Précision et fiabilité des montres - Master Chronometer : la nouvelle certification validée par METAS

Par Pierre Gisclard, le 29 janvier 2016
Master Chronometer - une certification supérieure au COSC
Alors que la certification Chronomètre par le COSC se généralise compte tenu des progrès de l'industrie horlogère, le Master Chronometer fait son apparition chez Omega, 1ère marque à en bénéficier. Partager ce Dossier thématique

Diaporama = 17 photos
+ profitez-en pour explorer les collections et les prix des montres Omega neuves

Chronomètre : une certification désormais insuffisante ?

Pour ceux qui ne sont pas familiers avec ce sujet, rappelons en préambule que la certification Chronomètre est délivrée dans la grande majorité des cas par le Contrôle Officiel Suisse des Chronomètres, plus connu sous l'acronyme COSC - un organisme qui fait son apparition (dans sa forme actuelle) en 1973.

Octobre 2015 : Christian Bock, Directeur de l'Institut fédéral de métrologie (METAS), remet à Nick Hayek, CEO du Swatch Group, la première montre ayant passé avec succès les épreuves lui donnant le droit de bénéficier de la nouvelle certification Master Chronometer. Il s'agit de l'Omega Globemaster Master Co-Axial (ci-dessus).

Cette association à but non lucratif régie par la loi suisse définit sur son site le chronomètre comme étant "une montre de haute précision, capable d'afficher la seconde, dont le mouvement a été testé durant plusieurs jours dans différentes positions et à différentes températures, par un organisme officiel neutre".

Concrètement, le COSC fournit une photographie de la marche d'un mouvement nu (dépourvu de sa masse oscillante et non emboîté) à un moment donné en le soumettant à un programme d'épreuves spécifiques durant plusieurs jours consécutifs dans cinq positions et à trois températures.
Au final, les mouvement certifiés Chronomètre par le COSC doivent afficher une précision comprise entre -4 secondes et +6 secondes par jour.

Si cette certification a longtemps été réservée aux mouvements produits par les principaux acteurs du marché de l'horlogerie haut de gamme - Rolex, Omega et Breitling en tête - en raison notamment des coûts qu'elle impliquait, les avancées qu'a connue l'horlogerie depuis quelques années permettent à des marques financièrement plus accessibles de faire certifier Chronomètre les mouvements qui équipent leurs montres.

C'est en particulier le cas au sein du Swatch Group avec Tissot ou encore Mido - via la société ETA, autre filiale du N°1 mondial de l'horlogerie spécialisée dans la conception de mouvements - dont les catalogues respectifs proposent des modèles certifiés COSC aux alentours de 1.000 €.

Les tests entrepris dans le cadre de la certification Master Chronometer étant très contraignants d'un point de vue logistique, Omega a pris le parti de la simplification en intégrant sur son site de Bienne un laboratoire exclusivement réservé au METAS qui effectue directement sur place cette batterie d'examens.

Certes, cette certification n'en demeure pas moins aujourd'hui un gage de précision.

Elle ne permet cependant plus aux marques du segment montres de luxe de faire la différence - et accessoirement de justifier leurs prix.

L'intensification de la concurrence entre les marques depuis plusieurs années s'est ainsi en parallèle installée (aussi) sur le front de la performance et de la précision des montres.

Sur ce dernier point, la certification Chronomètre paraissant insuffisante aux yeux de certains, sont ainsi apparues plus ou moins récemment plusieurs certifications internes - la certification Chronomètre étant ouverte à tous - destinées a rassurer le client sur la qualité de réalisation et / ou la précision de la montre qu'il envisage d'acquérir.

Citons à titre d'exemple le 1000 Hours Control de Jaeger-LeCoultre ou encore le Laboratory Test 500 de Montblanc.

L'annonce en 2014 par l'Institut fédéral de métrologie de la mise en place d'une nouvelle "super" certification ouverte à toutes les marques constitue dans ces conditions un véritable événement.

 

Master Chronometer : LE nouveau standard de qualité

Omega, inventeur de modèles devenus de véritables légendes horlogères telles que la Speedmaster et la Seamaster, dévoilait en octobre 2015 la première montre bénéficiant d'une toute nouvelle certification appelée Master Chronometer : l'Omega Globemaster Co-Axial Master Chronometer.

C'est Christian Bock, Directeur de l'Institut fédéral de métrologie (METAS), qui la remettait à Nick Hayek, Président du Swatch Group.

La résistance des montres aux champs magnétiques étant au cœur de cette nouvelle certification (en raison de ses effets néfastes sur le fonctionnement des montres), l'espace dédié aux équipes METAS chez Omega dispose notamment d'un caisson spécifique pour les tests d'exposition auxdits champs développé spécifiquement à cette fin.

Parce que même si cette nouvelle certification est ouverte à toutes les marques du marché, elle est née sous l'impulsion du N°1 mondial de l'horlogerie et du METAS.

En effet, si Omega a décidé de maintenir la certification COSC pour certains de ces mouvements, elle a souhaité franchir une nouvelle étape en garantissant pour ses montres des niveaux de précision, de performance et de résistance aux champs magnétiques jamais atteints auparavant.

Pour ce faire, il a été mis en place toute une série de tests validés par l'Institut fédéral suisse de métrologie, gage d'indépendance et de sérieux.

Les montres qui souhaitent bénéficier de ce prestigieux label de qualité et de précision doivent désormais se soumettre individuellement à huit examens distincts répartis sur 10 jours à l'issue de chacun desquels le fonctionnement et la précision de la montre sont contrôlés - détails de ces 8 étapes de tests en annexe (fin d'article).

Ces tests étant très contraignants en termes de logistique, Omega a pris le parti de la simplification en intégrant sur son site de Bienne un laboratoire exclusivement réservé au METAS qui entreprend directement sur place cette batterie d'examens.
Cet espace dispose notamment d'un caisson spécifique pour les tests d'exposition aux champs magnétiques développé à cette fin, de machines de simulation de porté et bien entendu d'un caisson permettant d'effectuer des tests d'étanchéité.

Que les amateurs de montres et acheteurs occasionnels se réjouissent : la concurrence que se livre les marques conduit (dans ce cas précis en tout cas et chez Omega en particulier) à une montée en gamme et à une précision accrue des montres produites.

A l'issue de ce parcours du combattant, les montres victorieuses ont le droit d'arborer la mention Master Chronometer, ce super Chronomètre garantissant une précision de marche de -0/+5 secondes par jour que les maniaques de la précision horaire sauront apprécier à sa juste valeur.

Et ces performances sont d'autant plus à saluer que les tests entrepris par METAS se font (aussi) sur la montre dans sa version finale (mouvement emboîté), dans 6 positions et prennent en compte le facteur qui est à l'origine du plus grand nombre de retour en SAV des montres : l'influence parasitaire des champs magnétiques sur la bonne marche des montres.
Pour en savoir plus sur ce sujet et découvrir nos tests vidéo : Montres mécaniques et champs magnétiques - la révolution Omega Master Co-Axial.

 

La confiance du consommateur dans le Swiss Made étant essentielle aux yeux de Nick Hayek, Omega pousse l'exercice jusqu'au bout en fournissant au client qui acquiert une montre certifiée Master Chronometer une carte munie d'un login sécurisé (notre photo de Une).
Celle-ci lui permettra d'accéder à l'ensemble des résultats des tests entrepris par METAS sur sa montre.

 

Conclusion

Si la mise en place de la certification Master Chronometer impulsée par Omega peut rappeler l'esprit qui a présidé à la création du Poinçon Patek Philippe en 2009 - la Maison horlogère jugeant le Poinçon de Genève incomplet -, elle s'en distingue dans le mesure (notamment) où elle est officiellement ouverte à toutes les marques du marché.
L'objectif demeure dans une certaine mesure cependant le même : distancer les concurrents en fixant de nouvelles normes d'excellence destinées à rassurer le client.

Au final, même si une multiplication des certifications risque de créer un peu plus de confusion dans l'esprit des consommateurs - toutes proportions gardées puisqu'Omega conserve en parallèle la certification COSC -, les amateurs ne peuvent que se réjouir de cette montée en qualité et en précision dont bénéficient les montres certifiées Master Chronometer.
D'autant que, comme le précise Nick Hayek, ce n'est pas au client de supporter financièrement ce nouveau label dont devraient par ailleurs bénéficier toutes les montres Omega d'ici 2020 - en attendant de voir ce qu'Omega nous réserve en la matière pour BaselWorld 2016.

Reste à savoir si d'autres marques chercheront à l'avenir à obtenir cette nouvelle certification - souhaitons-le, en tant que collectionneurs -, la résistance d'une montre aux champs magnétiques de 15.000 gauss étant aujourd'hui une spécificité que l'on ne trouve que chez Omega.
Christian Bock (METAS) précisait en octobre dernier être en contact avec d'autres acteurs du marché.
Affaire à suivre donc !

______________________________

Tests entrepris par le METAS pour la certification Master Chronometer

Etape 1 : Précision journalière moyenne de la montre
D'une durée de 4 jours, ce test vérifie la précision moyenne de la montre en conditions d'utilisation quotidienne en la mettant dans diverses positions, en la soumettant à différentes températures et en l'exposant à un champ magnétique de 15.000 gauss.
Chaque étape est suivie d'une vérification de la précision de la montre en la comparant, 24h plus tard, à l'heure UTC.

Etape 2 : Fonctionnement du mouvement certifié Chronomètre par le COSC pendant l'exposition à un champ magnétique de 15.000 gauss
Ici, la montre est placée dans 2 positions différentes et exposée à un champ magnétique de 15.000 gauss pendant 30 secondes dans chaque position.
Le fonctionnement du mouvement est vérifié au son qu'il émet grâce à l'utilisation d'un microphone.

Etape 5 : Etanchéité Ce test consiste à immerger la montre sous l'eau en appliquant une pression qui augmente progressivement jusqu'à atteindre la pression limite indiquée - les pressions les plus faibles étant les plus dangereuses (et les plus proches d'une utilisation réelle de la montre), une faible pression n'entraînant pas une compression des joints optimale. Ce test permet de garantir que chaque montre est testée dans des conditions d'utilisation sous-marine réelles.

Etape 3 : Fonctionnement de la montre pendant l'exposition à un champ magnétique de 15.000 gauss
Semblable au test précédent qui concerne le mouvement seul, celui soumet la montre dans son ensemble à un champ magnétique de 15.000 gauss et en vérifie après coup le bon fonctionnement par le biais d'un micro.
Une montre mécanique dénuée de dispositif antimagnétique innovant peut voir sa précision altérée sur le long terme en raison de son exposition à ces champs magnétiques.

Etape 4 : Ecart de précision journalière après exposition à un champ magnétique de 15.000 gauss
Ce test permet de déterminer l'écart moyen de précision de la montre entre les 2ème et 3ème jours du premier test. Le résultat révèle la précision journalière de la montre avant et après exposition à un champ magnétique de 15.000 gauss.

Etape 5 : Etanchéité
Ce test consiste à immerger la montre sous l'eau en appliquant une pression qui augmente progressivement jusqu'à atteindre la pression limite indiquée - les pressions les plus faibles étant les plus dangereuses (et les plus proches d'une utilisation réelle de la montre), une faible pression n'entraînant pas une compression des joints optimale.
Ce test permet de garantir que chaque montre est testée dans des conditions d'utilisation sous-marine réelles.

Etape 6 : Réserve de marche
Ce test garantit que chaque montre fonctionne avec précision pendant toute la durée de la réserve de marche sans écart éventuel.

Etape 7 : Ecart de marche entre 100% et 33% de réserve de marche
Ce test consiste à placer la montre dans 6 positions différentes - comme les 6 faces d'un dé.
Après avoir été complètement remontée, la montre reste 30 secondes dans chaque position et sa précision moyenne est vérifiée par le biais d'un micro.
La réserve de marche est ensuite réduite à un tiers de sa capacité maximale puis vérifiée à nouveau.
Ce test permet de s’assurer que la précision reste fiable lorsque la montre n'est pas complètement remontée.

Etape 8 : Ecart de marche de la montre dans 6 positions
Ce test est semblable au test précédent et permet de déceler tout écart de marche lorsque la montre est placée dans 6 positions différentes.
Le test dure 30 secondes dans chaque position et les résultats sont enregistrés par un micro.
Le fait de placer une montre dans différentes positions permet de garantir que les performances de la montre ne varient pas en fonction de ce que le porteur est en train de faire / de la position de son bras auquel la montre est attachée.