directive 2000/84/CE), le but étant initialement de réduire la consommation d’énergie.
Ainsi, les pays concernés changent d'heure deux fois par an afin de tenir compte de l’évolution de la lumière du jour, tirant ainsi parti de manière optimale de la clarté disponible au cours d’une période déterminée.

Aubaine ou nouvelle contrainte pour l'horlogerie ?

Les plus grands noms du secteur ont en tout cas d'une part conçu des montres permettant l'affichage des 24 fuseaux horaires officiels (quand ce n'est pas davantage puisque certains pays ont adopté des fuseaux partiels avec 15 voire 30 minutes de décalage par rapport au fuseau auquel ils sont rattachés) : Breguet, Vacheron Constatin, IWC, Patek Philippe ou encore Jaeger-LeCoultre et Girard-Perregaux pour ne citer qu'elles.

Du côté des marques financièrement plus accessibles, il convient de citer Frédérique Constant, Nomos ou encore Seiko (même si l'Astron GPS Solaire Heure Universelle n'est pas une montre automatique mais une montre à quartz à énergie solaire et qu'elle permet de lire l'heure dans les 40 fuseaux existants en se connectant au réseau satellitaire - à découvrir ici : Seiko Astron GPS Solaire Heure Universelle : test et photos).

Certaines de ces maisons ont par ailleurs poussé l'exercice un cran plus loin en indiquant les villes de référence qui appliquent une heure d'été et une heure d'hiver.
Cette particularité se traduit en général par la présence, sur le disque des villes, d'une signalétique propre à chaque maison horlogère.

Sur la très belle et tout récente IWC Montre d'Aviateur Timezoner Spitfire The Longest Flight dévoilée en janvier dernier à Genève, les villes qui appliquent un changement d'heure sont suivies d'un tiret et d'un petit 's' cerclé.
Sur la Jaeger-LeCoultre Geophysic Universal Time, les villes de référence concernées sont prolongées d'un tiret suivi d'une astérisque.

Certaines des maisons horlogères qui proposent des montres avec la fonction heures du monde ont poussé l'exercice un cran plus loin en indiquant les villes de référence qui appliquent une heure d'été et une heure d'hiver - une particularité qui se traduit en général par la présence, sur le disque des villes, d'une signalétique spécifique.

La consultation lancée par la Commission Européenne ces derniers jours, dont les résultats sont consultables en ligne et indiquent à la fois que les répondants se sont exprimés en faveur de l'abandon d'un changement d'heure bisannuel et qu'ils souhaitent un calage sur l'heure d'été tout au long de l'année (56% des particuliers), doit dorénavant être entérinée.
Il est dès lors fort probable que cette consultation aboutisse à l'abrogation de la Directive 2000/84/CE dans les mois qui viennent.

Quelles sont les conséquences envisageables sur nos montres préférées ?

Cet abandon du principe du changement d'heure va permettre - ou contraindre ! - les marques dont les montres heures du monde signalaient cette particularité, désormais obsolète, à éditer de nouveaux modèles intégrant ledit abandon.

Sur le principe, les montres concernées pourraient ne pas évoluer de manière substantielle sauf à ce que les maisons concernées profitent de l'aubaine pour proposer de nouveaux designs et habillages.
Ce qui serait, pour les amateurs de belle horlogerie que nous sommes, une bonne nouvelle.

Les maisons horlogères que j'ai pu interroger en amont de la rédaction de cet article sont néanmoins soit restées muettes, soit ont indiqué ne pas avoir prévu d'évolution de leurs modèles pour le moment...
Je ne suis pas forcément surpris compte tenu de l'inertie qui caractérise l'horlogerie - helvétique en particulier.
Affaire à suivre donc, même s'il paraît peu probable que Baselworld 2019 nous offre l'opportunité de découvrir certaines nouveautés updatées en la matière.
Ceux-ci ne pourront cependant pas demeurer en l'état ad vitam aeternam sous peine d'être taxés d'obsolescence !

Et si, avec l'abrogation probable du changement d'heure été/hiver dans l'Union Européenne, les montres avec heures du monde indiquant les villes qui procèdent à ce changement devenaient de véritables collectors, reflet d'une époque révolue - celle d'un changement d'heure opéré jadis par certains états deux fois par an dans un souci d'économie d'énergie ?

L'absence de réaction de la part des marques interrogées peut cependant aussi s'expliquer par la prudence (une qualité Ô combien chère à nos amis suisses) : et si cet abandon du changement d'heure bisannuel dans l'Union Européenne donnait des idées à nos amis australiens, américains ou encore mexicains ?
Peut-être dans ce cas vaut-il mieux ne pas se précipiter !

Autre point : que va-t-il advenir des montres actuelles qui nous indiquent les villes opérant un changement d'heure dès lors que la Commission Européenne l'aura déclaré officiellement caduque - le Parlement Européen s’étant quant à lui prononcé en faveur de son abandon dès février 2018 ?

Et pourquoi ne pas l'envisager comme une opportunité ?
Ces montres peuvent en effet devenir de véritables collectors, étant le reflet d'une époque (et d'une règlementation mais là, c'est moins glamour !) révolue : celle d'un changement d'heure opéré par certains états deux fois par an dans un souci d'économie d'énergie - dont, accessoirement, les résultats bénéfiques peinent à être probants.

Il n'est dès lors pas exclu que les montres heures du monde indiquant les villes avec heure d'été / d'hiver soient amenées à prendre de la valeur sur le long terme.
Les amateurs éclairés savent mieux que quiconque que la spéculation sur certains modèles peut se faire sur des détails insignifiants aux yeux du commun des mortels - comme en témoigne le délire qui peut entourer les montres Rolex anciennes - explorez les collections Rolex et prix 2019.

La question subsidiaire que vous vous posez peut-être est la suivante : faut-il du coup acquérir dès maintenant quelques-unes de ces montres amenées à devenir de véritables vestiges du passé et parier sur l'avenir ?
Je vous laisse le soin d'en décider... et de me tenir informé dans quelques années !